WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traite d'amitié et de coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso et le renforcement de l'intégration économique sous-régionale


par Ceba Timothée KELY
EENI Global Business School - Doctorat 2020
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.1.4. Macroéconomie

Selon le dictionnaire encyclopédique Larousse, la macroéconomie est la branche de la science économique étudiant les seules grandeurs et variables agrégées, et ignorant de ce fait les comportements individuels. Le dictionnaire Wikipédia apporte des précisions en définissant la macroéconomie comme étant une approche théorique qui étudie l'économie à travers les relations existantes entre les grands agrégats économiques, le revenu, l'investissement, la consommation, le taux de chômage, l'inflation etc. En effet la macroéconomie est l'outil essentiel d'analyse des politiques économiques des pays ou encore des organisations internationales. La démarche consiste à expliquer les mécanismes par lesquels sont produites toutes les richesses à travers le cycle de la production, de la consommation, et de la répartition des revenus au niveau national ou international.

3.1.5. Le modèle de gravité

Le modèle de gravité appartient à la famille des modèles d'interactions spatiales. Il est utilisé dans l'estimation des interactions spatiales principalement par les masses des objets étudiés et la distance qui les sépare. Le modèle gravitaire est également utilisé dans la modélisation de la géographie des échanges de flux et des interactions spatiales. Le modèle de gravité permet de comparer une estimation de flux à une observation empirique de ces mêmes flux entre des lieux, dans le but de les caractériser et de savoir s'ils sont principalement dépendants de la distance et des masses ou non.

La formule de l'équation du modèle est inspirée de la loi universelle de la gravitation d'Isaac Newton. La formule communément admise est :

Fij désigne le flux à déterminer du lieu i vers le lieu j. Mi et Mj les masses des lieux i et j et dij la distance entre les deux lieux. Le paramètre k est une variable ajustable. Ce paramètre vise soit à minimiser la somme des carrés des écarts entre les flux observés et estimés, soit à assurer l'égalité entre la somme des flux observés et celle des flux estimés4(*). K est appelé constante de proportionnalité5(*). Le paramètre a tente d'estimer le frein de la distance en observant le rapport entre le volume des interactions et la distance qui sépare les lieux concernés.

* 4 Jean-Pierre Grimmeau, « le modèle gravitaire et le facteur d'échelle. Application aux migrations intérieures de la Belgique 1989-1991 », Espace Populations Société, Vol. 12, N°1, 1994, p.131-141 (DOI 10.3406 /espos.1994.1631 ( https://dx.doi.org/10.3406%Fespos.1994). 1631.

* 5 « Interactions potentielles entre les lieux : application du modèle gravitaire aux villes du nord de la France » ( https://Sitrada.hypotheses.org/files/2018/01/Gravier_ResumerSTRADA_Janvier2018.pdf ), consulté le 05 mai 2019.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net