WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traite d'amitié et de coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso et le renforcement de l'intégration économique sous-régionale


par Ceba Timothée KELY
EENI Global Business School - Doctorat 2020
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2 . Une faible dotation en infrastructure des TIC

Les mesures de facilitation du commerce relatives aux TIC peinent à être appliquées entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso du fait de la faible dotation en infrastructures dans la sous région. Il ressort du TAC que les administrations douanières de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso sont liées par un protocole d'accords dont un des objectifs principaux est l'interconnexion des systèmes informatiques douaniers en cours (7ème sommet du TAC : Accord de coopération dans les domaines de l'économie numérique et de la poste permettant à la république de Côte d'Ivoire et au Burkina Faso de partager les expériences et de procéder à l'interconnexion des infrastructures de communication électroniques)14(*).

1.2.1. L'utilisation du téléphone mobile et de l'internet en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso

Lente jusqu'en 1999, la pénétration de l'utilisation du téléphone mobile en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso est fulgurante à partir des années 2000. Cependant, la Côte d'Ivoire est plus avancée par rapport au Burkina Faso.

Quant à l'utilisation de l'internet, La pénétration et l'utilisation de l'internet est encore faible en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso. Cependant, la Côte d'Ivoire est plus avancée dans le domaine de l'internet par rapport au Burkina Faso (Graphique 11).

Graphique 11 : Utilisation du téléphone mobile et de l'internet en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso

Source : Banque Mondiale, 2014

1.2.2. Évolution de l'indice de TIC en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso

L'évolution de l'indice de TIC révèle que la dotation en infrastructures reste faible aussi bien en Côte d'Ivoire qu'au Burkina Faso (Graphique 12).

Graphique 12: Evolution de l'indice des TIC en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso

Source : Banque Mondiale, 2014

1.2.3. Un taux d'utilisation de l'infrastructure financière en hausse

L'utilisation des services financiers, en général dans l'UEMOA connaît une dynamique haussière. Le nombre total de comptes bancaires dans le GIM-UEMOA est passé de 14 millions en 2010 à 31 millions en 2015. Et le taux global d'utilisation des services financiers est passé de 26% en 2010 à 65% en 2016. Les services financiers via le téléphone mobile sont les principaux déterminants de cette évolution. En outre, le volume des transactions a dépassé 500 000 milliards FCFA et le nombre de cartes émises est plus de 4 millions. Cela démontre l'engagement de la communauté bancaire en faveur de la promotion de l'utilisation des paiements électroniques15(*). Le manque d'innovation au sein des structures bancaires et la forte pression des opérateurs GSM constituent des obstacles à l'utilisation de la carte bancaire en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso et partout dans l'Union.

* 14 Voir https://www.afrikipresse.fr/afrique/cote_d_ivoire_burina_faso_au_coeur_d_un_modele_d_integration_en_afrique_de_l_ouest, le 17 avril 2019.

* 15 Abidjan.net par Ata Pointe, Monétique et inclusion financière : le Gouverneur de la BCEAO a présidé, le vendredi 1 décembre 2017, à Abidjan les festivités marquant les 15 ans d'existence du Groupement Interbancaire Monétique de l'Union Economique et Monétaire Ouest-africaine (GIM UEMOA).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net