WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La république populaire de Chine comme partenaire au développement de la république du Sénégal: Enjeux et perspectives

( Télécharger le fichier original )
par Moustapha Sokhn A DIOP
ENA - BREVET ENA 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1. LE TRIPTYQUE DES RELATIONS CHINE AFRIQUE

L'étude de cette partie sera consacrée à l'ensemble des pays africains, dans la mesure où la Chine a élabore une stratégie africaine, donc globale et par grande région, la politique chinoise en Afrique est ensuite réadaptée en fonction des spécificités des pays (cf. infra). Trois facteurs peuvent permettre de comprendre l'action de la Chine en Afrique, d'une manière générale. Naturellement, les préoccupations énergétiques et commerciales semblent dominer. Mais au-delà, les protagonistes partagent aussi des intérêts politiques mutuels. Pour le cas du Sénégal, les relations commerciales et diplomatiques l'emportent.

1.1. L'ÉLARGISSEMENT DU MARCHÉ CHINOIS EN AFRIQUE



Carte 3 : Présence chinoise en Afrique

L'Afrique est perçue comme un nouvel horizon commercial pour les entreprises chinoises. Si la part du commerce entre la Chine et les pays d'Afrique sub-saharienne reste marginale, elle a néanmoins progressé de manière sensible en moins d'une décennie. La Chine voit dans l'Afrique un réservoir de matières premières (comme le charbon provenant d'Afrique du Sud, ou les minerais du Gabon) et un débouché pour son industrie manufacturière. Là, comme dans le reste du monde, la Chine élimine ses concurrents dans le secteur du textile et des biens manufacturés. La Chine voit également dans l'Afrique un marché lui permettant de tester ses produits industriels et de les proposer à une clientèle moins exigeante. Le marché africain de 900 millions de consommateurs potentiels est considérable. Et comme en Europe ou aux Etats-Unis, la Chine peut s'appuyer sur des communautés chinoises très présentes en Afrique francophone et en Afrique orientale. Si au Maghreb, la population chinoise reste insignifiante (à peine un millier de personnes au Maroc), elle est sensiblement plus importante au Sénégal, au Kenya et en Tanzanie. Même si les entreprises chinoises cristallisent le mécontentement, accusées de fraudes douanières et de livrer une concurrence déloyale à l'économie locale et informelle, les gouvernements africains restent bienveillants, estimant que l'intrusion de la Chine est un moyen de dynamiser la concurrence en permettant de contourner les circuits commerciaux traditionnels.

Cependant, l'invasion du marché africain a été préjudiciable pour beaucoup de pays. L'île Maurice dont l'économie repose sur le textile en est un exemple. Elle a perdu environ 10.000 emplois dans le secteur. En quelque mois, la Chine populaire a dépassé ses quotas commerciaux signés avec ses partenaires. La Chine veut combler la vétusté de ses infrastructures : les ports, les routes, les chemins de fer etc. Pour ce faire, l'empire du Milieu s'est lancé dans l'exploitation des matières premières (pétrole, fer, bois, cuivre...) à travers le monde.

Des analystes ont longtemps expliqué la flambée du cours de l'or noir par la forte demande chinoise. Que ce soit en Europe ou en Afrique, les produits chinois dont les prix défient toute concurrence inondent les marchés au détriment des productions locales. L'Organisation mondiale des migrations (OMM) évalue à cent cinquante (150) millions le nombre de Chinois vivant à l'étranger.

Selon le Fond monétaire international (FMI), la Chine populaire dispose d'une réserve en devises estimées mille (1000) milliards de dollars US. Les entreprises « China National Offshore Oil Corporation » (CNOCC) et « China Petroleum et Chemical Coorporation » (SINOPEC) injectent des dizaines de milliards de dollars US dans l'exploration et l'exploitation de l'or noir au Nigeria, en Angola, au Gabon, au Soudan etc.

En Côte d'Ivoire, au Mali, ou au Sénégal, les entrepreneurs chinois disputent âprement aux traditionnels Occidentaux les secteurs des travaux publics et bâtiment. « Sur le plan extérieur, le commerce chinois est excédentaire avec l'Union européenne et les Etats-Unis », révèle l'OMC. En envahissant ses partenaires de ses produits, en provoquant la délocalisation des usines, la Chine populaire trouble sérieusement « le sommeil économique » de ses partenaires au sein de l'Organisation mondiale du commerce (Gaye A., 2006 ; Pinaud N., 2006).

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.