WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'exploitation des ressources marines et la protection de l'environnement

( Télécharger le fichier original )
par Fofana Djakaridja
Université de Limoges - Master 2 droit international et comparé de l'environnement 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

§ II : La pollution du fait de l'exploitation des autres minéraux

L'exploitation minière risque d'avoir des répercutions importantes sur la qualité du milieu marin et par ricochet sur l'écosystème même si aujourd'hui aucune étude scientifique ne permet de l'affirmé. On pense par exemple que l'exploitation des nodules de manganèse pourrait agir sur les communautés benthiques et sur les planctons26(*).

L'exploitation minière en effet dans son fonctionnement fait intervenir plusieurs produits chimiques qui peuvent être nocifs pour le milieu marin. Il est donc à craindre que la généralisation de l'exploitation minière du fait de l'évolution rapide des moyens technologiques soulève des problèmes environnementaux importants.

Quant à l'exploitation des matériaux de construction comme le sable et le gravier déjà pratiqué dans les zones côtières, des études montrent que le principal impact sur l'écosystème tient à la perturbation et à l'enlèvement des organismes benthiques dans la zone d'extraction. Des dégâts peuvent être causés aux zones de frai du poisson qui dépose ses oeufs directement sur le gravier comme le hareng.

A plus long terme, si la zone d'extraction met beaucoup de temps à se reconstituer, on constate une baisse des espèces benthiques. Les études effectuées au large des côtes de l'Angleterre ont montré que les espèces benthiques avaient baissées de 40% du fait de l'exploitation du sable et du gravier27(*)

En somme, l'exploitation des ressources marines non vivantes et vivantes dans sa pratique actuelle est nuisible pour le milieu marin. Cette situation est paradoxale si on se fie à l'intensité de la diplomatie environnementale et au nombre des conventions adoptées. Il faut noter que pour l'environnement marin uniquement, on compte environ 400 traités. Le problème qui se pose en réalité est que le cadre juridique est inadapté à plusieurs égards.

CHAPITRE II : UN CADRE JURIDIQUE INADAPTE A LA PROTECTION

L'inadaptation du cadre juridique international est perceptible au niveau normatif et au niveau institutionnel.

* 26 An independent study conducted by:The Southampton Oceanography Centre & Dr. A. Charlotte de Fontaubert , The status of natural resources on the high-seas ( 2001)

* 27 Commission Ospar, bilan de santé 2004

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net