WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact socio-économique du micro crédit

( Télécharger le fichier original )
par Kayaye ADAM ABAKAR
Université de Ngaoundere (Cameroun) - Licence 2007
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE I : - CONSIDERATION THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE

I - PROBLEMATIQUE

Le développement socio-économique est devenu au Tchad la préoccupation des institutions de micro finance. Ces dernières ont proposé le micro crédit comme solution à la pauvreté.

Notre intention est celle d'analyser, comment le programme de micro crédit participe - t-il à l'amélioration des conditions de vie des populations ?

II.1- REVUE LITTERAIRE

Les disparités sociales auxquelles la femme fait face dans son vécu quotidien demeurent la préoccupation majeure des décideurs depuis l'inauguration par les nations Unies de la décennie consacrée à l'évolution du statut de la femme dans la société. Dans cette perspective, les rapports de la femme avec les restes de la société n'ont pas échappé l'attention des chercheurs qui y ont consacré des écrits sous diverses dimensions. Ils sont soit des animateurs ou adeptes du féminisme, soit des professionnels. Ainsi Esther Boserup dans son ouvrage la femme face au développement (1970)1(*) décrit le dynamisme des femmes du tiers monde et réprime énergiquement l'attitude désinvolte des décideurs qui marginalisent les femmes dans l'élaboration des projets. Pour elle, bien que exclues du secteur moderne de la production agricole, les femmes du tiers du monde n'ont cessé de jouer un rôle essentiel dans l'économie de leur pays à travers les cultures vivrières et les activités de subsistance dont la valeur a été sous-estimée.

Toujours selon l'auteur, les femmes représentent une force productrice dont on ne doit pas négliger si l'on veut garantir un projet futur.

S'insurgeant et critiquant avec véhémence les nombreuses injustices qui accablent les femmes dont les hommes sont les acteurs, se définissant à partir de leurs positions sociales, Droy reproche aux homme leur manque d'impartialité dans la gestion des biens au niveau domestique. Pour l'auteur la femme est un pilier incontournable dans le processus de développement. L'oublier dans ce cas c'est détourner les projets de développement à mettre en place.

Matériellement assise, disposant des moyens financiers qui leur permettent d'être influentes au sein de la société Indienne. Dans cette société la tricotterie, maçonnerie sont devenues d'ailleurs de véritables figures de réussite féminine. Leur puissance matérielle fait d'elle non pas des objets dans leur relation avec les hommes mais un agent économique de taille.

Les groupements, les Associations, les tontines s'avèrent être un instrument à travers lesquels les femmes peuvent s'auto promouvoir , avoir une vision d'elles-mêmes ; de leur environnement, échanger entre elles, partager leur préoccupation , discuter leur vie de tous les jours, bref prendre la parole au sein de la société. C'est que soutiennent Kristien De Boodt et Lisette Camberge2(*) dans leurs écrits.

Guy Belloncle, soutien pour sa part que les femmes occupent sur le plan économique et social des places déterminantes. Il souligne cependant que dans leur majoritaire les femmes restent les laisser pour compte au niveau des programmes national et international de l'éducation et de l'emploi « Sous cet angle les femmes pourraient-elles participer au développement » s'inquiète Guy Belloncle.3(*)

Muhammad Yunus, répondant à une question de journaliste qui disait : Dans ces conditions pourquoi Grameen ferait-elle confiance aux hommes ?

Lorsqu'une mère misérable commence à gagner un peu d'argent, c'est d'abord à ses enfants qu'elle destine ses revenus. Ensuite, vient la maison : elle achète quelques ustensiles, refait la toiture et améliore les condition de vie de la famille. L'une de nos emprunteuses était tellement contente qu'elle tira par la manche un journaliste pour lui montrer le lit à une place qu'elle avait pu acheter pour elle et sa famille.

Si parmi les objectifs du développement figures l'amélioration des conditions de vie, la résorbtion de la pauvreté, l'accès à un emploi digne de ce nom et la réduction des inégalités, alors il est naturel de commencer par les femmes. Economiquement et socialement défavorisées, victimes de sous-emploi, elles forment la majorité des pauvres. Et dans la mesure où elles sont proches des enfants, les femmes incarne l'avenir de Bangladesh. 4(*)Cette réponse rejoint directement la situation des femmes de Mao.

II- 2- HYPOTHESES

Pour répondre à nos questions, nous émettons des hypothèses.

Hypothèse principale :

- le micro crédit contribue à transformer le vécu quotidien des femmes

Hypothèses secondaires :

- l'accès des femmes au micro crédit leur donne une indépendance dans la gestion ;

- l'octroi du crédit aux femmes renforce leur rôle dans le foyer

- l'octroi de crédit aux groupements féminins crée des conditions de bien-être dans la communauté

II- 3 - OBJECTIFS DE L'ETUDE

Toute recherche, tout thème poursuit des buts. Ils ont une finalité que recherche celui qui entreprend la recherche. Il s'agit ici pour nous de montrer notre intention à travers ce thème. En fait, nous avons comme objectif :

Objectif principal

Montrer que les micros crédits contribuent à transformer le vécu quotidien des femmes musulmanes de la ville Mao.

Objectifs secondaires

Ø Montrer que le micro crédit accordés aux femmes a abouti à une réorganisation des rôles conjugaux ;

Ø Montrer que les femmes, jadis assujetties jouent actuellement un rôle non négligeable pour la survie de la famille

III.1 - DEFINITION DES CONCEPTS

Comme l'affirmait Emile Durkheim «  la première démarche du sociologie doit être de définir les choses dont il parle afin que l'on sache de quoi il est question ». Ainsi nous ne saurions faillir à cette règle. C'est pourquoi afin de bien mener notre travail nous sommes attelées à définir les termes clés qui sont : Micro - crédit, Pauvre, impact et socio-économique.

a- Le Micro crédit :

Le micro crédit est un prêt accoré sous certaines conditions et modalité par une institution à un individu directement ou à travers une organisation. C'est une somme remboursable dans un délai généralement prévu à l'avance avec intérêt.

b- Pauvreté

Selon le lexique des sciences sociales, la pauvreté est une notion sans critère en dehors de l'absence de moyens pour survivre.5(*)

Nous ne pouvons prétendre donner une définition standard à ce concept puisque certains sociologues qui étudient la pauvreté eux-mêmes, ne font que s'intéresser aux processus qui conduisent certains ménages à s'appauvrir ou mieux, aux facteurs de paupérisation et aux conditions d'existence marquées par la fragilité. Il est ici question des populations dont le niveau de vie est plus bas. La pauvreté commence lorsque le niveau de revenus d'un ménage ou d'un individu est faible. Il y a plusieurs formes de pauvreté mais toutes ont toujours un effet désastreux sur le social : l'exclusion se caractérisant par le rejet systématique des individus sans culture, sans argent, sans emploi.

c- Impact :

D'après le lexique des science sociales, un impact est eu effet produit sur un individu ou une situation, par un événement, une action. Le dictionnaire petit Larousse le définit comme étant l'influence qui résulte d'un effet produit par quelque chose.

Les deux définitions ont pour point commun l'influence d'un effet exercé par quelque chose ou par un individu sur une autre et tendant à le transformer ainsi que son environnement.

d- Socio-économique :

Le social renvoie à tout ce qui concerne les hommes en société. L'interprétation des problèmes économiques, politiques et sociaux a conduit à la polysémie de terme appartenant d'abord selon le lexique des sciences sociales seulement à l'un des ces domaines sociaux correspond alors à la confusion des trois. L'économie quant à elle est définie au sens courant par le lexique des sciences sociales comme l'épargne, l'art de gérer avec parcimonie les ressources de la maison. Au-delà les définitions sont aussi nombreuses que discutés. L'économie quant à elle est définie par le lexique des sciences sociales comme l'épargne et l'art avec parcimonie les ressources de la maison. Au delà, les définitions sont aussi nombreuses que discutées. L'économie de consommation est donc une production satisfaisant les besoins du producteur ou économie de marché, celle des consommateurs. La combinaison de ces deux termes renverrait à la manière dont les hommes interprètent les problèmes économiques, politiques et sociaux inhérents à leur société. Le but principal est de répondre aux besoins de consommation en vue d'une aspiration vers un certain mieux être.

III -2. LIMITE DE L'ETUDE

Nous voulons montrer à travers ce travail les motivations qui ont conduit les femmes à entreprendre des activités génératrices des revenus et révéler les impacts de ces actions sur les ménages. Les limites de cette étude se situent au niveau de la population, le problème qui se pose à ce niveau est de savoir si les analyses doivent porter exclusivement sur les groupements féminins ou sur les femmes individuellement. Toutefois, nous avons jugé nécessaire de travailler sur les femmes dans le but de découvrir les motivations individuelles qui les ont conduit à entreprendre des activités lucratives.

III- 3. DELIMITATION DU TERRAIN D'ETUDE

Selon M. GRAWITZ, « les sciences sociales devaient donc pour atteindre un statut scientifiques, se détacher des réflexions générales et se limiter à des secteurs où les rapports et les relation entre les facteurs pouvait être mis en évidence. Ceci impliquait que soit réduit le champ d'observation. C'est pourquoi nous avons jugé utile de circonscrire notre champ d'étude.

Nous avons choisi la ville de Mao. Ce choix est orienté par le fait que cette ville est la plus touchée par le phénomène de la pauvreté. Ceci nous a permis de mieux mesurer l'impact du micro - crédit des femmes.

III- 4- THEORIE D'ANALYSE

Pour la réalisation de ce travail, notre choix s'est porté sur l'individualisme méthodologique. Cette théorie s'est détachée du déterminisme qui, selon elle, surestime les contraintes sociales et l'influence exercée par la société. Du point de vue de cette théorie, on ne peut étudier les phénomènes sociaux qu'à la condition de partir des individus, de leurs motivations et de leurs actions. Les actions individuelles constituent l'élément de base du social qu'il convient, pour le sociologue, d'étudier, ensuite, montrer comment ces actions ont interféré et donné naissance à un phénomène social.

L'action d'un individu est rationnelle si celui-ci « a des bonnes raison d'agir ». L'individualisme méthodologique estime, en effet, qu'une action est rationnelle pour peu qu'elle soit orientée par un intérêt, une valeur ou même la tradition. La rationalité est enfin, située. En d'autres termes les individus adoptent des stratégies en fonction de l'environnement économique institutionnel, historique...

Dans le cadre de cette étude, la lutte contre la pauvreté à travers les activités génératrices de revenus des femmes et des associations féminines constitue ici un effet d'agrégation engendré par les comportements individuels des femmes. En d'autres termes ces femmes prises individuellement sont rationnelles dans la mesure ou leurs actions sont orientées par un intérêt (meilleure condition de vie). Les femmes de Mao ont de ce fait «  des bonnes raisons d'agir » contre la pauvreté à travers les activités génératrices de revenus.

La rationalité est située selon Boudon. Cela signifie que ces femmes développent des stratégies en fonction de la crise économique qui ne cesse de déstructurer le mode de vie local et aussi en fonction de la législation régissant le fonctionnement de micro crédit et la situation socio-économique actuelle engendrée par l'histoire politique du pays. Il est également à relever dans ce sillage, les pesanteurs socioculturelles. Tout ceci constitue une contrainte qui réduit la marge de liberté des femmes qui en principe devrait être indéterminée. Les femmes développent diverses stratégies qui leur permettent de surmonter le déterminisme culturel qui s'impose comme une entrave considérable à leur insertion dans les Activités Génératrices de Revenus (AGR).

Enfin, Boudon pense que les phénomènes sociaux ne peuvent s'expliquer qu'à la condition de partir des individus, de leurs motivations et de leurs actions.

Ceci est de même pour les femmes. Les motivations de ces dernières sont nées générées par l'existence d'un phénomène social : la pauvreté.

III-5- ENTRETIEN

L'entretien concerne deux personnes en situation de communication orale ou l'une pose des questions et l'autres répond. D'une manière plus technique il s'agit « d'un procédé d'investigation scientifique utilisant un processus de communication verbale pour recueillir les informations en relation avec le but fixé ».6(*)

C'est une technique opératoire de l'enquête directe impliquant un rapport de face à face entre un enquêteur et un enquêté. Il permet d'obtenir des informations sur les faits dont on analyse les degrés de pertinence, de validité, et de fiabilité au regard des objectifs. L'entretien nous a permis de recueillir les informations auprès des femmes, des groupements. Il nous a aidé à avoir un véritable échange avec nos interlocutrices qui ont exprimé leur perception de la situation d'une part et d'autre part nous a permis d'amener nos interlocuteurs à ne pas écarter des objectifs de notre recherche.

III- 6- ECHANTILLONNAGE

C'est une fraction représentative d'une population ou d'un ensemble statistique. Dans le cadre de notre travail, nous avons choisi les informatrices en fonction de leurs activités mais aussi en fonction des variables sociales telles que l'âge, l'appartenance ethnique et le niveau d'instruction.

Pour notre recherche nous avons interrogé 2 agents de ADIS et 16 femmes emprunteuses.

III-7- QUESTIONNAIRE

Pour notre travail nous avons choisi le questionnaire pour recueillir les points de vue. Le questionnaire selon GONZAGUE Raymond «  c'est une série de question posée à un enquêté pour avoir des informations fiables sur les représentations, croyances, opinions et pratiques sociales »7(*)

Il nous a permis de recueillir les informations auprès des emprunteuses et l'Agence d'encadrement. Le questionnaire nous a permis de collecter des informations pour vérifier nos hypothèses.

III-8- INTERET DE LA RECHERCHE

L'intérêt de ce sujet peut se percevoir dans l'approche du phénoméne à travers le dynamisme des femmes : il s'agit d'une approche globale et analytique de ce dynamisme comme facteur de résolution des problèmes relatifs au social et à l'économique, en d'autres termes, de la lutte contre la pauvreté. Ainsi, sur le plan théorique, cette étude complète la littérature sociologique en ce qui concerne les motivations individuelles qui conduisent les femmes à entreprendre des activités génératrices des revenues dans notre zone d'études en nous fondant sur l'individualisme méthodologique.

Sur le plan pratique, les conclusions du présent travail seront à la base du renforcement des capacités économiques des femmes et une fois encouragées dans leur effort, elles pourront apporter leur quota au processus de la réduction de la pauvreté.

III-9- LA PRE ENQUETE

Pour la réalisation de notre travail, nous avons fait recours aux méthodes suivantes : l'interview, l'observation participante, le questionnaire, mais aussi les sources documentaires qui nous ont permis de bien cerner notre thème.

III-10 - DIFFICULTES

Pour la réalisation de ce travail nous avons rencontré de difficultés mais pas des difficultés de taille. Comme nous avons travailler pendant deux ans dans cette ONG nous avons à notre disposition presque tout les documents qui traitent de notre travaille.

Nous avons rencontré de difficultés auprès de nos informatrices, comme nous avons travailler ensemble elle pense que nous allons leurs apporter d'autre prêt.

Dans l'ensemble nous sommes satisfait de notre descente sur le terrain.

* 1 Boserup Esther : la femme face au développement, Paris, PUF, 1970

* 2 BOOD DE Kristien et COMBERGE Lisette : Femmes pionnières de Guinée, dix ans d'appui au groupement d'auto promotion de Bangouya, Paris, PUF, 1970.

* 3 BELLONCLE Guy : Femme et développement en Afrique Sahélienne, l'expérience Nigérienne d'animation féminine, Paris, édition Ouvrière, 1980 p.212

* 4Muhammad Yunus, vers un monde sans pauvreté, JC Lattés 1997, p 115-116

* 5 Grawitz (M) : Lexique des sciences sociales, Paris Dalloz, 7e édition, 1999

* 6 Grawitz (M) : méthode des sciences sociales, Paris Dalloz, 11e édition, 2001

* 7 Dictionnaire de sociologie, paris, seuil, 1998, page 354

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.