WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Génération dynamique d'interfaces spécifiques dans l'exploitation des processus d'ingénierie logicielle en apprentissage

( Télécharger le fichier original )
par Claude Albert MOGHOMAYE
Ecole Polytechnique Yaoundé CAMEROUN - DEA en Sciences de l'Ingénieur option Génie Logiciel 2004
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 3

Méthodes & Concepts

Au coeur de notre travail, il y'a les objets réutilisables, le langage XUL' que nous présentons, soutendus par une approche méthodologique. Il s'agira en fait d'utiliser le langage et un interpréteur XUL pour l'élaboration et l'exploitation dynamique des interfaces spécifiques. Ensuite, de les joindre aux objets de la base de connaissances pour constituer les objets réutilisables des processus de développement (Reusable Objects for Software Engineering). Mais avant d'aller présenter la démarche, prenons le soin de situer quelques concepts nécessaires pour la suite à savoir les objets réutilisables et le langage XUL.

3.1 Les objets réutilisables

La réutilisation en Génie Logiciel est correlée à l'architecture logicielle très souvent. Une architecture logicielle doit donc fournir un contexte pour le développement de modules réutilisables. Aussi avons nous opté pour une réutilisabilité dans la dimension substance utilisée ou contenu avec les objets réutilisables dans la BCPD.

Les objets réutilisables ne sont pas des objets au sens d'instance de classe, ce ne sont pas des objets au sens de composants logiciels, mais c'est des objets au sens de produit permettant de stocker la connaissance et la manière dont cette connaissance sera utilisée. C'est ce que nous avons nommé 'Reusable Object' pour le Génie Logiciel ou plus simplement Reusable Objects for Software Engineering. Sans pour autant véhiculer des informations, ces objets réutilisables se rapprochent beaucoup plus des objets d'apprentissages définis par [Nelson et al. 1997, Nelson 1998, Wiley 2002].

La définition de ces objets dans la BCPD a été guidée par l'ontologisation du domaine des processus d'ingénierie logicielle avec le métamodèle SPEM. Leur mise en oeuvre a été inspirée de l'approche de Falbo qui propose des démarches pour le passage de l'ontologie du domaine aux objets réutilisables [Falbo et al. 2002].

'XML-based User Interface Language, prononcé !zoolU

3.2 Le langage XUL

XUL (XML-based User Interface Language, prononcé 'zool') est un langage de description d'interfaces homme/machine dérivé de XML2 (eXtensible Markup Language). Il est né du projet open source de Mozilla3. La norme XUL se propose de standardiser la manière dont les interfaces sont décrites et exploitées. Sa puissance de description est telle qu'il per-met de définir une application aussi complexe qu'un navigateur Web (XUL est au coeur de Mozilla et de Netscape 6). Certains voient en lui le concurrent de Java sur le poste client : il existe des interpréteurs pour toutes les plates-formes, XUL est donc un langage de description d'interface portable. Certains à l'instar de Frédéric Bordage proposent la relève des architectures client serveur (client lourd) et du web (client léger) par ce qu'il qualifie de Client Riche bâti sur XUL et à mi-chemin entre les deux (02) en corrigeant leurs différents défauts (voir l'article sur 01net4). De plus, XUL étant un dérivé de XML, il ne nécessite pas de compétences informatiques pointues.

Nous illustrons XUL avec un exemple de code XUL (voir la figure 3.1) et l'interface visuelle correspondante générée par un interpréteur (voir la figure 3.2).

Ce langage se fait encore discret, pourtant, il est à l'origine d'une nouvelle vague d'applications: étant écrit en XML, il est diffusable sur le Web simplement. Aucune documentation de référence n'est encore disponible, néanmoins on peut trouver des drafts5, ainsi que des interpréteurs swixml, luxor, XUI, thinlet, ...

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy