WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

àČtude de l'opinion publique sur la réorganisation territoriale en RDC. Cas de la nouvelle province du Lualaba.

( Télécharger le fichier original )
par LEPPERS MBWAMB
Université de Kolwezi - De graduat  2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III.1.5. POTENTIALITES CULTURELLES

Le Lualaba regorge dans sa gibecière culturelle d'important masques et ballet dont le plus connu reste le masque Tshokwe. Chez les Tchokwe, les critères de beauté d'une sculpture reposent sur des éléments non figuratifs ; l'accent est mis sur la ressemblance générale plutôt que sur une représentation exacte du sujet. Tchokwe, peuple d'Afrique de moins d'un million d'individus habitant aux confins du Congo-Kinshasa, sur une vaste superficie, en forêt sèche ou en zone de savane.

Les Tchokwe sont connus pour leurs masques pleins de sensibilité et leurs nombreux objets usuels. Agriculteurs, ils aménagent des champs de manioc et de maïs par brûlis, cultivent aussi le chanvre et le tabac et pratiquent la chasse et la cueillette. De filiation matrilinéaire, la société tchokwe n'est pas centralisée. Le système des chefferies leur a été apporté par les Lunda aux XVe et XVIe siècles, ainsi que la pratique de la chasse.

La littérature orale lunda est très riche, en contes, proverbes et autres maximes, qui traduisent, le mode de pensée, les rites et traditions lundas. La musique occupe également une place importante, avec des chansons et des rythmes adaptés à toutes les circonstances de la vie: la mort, la naissance, le mariage ou encore les grandes cérémonies, les parades où sont présents l'empereur Mwant Yav et ses principaux dignitaires. La cérémonie de la circoncision, le Mukand, est un autre moment de la vie de la communauté, en tant que rite de passage de l'enfance à l'adolescence. Tout comme le mariage, qui engage deux familles et entraîne l'observance de divers rituels pour sceller l'alliance entre les deux familles.

Sur le plan religieux, les Lundas croyaient en un dieu unique, NZAMB KATANG, le créateur de toute chose sur terre. Mais c'était un dieu qui n'intervenait pas directement dans la vie des croyants. Pour le solliciter, les Lundas imploraient les Ancêtres, qu'ils priaient autour de l'arbre sacré MULEMB, au pied duquel étaient déposés tous les jours des offrandes de nourriture, et à qui l'on s'adressait pour le remercier ou lui demande assistance selon les circonstances de la vie.

D'un point de vue culturel et linguistique, ils sont proches de leurs voisins Luba, avec lesquels ils ont des liens historiques, depuis le mariage du prince luba TSHIBIND IRUNG avec la mythique reine lunda RUWEJ, considérée comme la "Mère de la Nation" lunda.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net