WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Amenagement du territoire et developpement durale: Quelles perspective pour le schema d'amenagement du grand OPuaga SDAGO

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel YONI
Université de Ouagadougou - Licence professionnelle en Genie de l'evironnement : Sol, depollution et Amenagement du territoire 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

TITRE 2: LE SCHEMA DIRECTEUR D'AMENAGEMENT DU GRAND OUAGA

22

Mémoire de Licence P. / SDAT / Em. YONI / 20042005

L'étude de mise en place du SDAGO a été menée par des experts nationaux. Ces experts ont d'abord procédé à une analyse diagnostic qui fait l'état des lieux sur le plan socioéconomique et d'occupation de l'espace, relevé les atouts et les contraintes du développement dans le Grand Ouaga, les perspectives et définir, les grandes orientations du schéma pour terminer par des propositions d'organisation spatiale et de mesures institutionnelles suivi d'un chronogramme de mise en oeuvre du schéma.

Il apparaît aux termes de cette étude que le Grand Ouaga dispose comme potentialité une concentration de population jeune favorable à une meilleure productivité, il est en situation de principal centre économique, politique et culturel du pays, etc. Mais comme contraintes essentielles la fragilité du cadre écologique, la rareté des ressources naturelles (eaux, ...), la forte pression démographique consommatrice d'espace, l'absence d'un code de l'urbanisme et de la construction et d'un schéma national d'aménagement du territoire (SNAT),...

Les propositions d'organisation spatiale ont consisté à définir des zones préférentielles d'options d'aménagements et de développement du grand Ouaga avec un programme d'exécution du projet jusqu'à l'horizon 2010.

L'amélioration du cadre et des conditions de vie des populations en facilitant l'accès aux services de bases (eau potable, santé, électricité, éducation, formation professionnelle, emploi , un habitat décent, ...) ;

La gestion rationnelle des ressources naturelles en particulier les eaux des bassins fluviaux drainant la zone, les forêts et espaces verts, les bosquets villageois ...

Une meilleure intégration des villages centres et de la banlieue à la dynamique de la ville de Ouagadougou par la création des conditions nécessaires (amélioration des voies de communication et conditions de transport, création d'activités tenant compte de la vocation de ces différents villages,...) pour que la banlieue puisse jouer son rôle dans cette dynamique.

Une meilleure mobilisation des ressources humaines et financière locale par la promotion de l'éducation, la formation professionnelle des jeunes et la mobilisation des richesses de la zone;

L'adaptation de la réglementation et de la gestion institutionnelle aux réalités socioéconomiques et culturelles de la zone par l'intégration du secteur informel dans un cadre réglementaire légal au vu de sa contribution importante dans l'économie du pays en général.

2.2.2 Options d'aménagements

Les options d'aménagement ont mis l'accent sur la distribution des activités et équipements tout en respectant autant que possible, la vocation naturelle des terres et le principe de rentabilisation des réseaux existant ou à créer. Ces options sont:

Pour ce qui est de l'occupation et l'organisation de l'espace, le schéma prévoyait entre autres la restructuration des zones dites « d'habitat spontanée », la poursuite de l'aménagement des villages centre, la valorisation et la densification du

25

tissu ancien (Ouaga traditionnel), la préservation des formations forestières naturelles et réservation d'une bande de 1 km pour les ceintures vertes... ;

En matière de gestion des ressources naturelles, le schéma prévoyait l'élaboration et la mise en place d'un schéma d'aménagement et de valorisation des eaux, terres, forêts carrières, du bassin fluvial du massili, la réalisation effective du projet intégré du bassin Nakambé, une meilleure politique de gestion des espaces verts et ceintures vertes de la zone;

Une promotion sociale par une meilleure répartition des infrastructures et d'équipement de formation, d'éducation et de santé dans toute l'espace du Grand Ouaga;

Du développement des activités économiques et de l'emploi par l'appui au secteur informel, la promotion industrielle (agroalimentaire, matériaux de construction...), l'organisation de l'artisanat, l'agriculture et l'élevage, etc. ;

Des infrastructures et équipements, il s'agit entre autres de l'aménagement de la voirie pour améliorer l'accessibilités des villages centres et la fluidité de la circulation à l'intérieur même de la ville de Ouagadougou, la réservation d'un espace pour le futur aéroport, la prévention d'extension de l'Université de Ouagadougou sur le site de Gampela qui se situe dans le sens de l'extension préférentielle de l'habitat et favorise du même coup l'approvisionnement en eau potable à partir de ZIGA;

De l'assainissement, il s `agissait de poursuivre la mise en oeuvre du Plan Stratégique d'Assainissement de Ouagadougou (gestion des déchets, des excrétas et eaux usées, le drainage des eaux pluviales...) et l'étendre à toute la zone du Grand Ouaga;

Enfin, le schéma prévoit une réorganisation institutionnelle et réglementaire qui responsabilise les différents acteurs (municipalités, services publics et privés...) conformément aux orientations de la décentralisation et la création d'une autorité

26

chargée du suivi et de la coordination des actions d'aménagement sur l'aire du schéma. Le mode de financement serra essentiellement composées des ressources locales et de la participation des ménages (taxes sur les autorisations de construction de grands équipements, redistribution des taxes de jouissances pour le financement de certaines actions d'aménagements, emprunts sur place, ...). Un chronogramme de mise en oeuvre de ces actions est établi en trois (3) phases:

Première phase (1 9972000) : adoption du schéma et mise en oeuvre de certaines actions notamment réglementaires et institutionnelles ;

Seconde phase (20002005) : phase active de mise en oeuvre du schéma où toutes les actions devrait trouver un début;

Troisième phase (200520 1 0): consolidation et achèvement des actions.

2.2.3 Les acteurs

Le SDAGO est un outil à caractère multisectoriel dont la mise en oeuvre nécessite l'implication de plusieurs acteurs. En effet, les services publics, les municipalités, la société civile, le privé et tous les usagers de l'espace comme base de leur système de production, doivent participer chacun en ce qui le concerne à la réalisation du projet. C'est en fait un guide auquel doit se référer tous les acteurs dans leurs projets d'aménagement.

A ce jour, les acteurs clés sont essentiellement les municipalités qui doivent l'intégrer dans les projets de lotissement et tout autre aménagement urbain ou rural dans l'espace du Grand Ouaga. Un outils de base pour le ministère en charge des infrastructures et de l'habitat à travers ses services techniques et ratachés (DGUH,

3ème

SONATUR, PDU ...) et certaines sociétés immobilières privés pour la
construction des édifices à usage d'habitation, commercial ou industriel et certaines

27

infrastructures d'assainissements de grandes envergures (canaux d'évacuations des eaux pluviales, ...). De même pour ce qui est de l'ONEA (réseau d'adduction d'eau potable et d'assainissement), de la SONABEL, de l'ONATEL pour l'extension des réseaux de communication et de distribution d'énergie. Le ministère en charge de l'environnement et du cadre de vie pour ce qui est de la gestion des formations forestières, espaces verts ...

A nos jours, les superficies aménagées dépassent largement les estimations du schéma (confère, tableaux ciaprès). Pour la seule année 19992000 les quatre arrondissements de Ouagadougou ont aménagé 97.522 parcelles sur 71.926 estimées par le schéma pour les années 1997 à 2005.

29

Mémoire de Licence P. / SDAT / Em. YONI / 20042005

Koubri (53) Komsilga (67), Saaba (45), TanghinDassouri (18) et Loumbila (09). L'analyse de ces dossiers montrait que 96,7% des intentions d'activités s'écartaient des prescriptions du SDAGO . De façon générale on remarque que les zones destinées à l'habitation et autres activités supportent pour la plupart des activités ag rocylvopastorales.

Du volet valorisation et densification du tissu urbain ancien (Ouaga traditionnel), le schéma prévoyait la réhabilitation des quartiers ne répondant plus aux normes modernes d'urbanisation. Il s'agit des quartiers Larllé, Nemnin, Niocsin, Paspanga, Ouidi, KologNaaba, Bilbalogo, Samandin, « quartiers saints », Koulouba, Zangouettin,... Le projet ZACA en est un début d'exécution de ce volet. Ce point ferra l'objet du Titre 3.

précédent sommaire suivant