WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Facteurs de risque cardiovasculaire, maladies cardiovasculaires et gradient social en milieu professionnel (cas de la Société Nationale d'Electricité)

( Télécharger le fichier original )
par Joséphine NKOY BELILA
Université de Kinshasa (RD CONGO) - Spécialiste en médecine interne 2002
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.3.5 Axe électrique de QRS et fréquence cardiaque

Confirmant les données belges de MIRCEA G.S (150) relative à l'association significative entre niveau vie socio-économique et l'axe électrique de Q R S, la présente étude démontre l'absence de la relation significative entre l'axe électrique et le niveau socio-économique. Mais la présente étude infirme la corrélation positive existant entre la fréquence cardiaque et le niveau socio-économique.

4.3.6 Maladies coronaires et accident vasculo-cérébral

Un seul cas d'accident vasculaire est noté dans la présente étude, alors que l'athérosclérose cérébrale constitue la plus grande conséquence de L'HTA chez les Noirs Africains (18-21).

L'H.T.A s'est révélée le facteurs de risque prééminent chez les Noirs d'Abidjan (151) pour l'A.V.C. Cette rareté de cas d'A.V.C s'explique par le caractère de coupe transversale de la présente étude .

La maladie coronaire déterminée par l'athérosclérose comme l'A.V.C mais facile à évaluer par l'électrocardiogramme selon le code de Minnesota (2) est caractérisée par un profil épidémiologique changeant chez les noirs congolais au travail. La prévalence globale de la maladie coronaire dans ce milieu de travail est de 19,9%. Considérée sous forme de deux entités nosologiques, la maladie coronaire de type insuffisance coronaire est estimée à 11,3%.

Dans la présente étude, une association curvilinéaire est notée entre l'insuffisance coronaire et le niveau socio-économique : les catégories sociales faible et élevée étant les plus exposées à l'insuffisance coronaire. Par analogie à la relation curvilinéaire existant entre l' alcoolisme et le niveau socio-économique, et entre l'H.T.A et le niveau socio-économique, on est en droit de spéculer que le niveau socio-économique moyen moins consommateur d'alcool moins hypertendu serait protégé contre l'insuffisance coronaire. Les présentes données infirment ce qu'on disait schématiquement il y a plus de 25 ans que l'insuffisance coronaire était très fréquente chez les hypertendus blancs et rares chez les Noirs Africains (12, 62). Toutefois partageant les mêmes pools génétiques avec les Noirs Africains, les Noirs Américains présentent les mêmes risques que les Blancs (152).

Alors que dans les pays développés, avant les années 1960, lors de l'éclosion des maladies coronaires la classe sociale aisée était le facteur de risque de cardiopathie ischémique surtout chez les hommes âgés de moins de 55 ans, ce gradient s'était inversé à partir des années 1970 au détriment du niveau socio-économique faible(2,153). Cet après cette période qu'il eut une modification très marquée de l'environnement avec l'urbanisation accélérée et une mobilité sociale ascendante chez 40% de sujets d'une cohorte des sujets noirs Américains (154). Si dans les premières études africaines hospitalières, seule la classe aisée des intellectuels et des cadres occidentalisés était incriminée comme facteur de risque coronaire (62), la présente étude réalisée en communauté avec niveau socio-professionnel bien défini et en pleine transition nutritionnelle, démographique et épidémiologique, démontre que la maladie coronaire est déjà épidémique avant l'an 2020 (5,6) et qu'elle s'est déplacée du niveau socio-économique aisé à la classe sociale faible. Pire encore l'infarctus du myocarde séquellaire se repartit de manière égale dans les trois classes socio-économiques. Les taux de prévalence de la maladie cardiovasculaire observés dans la présente étude sont 10 fois plus élevés que ceux rapportés par Longo-Mbenza (2,2%) dans l'étude multicentrique CORONAFRIC en 1991 (32).

A Abidjan, une étude portant sur 100 hypertendus a montré la survenue d'un angor documenté dans 2% de cas et de signes électrocardiographiques de maladie coronaire chez 6% de sujets (153). Dans la présente enquête, le risque d'infarctus du myocarde séquellaire est quatre fois plus présent chez l'homme que chez la femme, tandis que le risque d'insuffisance coronaire électrique est deux fois plus prévalent chez les agents sédentaires que ceux avec activité physique élevée. Contrairement à la rareté absolue ou relative de la maladie coronaire chez les noirs hypertendus aux Etats-Unis (154) et en Afrique de l'Ouest (155 ,156), à cause de « survivor effect » lié à un excès de mortalité avant l'âge de la maladie coronaire, à une agrégabilité plaquettaire ralentie, à une fibrinolyse accélérée et à une riche circulation collatérale de réseau coronaire, la présente étude démontre que dans une population noire congolaise adulte jeune (âge moyen): (47,8 + 9 ans) et au travail, le risque d'insuffisance coronaire est multiplié par quatre en cas d'HTA.

Le sexe masculin et l'HTA ont déjà été suggéré sans analyses statistiques comme facteurs de risques coronariens chez les Noirs Africains (17).

Dans les pays développés et avant l'âge de 75 ans le sexe masculin, constitue deux à trois fois plus de risque de morbi-mortalité coronaire; mais après l'âge de 75 ans le risque de maladies coronaires et d'AVC est identique chez l'homme et chez la femme (157).

La présente étude permet donc d'expliquer le changement du profil épidémiologique de la maladie coronaire en Afrique où la classe moyenne (12) et surtout le niveau socio-économique bas seront le prochain cible des épidémies cardio-vasculaires.

En effet, après migration du milieu rural vers la ville de Kinshasa, les agents de niveau socio-économique faible ont adopté un style de vie très semblable à celui adopté précédemment par les noirs évolués, cadres, intellectuels et de niveau socio-économique élevé: consommation excessive de graisse animales , sédentarité, tabagisme, alcoolisme excessif et consommation de sucre et de sel. Les mêmes explications ont servi à la compréhension de l'inversion du gradient social des maladies coronaires au détriment de la catégorie de niveau socio-économique faible (2, 2).

A cette modernisation de la société congolaise d'avant 1990, marquée par une croissance industrielle rapide, il faut ajouter la crise socio-économique de la transition politique, les méfaits de la démocratisation (pillage), les conflits ethniques et les différentes guerres de libération, véritables stress physique et psycho-social pouvant expliquer l'émergence épidémique de la maladie coronaire au Congo.

Bien que plus fréquente chez l'homme que la femme, l'hypertrophie ventriculaire gauche, aussi bien que l'hémibloc antérieur gauche, affections pré-cliniques de l'athérosclérose coronaire ne sont pas associées au niveau socio-économique dans la présente étude.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net