WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'interprétation de la Loi par l'historien du droit et le Juge

( Télécharger le fichier original )
par Jean-Luc Malango Kitungano
Université Grégorienne/ Faculté de philosophie saint Pierre Canisius - Bachelier en philosophie 2006
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

Nous avons montré dans la première section que la réflexion d'Emilio Betti est aux antipodes de l'herméneutique de Gadamer. Dans la mesure où Betti sépare la fonction normative d'application qui s'exerce dans le verdict du juge de la fonction cognitive et de celle reproductive, en voyant dans la première un effort supplémentaire qui venait s'ajouter à la tâche herméneutique originelle de la compréhension. C'est le modèle philologique qui reste déterminant pour lui.

Gadamer estime que la distinction entre les interprétations cognitive, normative et reproductive n'a aucune validité fondamentale, mais ne fait que transcrire un phénomène unitaire. Distinguer une fonction normative et une fonction cognitive ou encore reproductive serait démembrer ce qui, de toute évidence, ne fait qu'un. Le sens de la loi qui se montre dans son application normative, ne diffère pas en son principe du sens de la « chose », qui se fait valoir dans la compréhension du texte, ou de toute autre expression de la tradition.

Dans la deuxième section, nous avons développé quelques critiques de Pascal Michon. Celles-ci portent essentiellement sur le langage qui aurait été mal compris par Heidegger et Gadamer. Ces deux auteurs ainsi que leurs commentateurs ont réduit le langage à la langue. Tout en se réclamant de la tradition, Gadamer principalement n'a pas rendu justice à certains auteurs, notamment ceux des sciences humaines (Schopenhauer, Nietzsche, Saussure, Durkheim, Freud, Marx ...).

Nous avons également relevé la confusion courante qui se glisse chez les critiques de Gadamer et dans laquelle tombe Pascal Michon, à savoir opposer vérité à méthode dans l'herméneutique universelle d'application développée par Gadamer. Celui-ci estime que les méthodes sont importantes mais il faut les remettre à leur place quand il s'agit de l'interprétation dans les sciences humaines.

précédent sommaire suivant