WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La république populaire de Chine comme partenaire au développement de la république du Sénégal: Enjeux et perspectives

( Télécharger le fichier original )
par Moustapha Sokhn A DIOP
ENA - BREVET ENA 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II. HISTORIQUE DES RELATIONS ENTRE LE SÉNÉGAL ET LA CHINE

Deux pays amis, depuis 1964, à l'aube de l'indépendance, la Chine et le Sénégal ont toujours eu des positions communes lors des grandes rencontres internationales et conférences à travers le monde. C'est en décembre 1971 que la Chine et le Sénégal nouèrent des  relations diplomatiques. Pendant les 25 années qui on suivi, les  échanges entre les deux pays étaient multiples et fréquents. Au  plan politique, les deux anciens chefs d'Etat sénégalais, Léopold  Sédar Senghor et Abdou Diouf, visitèrent la Chine, tandis que de  hauts dirigeants chinois foulèrent le sol sénégalais. En matière  d'assistance économique, la Chine a fourni au Sénégal quatre  importants crédits sans intérêt, destinés à la réalisation de  plusieurs projets de construction dont notamment le stade de  l'Amitié à Dakar, l'envoi d'une dizaine d'équipes médicales, le  barrage d'Affiniam en Casamance, la promotion de la  riziculture, l'installation de centres culturels etc. Tous les deux ans, 20 ans durant, sans interruption, des équipes d'au moins 17 personnes qualifiées se relayaient dans la structure. Spécialisé dans la médecine tropicale, « l'hôpital Silence » faisait le bonheur des populations qui affluaient, outre du Sénégal, de la Guinée-Bissau, de la Guinée Conakry, de la Gambie, du Mali, de la Mauritanie et même du Gabon. C'est conscient de la place et du rôle joués par la structure devenue très petite pour recevoir tous ces malades, que la Chine populaire avait ficelé un projet de construction d'un nouvel hôpital pour une valeur de 1 milliard de FCFA. Un projet tombé à l'eau. Car, suite à la décision des autorités sénégalaises d'établir des relations diplomatiques avec la Chine Taiwan, la Chine populaire a décidé de rompre avec le Sénégal.

Sur le terrain de la coopération mutuellement avantageuse, deux entreprises publiques chinoises, en l'occurrence la Compagnie de  pêche Chine-Afrique et la Société des travaux de construction du  Henan, travaillaient aux côtés de leurs partenaires sénégalais.  Sur le plan culturel, les échanges étaient légion : plus de 40  projets ont été concrétisés dans les domaines aussi divers que le  sport, l'information, l'éducation, les études littéraires et les  arts. Des professeurs chinois enseignaient à l'Université de Dakar et à celle de Thiès, alors que des étudiants sénégalais, nantis de bourses du gouvernement chinois, apprenaient en Chine des  disciplines telles que l'industrie textile, l'hydraulique, la  météorologie, la minéralogie et la médecine.  En commerce, le Sénégal exportait notamment du phosphate (30.000 t par an) vers la Chine et en importait du thé, des textiles et des produits d'industrie légère. Mais la balance commerciale  était largement favorable à la Chine qui exportait pour 21  millions de dollars vers le Sénégal et en importait pour 1,4  million de dollars seulement, en 1994, année où les exportations  de phosphates sénégalaises ont cessé. En novembre 1995, soit un peu plus d'un mois avant leur " divorce", les deux parties avaient même envisagé d'accroître  leurs échanges dans les secteurs public et privé pour  l'exploitation de ressources minières. Un projet d'ouverture d'une ligne aérienne directe entre Beijing et Dakar était également à  l'étude, à l'initiative des autorités sénégalaises. 

Malgré la rupture de leurs relations diplomatiques en 1996, les contacts entre Beijing et Dakar allaient être plus ou moins  maintenus dans les dix années qui ont suivi et ce, dans l'arène de la diplomatie comme au niveau des entreprises publiques et privées. En témoigne l'obtention récente par une société chinoise publique, de l'adjudication pour les travaux de construction de routes et  d'échangeurs dans la banlieue de la capitale sénégalaise. On a  constaté depuis ces dernières années une présence massive de  commerçants chinois à Dakar avec leurs produits bon marché, à la  satisfaction de nombreux consommateurs et n'en plaise à certains  de la diaspora qui se plaignent de perdre ainsi une partie de  leurs débouchés sur place...  

En réalité, dès son arrivée au pouvoir en l'an 2000, le  régime de l'alternance avait déjà pensé mener des réflexions approfondies et de poser des actes sûrs et prudents  dans l'optique globale de normaliser un jour les relations avec  Pékin (Beijing). Après l'événement du 25 octobre 2005, la Chine et le Sénégal s'attendent aujourd'hui à une "coopération multiforme et  exemplaire".

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.