WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Connaissance, attitudes et pratiques des femmes du quartier Katindo face à  la gestion des latrines.

( Télécharger le fichier original )
par Justin MUNFANO LUKONGE
Université Libre des Pays des Grands Lacs - ULPGL - Grade 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

ABSTRACT

Our survey is focused on Knowledge, Attitudes and Practices of the women of the KATINDO quarter facing the use of the latrines.

The global objective fixed for this research is to value the level of knowledge, attitude and practices of the women of the KATINDO quarter facing the bad use of the latrines.

And in order to verify the hypotheses given out in this research, the data have been harvested with the help of a semi-structured investigation questionnaire distributed to 336 women of the KATINDO quarter found and recovered to their domiciles during the investigation. Thus, this survey is cross-sectional and evaluative with a quantitative approach; the quantitative data have been treated and have been analyzed in the SPSS software (Statitical Package heart Social Sciences) in the goal to reach below results:

With regard to the knowledge, the results stipulate that 99,7% of the investigated have a latrine within their household against a woman's minority is 0,3% that not have it. 73,1% of the investigated have a knowledge on some hygienic measures to take, while 26,9% of the investigated deny to know some hygienic measures. And 57,7% of these women know that the latrines, once badly used, can be source of the Diarrhea, 22,6% among them know that that can cause the Cholera; while 8% know that that can produce the typhoid fever, 7,1% speak of the infections and finally 15 women are 4,5% know no illnesses that can come from the latrines.

Leaving from the attitudes, it comes out again that more of half of the investigated either 53,1%, share their latrines with the other while 46,9% of these same investigated don't share theirs. But also these same results show that, among those that don't share their latrines, 53,1% are afraid to fill their pit before the time, 44,1% as for them fear the dirt while 2,8% say that the other have their toilets.

Concerning the practices, the results show that the big majority is 91,3% of the investigated clean their latrines against a minority of 8,7% that don't make it; but also, of the investigated, having some latrines, the majority of the investigated are 66,3% have necessary products to clean their latrines and 33,7% say that they don't have some. Let's signal that more of the half of the investigated either 54,9% affirm that once their full latrines unload it and 37% of these same investigated abandon it only while 8,1% use it like that.

SOMMAIRE

Ce travail porte sur les Connaissances, Attitudes et Pratiques des femmes du quartier KATINDO face à la gestion des latrines.

De prime à bord, nous nous sommes posés la question générale suivante quel est le niveau de connaissances, d'attitudes et de pratiques des femmes du quartier KATINDO face à la mauvaise gestion des latrines ?

De cette question générale, trois questions spécifiques suivantes ont découlé :

- Quelles sont les connaissances des femmes du quartier KATINDO sur les latrines comme source d'infections et sur les mesures hygiéniques adéquates des latrines ?

- Quelles sont les attitudes des femmes du quartier KATINDO face à l'hygiène des latrines ?

- Quelles sont les pratiques des femmes du quartier KATINDO qui rendent les latrines insalubres?

Pour répondre à ces questions spécifiques posées ci-dessus, trois hypothèses suivantes ont été émises :

- Les connaissances des femmes du quartier KATINDO sur les latrines comme source d'infections et les mesures hygiéniques adéquates seraient moins élevées.

- Les attitudes des femmes du quartier KATINDO seraient défavorables à l'hygiène des latrines comme le non bouchage du trou, le partage des latrines avec les autres.

- Le non entretien des latrines, le manque de nettoyage régulier, le non déchargement des latrines seraient les pratiques des femmes du quartier KATINDO qui rendent les latrines insalubres.

Ainsi, l'objectif assigné pour cette recherche était d'évaluer le niveau de connaissances, d'attitude et de pratiques des femmes du quartier KATINDO face à la mauvaise gestion des latrines.

Pour atteindre cet objectif, nous nous sommes fixés spécifiquement trois objectifs ciaprès :

- Evaluer les connaissances des femmes du quartier sur les latrines comme source d'infections sur les mesures hygiéniques adéquates.

- Apprécier les attitudes des femmes du quartier KATINDO face à l'hygiène des latrines.

- Identifier les pratiques des femmes du quartier KATINDO qui rendent les latrines insalubres.

Cette étude est transversale et évaluative, menée sur un échantillon de trois cents trente-six femmes du quartier KATINDO.

Voulant vérifier les hypothèses émises dans cette recherche, les données ont été collectées à l'aide d'une enquête par questionnaire semi-structuré administré auprès des femmes du quartier KATINDO. C'est alors que les données quantitatives ont été traitées et analysées dans le logiciel Microsoft Word et SPSS (Statistical Package for Social Sciences) dans le but de vérifier ces hypothèses et de déboucher sur les résultats ci-après :

En ce qui concerne les connaissances, les résultats stipulent que 99,7% des enquêtées ont une latrine au sein de leur ménage contre une très faible proportion de 0,3% qui n'en a pas ; 73,1% des enquêtées ont une connaissance sur certaines mesures hygiéniques à prendre, tandis que 26,9% des enquêtées nient de connaître certaines mesures hygiéniques. Et 57,7% de ces femmes connaissent que les latrines, une fois mal gérées, peuvent être source de la Diarrhée, 22,6% d'entre elles connaissent que ça peut causer le Cholera; pendant que 8% savent que ça peut produire la fièvre typhoïde, 7,1% parlent des infections et enfin 15 femmes soit 4,5% ne savent aucune maladies qui peut provenir des latrines.

Partant des attitudes, les résultats stipulent que plus de la moitié des enquêtées soit 53,1%, partagent leurs latrines avec les autres tandis que 46,9% de ces mêmes enquêtées ne partagent pas les leurs. Mais aussi ces mêmes résultats montrent que, parmi celles qui ne partagent pas leurs latrines, 53,1% ont peur de remplir leur fosse avant le temps, 44,1% quant à elles craignent la saleté pendant que 2,8% disent que les autres ont leurs toilettes.

Concernant les pratiques, les résultats de cette recherche montrent que la grande majorité soit 91,3% des enquêtées nettoient leurs latrines contre une minorité de 8,7% qui ne le font pas, mais aussi, des enquêtées, ayant des latrines, la majorité soit 66,3% ont des produits nécessaires pour nettoyer leurs latrines et 33,7% disent qu'elles n'en ont pas. Nous constatons que, parmi celles qui ont des produits de nettoyage, près de la moitié des femmes enquêtées soit 48,6% utilisent l'OMO pour nettoyer leurs latrines, 19,8% d'entre elles utilisent la CREOLINE, tandis que 14,9% utilisent DETTOL et CHLORAMINE, 11,3% utilisent la cendre pour nettoyer et enfin, 5,4% seulement utilisent le GERMOL liquide. Pour celles qui n'en ont pas, 39,8% disent que les produits sont indisponibles sur le marché, 30,1% n'ont pas d'informations sur les produits de nettoyage, 29,2% quant à elles n'ont pas de moyens pour s'en procurer et 0,9% n'ont pas d'organisation. Il découle aussi de cette étude que plus de la moitié des enquêtées soit 54,9% affirment qu'une fois leurs latrines pleines la déchargent et 37% de ces mêmes enquêtées l'abandonnent seulement tandis que 8,1% l'utilisent comme ça malgré qu'elle est pleine.

Cette même étude révèle que plus de la moitié soit 51,8% des enquêtées comptent commencer à boucher les trous de leurs latrines, 27,7% comptent faire usage du cadenas tandis que respectivement 10,4% et 10,1% comptent commencer à respecter les règles d'hygiène et commencer à faire la séparation des toilettes des parents de celles des enfants.

Au regard des résultats de ce travail, nous recommandons ce qui suit :

Aux responsables sanitaires

- De multiplier la sensibilisation sur la bonne gestion des latrines ;

- De favoriser la construction des latrines à fosse septiques dans le quartier en vue de diminuer le contact avec les excrétas ;

- De prendre des décisions visant à réduire les maladies dites des mains sales.

A la communauté du quartier KATINDO

- De s'efforcer à construire des latrines hygiéniques adaptées ;

- De s'impliquer vivement dans les activités qui visent l'information sur les mesures hygiéniques adéquates

- De changer de comportement en adoptant par exemple le bouchage du trou, porte à cadenas... comme nouveaux comportements. Aux futurs chercheurs

D'aller jusqu'à puiser à fond ce sujet en l'abordant sous l'angle de l'étude de faisabilité de l'exploitation des latrines pour la transformation en énergie (la Biomasse).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net