WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La république populaire de Chine comme partenaire au développement de la république du Sénégal: Enjeux et perspectives

( Télécharger le fichier original )
par Moustapha Sokhn A DIOP
ENA - BREVET ENA 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. PRÉSENTATION DU SÉNÉGAL

Le Sénégal s'étend sur une superficie de 192.712 km², pour une population de 11,4 millions environ, il est limité au Nord par la Mauritanie, à l'Est par le Mali, au Sud par la Guinée Bissau et la Guinée Conakry (cf. carte 2). Le territoire est divisé en 11 régions3(*) où vivent les différentes ethnies liées les uns et les autres par un profond désir de cohabiter.

Carte 2 : Présentation du Sénégal

Doté d'une démocratie vivante, d'un secteur industriel relativement développé et d'une localisation géographique favorable, le Sénégal est en mesure de devenir la locomotive régionale de l'Afrique francophone, position assumée jusque-là par la Côte d'Ivoire avant que ce pays ne se retrouve dans une situation de crise.

Les partenaires financiers du Sénégal ont d'ailleurs sanctionné les performances macro-économiques du pays et ses efforts sur le plan structurel en reconnaissant, en avril 2004, que le pays avait atteint le point d'achèvement de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Figure 2 : Estimations des auteurs sur la base des données de la Direction de la prévision et de la statistique.

Source : Perspectives économiques du Sénégal, 2006. OCDE

La dévaluation du franc CFA en 1994 et les politiques économiques appliquées depuis ont conforté la situation économique du Sénégal. En dépit des chocs exogènes, notamment les aléas climatiques, la croissance du PIB s'est située dans une fourchette de 5 à 6,5% par an sur la période 1995-2005. Si en termes réels elle a fléchit à 2,4 % en 2002 en raison d'une sécheresse prononcée, elle a rebondit à environ 6% en 2003, année qui a connu une campagne agricole exceptionnellement bonne. Entre autres facteurs, les dégâts causés sur les cultures et les pâturages par les criquets pèlerins et une mauvaise pluviométrie dans certaines régions du pays a réduit la progression du PIB à 5% en 2004. Cependant, en raison de la crise pétrolière et celle des sociétés comme les Industries Chimiques du Sénégal (ICS) et la Société Africaine de Raffinage (SAR), le PIB a chuté en deçà de 4 % en 2006. Selon les prévisions, en 2007, avec la stabilisation de ces impairs, ce taux pourrait dépasser les 6%.

Tableau 2 : Principaux indicateurs économiques Sénégalais en 2006

Population 

11,4 millions d'habitants en 2004 (EIU 2006

Croissance démographique

2,4 % par an (Banque Mondiale, 2003)

Espérance de vie 

52 ans (Banque Mondiale, 2003)

Taux d'alphabétisation 

38% (Banque Mondiale, 2004)

Indice de développement humain 

157ème sur 177 pays (P.N.U.D. 2005)

PIB 

7,6 Mds $ en 2004 (EIU 2006)

PIB par habitant 

720 $ (DGPTE 2005)

Taux de croissance

4 % en 2006

Taux de chômage 

40% (estimations)

Solde budgétaire

-4,8% du PIB en 2002 (E.I.U., 2004)

Taux d'inflation 

0,5% en 2005 (EIU 2006)

Source : Perspectives économiques du Sénégal, 2006. OCDE

La venue d'investisseurs étrangers qui créent de la valeur ajoutée, transfèrent des technologies et de l'expertise et créent des emplois est également essentielle. Mais il s'agit aussi d'un défi agricole, qui renvoie à la modernisation de l'agriculture et au développement d'activités non agricoles en milieu rural susceptibles d'absorber la population active « excédentaire » issue de ce processus de modernisation. Enfin, il s'agit d'un défi financier, qui consiste à mettre le système financier sénégalais au service du secteur productif domestique.

Au niveau sous-régional, le Sénégal fait figure de pays « industrialisé », avec un secteur secondaire qui représentait environ 23% du PIB en 2003 et plus de 30% de ses exportations constituées de produits manufacturés. Ses principales activités industrielles sont concentrées dans l'agroalimentaire, les matériaux de construction, la chimie et le textile. Si les politiques d'ouverture commerciale, de libéralisation et de privatisation menées au cours de la dernière décennie ont eu pour objectif de stimuler le développement industriel du pays, le coût excessif des facteurs, la faiblesse de l'investissement et un marché domestique limité n'ont pas permis de complètement concrétiser ces espoirs. Le textile peine à faire face aux importations de fripes venues d'Europe ainsi qu'aux produits asiatiques, dont la concurrence devrait s'accentuer avec la fin des accords multifibres le 1er janvier (BAfD/OCDE 2006).

* 3 Le territoire passera à 14 régions, avec le projet de l'érection de Sédhiou, Kédougou et Kaffrine comme nouvelles régions.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.