WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Génération dynamique d'interfaces spécifiques dans l'exploitation des processus d'ingénierie logicielle en apprentissage

( Télécharger le fichier original )
par Claude Albert MOGHOMAYE
Ecole Polytechnique Yaoundé CAMEROUN - DEA en Sciences de l'Ingénieur option Génie Logiciel 2004
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 4

Modélisation

'Useful abstractions are discovered, not invented' R.E. Johnson & B. Foote in Journal of Object Oriented Programming, 1(1), 1988

Ce chapitre présente une spécification formelle et semi-formelle du modèle d'interfacage proposé; puis, les propriétés et méthodes de celles-ci sont analysées, ainsi que les relations avec les objets manipulés dans la typologie de l'interfacage. Il définit également un modèle d'objets réutilisables pour les processus de développement qui découle de la spécification formelle. Nous définissons enfin une démarche pour l'acquisition et l'exploitation de ces objets.

4.1 Une specification formelle des interfaces

4.1.1 Pourquoi une specification formelle?

Nous voulons pouvoir générer dynamiquement des interfaces spécifiques (en ce sens qu'elles concernent un domaine précis) dans l'exploitation des processus d'ingénierie logicielle. Ceci implique de s'intéresser aux objets manipulés que sont les interfaces et aux processus d'acquisition et d'exploitation de celles-ci. La spécification formelle des interfaces permet de s'entendre sur les objets manipulés et d'en extraire des propriétés intéressantes pour leur manipulation. Ceci guidera l'élaboration des modèles d'objets réutilisables. Mais avant, définissons quelques observations empiriques. La spécification semi-formelle sommaire suivra pour résumer la modélisation des interfaces.

4.1.2 Quelques observations preliminaires

Les intuitions qui suivent proviennent d'observations essentiellement empiriques.

Intuition 1. L'ensemble des operations rCalisables sur les artefacts manipulCes par un processus contient quatre (04) operations : ajouter, consulter, modifier, supprimer.

Intuition 2. Il existe quatre (04) types d'interfaces dans la gestion des artefacts : les interfaces d'ajout, de consultation, de modification et de suppression.

Intuition 3. Toutes les interfaces prennent en entrée un artefact du processus et produisent en sortie l'artefact modifié. Donc chaque interface ne manipule qu'un unique artefact.

Illustration 1. Prenons le cas simpliste où nous voulons établir une association entre deux (02) artefacts, on peut se dire que l'interface concernée aura à manipuler deux (02) artefacts, mais on peut également se dire (ce qui nous sied le mieux) qu 'une association est un artefact avec comme attributs des liens logiques vers les artefacts associés.

Intuition 4. Les champs d'une interface sont un sous-ensemble des attributs du type d'artefact manipulé par celle-ci.

Trois (03) concepts se dégagent d'une interface : les attributs de celle-ci, ses méthodes et l'objet manipulé. Ces éléments vont nous permettre de définir un principe de conception des interfaces.

4.1.3 Principe de conception des interfaces

Definition 1. Principe de conception des interfaces pour l'exploitation des connaissances sur les processus

Nous proposons de disposer de trois (03) niveaux pour la conception des interfaces pour l'exploitation des connaissances sur un processus : le niveau lexical, le niveau sémantique et le niveau syntaxique, voir figure 4.1.

1. Le niveau lexical concerne la description des attributs de l'interface, on parlera de lexique d'une interface,

2. Le niveau sémantique quant à lui permet de décrire les actions associées à l'interface, on parlera de sémantique d'une interface,

3. Le niveau syntaxique s 'occupe des objets ou artefacts manipulés par cette interface, on parlera de syntaxe d'une interface.

Ce principe qui décrit les trois (03) niveaux de conception d'une interface guide le typage des interfaces que nous présentons ci-dessous.

4.1.4 Typologie de l'interfacage

Soit I l'ensemble des interfaces associées à un processus, A l'ensemble des artefacts de ce processus et O l'ensemble des opérations applicables sur les interfaces,

Definition 2. L'ensemble des opérations sur les interfaces peut-étre partitionné en quatre (04) sous-ensembles distincts :

~ Les opérations de création d'un artefact,

~ Les opérations de consultation d'un artefact, ~ Les opérations de modification d'un artefact,

Les operations de suppression d'un artefact.

La sCmantique d'une interface ne peut donc prendre que l'une des valeurs : creation, consultation, modification ou suppression.

Definition 3. Soit f : A x O ? I, la fonction de correspondance d'un couple (artefact,operation) à une interface, alors :

ViEI, ? ! (a,o)EAxO telque i=f(a,o)

f est bijective. On peut ainsi associer une unique interface à tout couple (artefact,methode).

Illustration 2. Une interface ne manipule qu'un unique artefact (voir Intuition 3), nous avons distinguC quatre (04) types d'opCrations rCalisables sur un artefact (voir Intuition 1) et Cgalement quatre (04) types d'interface (voir Intuition 2), la correspondance et l'unicitC sont vite Ctablies.

Definition 4. Soit f de la definition 3,

Vo E O,

Va=a1,a2,--- ,am E A, m E N,

| {z }

m attributs

Vi = i1, i2, - - - , in E I, n E N,

| {z }

n attributs

{

{i1,i2,...,in} c {a1,a2,...,am}

i = f(a,o) =o = semantique(i).

Le lexique d'une interface est un sous-ensemble des attributs de la syntaxe de celle-ci. De méme, la sCmantique d'une interface est l'opCration que celle-ci realise sur la syntaxe. Plus simplement, l'ensemble des attributs manipulCs par une interface i en correspondance avec l'artefact a est un sous-ensemble des attributs de celui-ci.

Il ressort de la typologie que le nombre d'interfaces nécessaires à un processus donné comportant n types d'artefacts est au pire des cas égal à 4 *n. La spécification formelle nous permettra de définir des modèles de ROSE pour les interfaces. De celle-ci découle une spécification semi-formelle beaucoup plus proche d'un modèle 'informatique de la représentation des interfaces.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy