WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'Union Africaine: Bilan et perspectives (2001-2008)

( Télécharger le fichier original )
par Popaul FALA MAYU MULEEL
Université de Lubumbashi - Licence en relations internationales 2008
  

précédent sommaire suivant

§2. Typologie des organisations internationales

Plusieurs concepts sont utilisés pour classifier les organisations internationales. Malgré leurs différences ou similitudes ; ils expriment tous les réalités spécifiques que renferme la structure des organisations internationales.

LUNDA BULULU24(*) classe les organisations internationales selon l'objet, le pouvoir et l'extension.

1. Classification selon l'objet

On distingue dans cette classe, les organisations internationales générales des organisations internationales spéciales. Les organisations ayant une fonction générale sont celles dont l'objet défini par la constitution concerne tous les domaines de relations amicales entre états, et la solution des conflits internationaux (ONU, OEA, UA).

Les fonctions spéciales sont souvent l'effet des organisations techniques ou les agences spécialisées dont les activités sont limitées par leurs statuts (Pouvoir fonctionnel). Cela n'exclut pas qu'une organisation à vocation universelle s'occupe aussi des activités spécialisées.

Cet objet peut avoir un caractère économique, technique, social et humanitaire. L'on a ainsi des organisations internationales économiques dans lesquelles on inclut les institutions financières (O.C.D.E., B.I.R.D., F.M.I., S.F.I.) ; techniques (U.I.T., O.M.M.) ; Sociales et humanitaires (O.T.A.N., O.T.A.S.E.)

2. Classification selon l'extension

Sur base de ce critère, l'organisation internationale sera universelle si tous les états peuvent en devenir membre, ou régionale si seulement les Etats qui répondent à certaines conditions peuvent avoir la qualité de membre.

Il sied de préciser avec MULUMBATI NGASHA25(*) que, sur base des considérations politiques, les entités qui n'ont pas la qualité d'état indépendant peuvent parfois faire partie d'une organisation internationale (Exemple : UKRAINE et BIOLORUSSIE qui ont fait partie de l'O.N.U. bien avant qu'ils deviennent, avec la désintégration de l'U.R.S.S. en 1989, indépendants et l'exemple de la république arabe sahraoui démocratique, proclamé par le front Polisario, qui fait partie de l'O.N.U. depuis 1982.

Les conditions d'admission peuvent être d'ordre politiques, économiques, purement géographiques, racial ou idéologique. (Exemple des organisations universelles : O.N.U., institutions spécialisées des nations unies ; Exemple des organisations régionales : U.A, U.E, O.E.A.,...)

Depuis l'adoption du Plan d'Action de Lagos (P.A.L.), on parle, en Afrique, des organisations régionales et sous-régionales. Le continent noir envisagé par rapport au système des nations unies, constitue une région. Mais par rapport à elle-même, elle a été divisée par l'O.U.A. en cinq régions :

· Afrique du Nord ;

· Afrique de l'Ouest ;

· Afrique centrale ;

· Afrique de l'Est et ;

· Afrique Australe.

* 24 LUNDA, B., Op. Cit., p.75

* 25 MULUMBATI, N.A., Op. Cit., p.75

précédent sommaire suivant