WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La Gestion du Risque de change: L'approche par les instruments dérivés à SHELL SENEGAL

( Télécharger le fichier original )
par Etienne .Y. NGUETTA
Centre Africain d'Etudes Supérieures en Gestion (CESAG) - Mastère en Banque et Finance 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4 Les instruments internes aptes à gérer le risque de change.

En dehors des instruments traditionnels qui sont soit négociés sur des marchés financiers ou avec des institutions bancaires, l'entreprise peut s'organiser en interne, avec ses fournisseurs ou ses clients pour mettre des clauses commerciales susceptibles de réduire son risque de change auquel elle s'expose.

4.1 Le termaillage et la réduction de l'exposition au risque de change

Le termaillage est une méthode relativement ancienne consistant à modifier, cas par cas, en les accélérant ou en les retardant, des délais de règlement des importations et exportations.

L'exportateur ayant des créances en devises fortes, celles dont la valeur tend à s'accroître par rapporta sa monnaie nationale, et donc consiste a allonger le crédit qu'il a accordé et à retarder le paiement de son client.

L'exportateur ayant des créances en devises faibles, celles dont la valeur a tendance à baisser par rapport à sa monnaie nationale cherche à raccourcir le crédit qu'il a consenti et donc a accélérer le paiement de ses clients étrangers.

L'importateur ayant des dettes en devises fortes accélère le paiement de ses fournisseurs et réduit le crédit qui lui avait été initialement accordé.

L'importateur ayant des dettes en devises faibles retarde le paiement de ses fournisseurs et cherche à obtenir de nouveaux délais de paiement.

L'utilisation du termaillage doit prendre en compte et comparer le gain de change anticipé et le coût de financement induit par les modifications des délais de règlement et supporté par le créancier et le débiteur .La réglementation des changes limite souvent les possibilités de recours au termaillage en interdisant le paiement anticipé des importations et en imposant une date limite au paiement des exportations, comme dans le cadre de la réglementation de l'UMOA

Tableau : profil des décisions sur le termaillage

Anticipations

Exportations

Importations

Appréciation de la devise

Retarder le paiement

Accélérer le paiement

Dépréciation de la devise

Accélérer le paiement

Retarder le paiement

4.2 La clause de risque partagé

La clause de risque partagé impose à l'exportateur et importateur le partage des risques.

Ceux-ci s'engagent à supporter chacun une partie de la variation du taux de change susceptible de se produire entre la date de facturation (mais il est possible de retenir la date de l'offre ou la date d'acceptation) et la date de paiement. Généralement le partage se fait par moitié, mais toute autre répartition est envisageable.

Un exemple permet de mieux comprendre l'intérêt de cette clause.

Un importateur européen conclut un contrat commercial payable en dollar sur une base de USD 1=0,8167 EUR, mais prévoit toutefois une clause de risque partagé avec l'exportateur sur une base de 50% chacun, le paiement se fait en cinq versement .Les taux de change aux différents paiements sont respectivement .USD 1=0,8177 EUR ; USD 1=0,8234 EUR; USD 1=0,8198 EUR USD 1=0,8094 EUR, USD 1=0,8299 EUR .Le taux de change moyen qui en ressort pour l'importateur est égal à 0,82004, la perte de change pour l'exportateur est de 0,00334 euro par dollar .Cette perte est repartie entre l'importateur et exportateur, soit 0,00165.Du fait de cette clause le gain de l'exportateur est reparti par moitié entre l'exportateur et l'importateur.

4.3 La clause d'option

Cette clause permet à l'exportateur ou à l'importateur d'utiliser, sous certaines conditions, une devise différente de la devise de facturation .Un contrat commercial à l'exportation effectué par une entreprise Européenne peut être par exemple libellé en dollar sous la base de USD 1=0,9425 EUR avec une option en livre sterling au cas ou le dollar deviendrait inférieur à 0,9000 EUR .Dans le même ordre d'idée ,une clause multidevises peut prévoir un prix libellé en plusieurs monnaies avec possibilité pour le créancier ou le debiteur de choisir à l'échéance la monnaie de facturation .Les clauses monétaires reposent en règle générale sur une devise ,mais il n'est impossible de retenir un panier de monnaies afin d'atténuer les fluctuations erratiques de grande ampleur de certaines devises .Les paniers les plus utilisés sont les DTS, les unités de compte.

4.4 Le netting et la réduction de l'exposition au risque de change

Le principe du netting est de procéder à une compensation multilatérale des positions débitrices ou créditrices réciproques des différentes filiales d'un groupe multinational au moyen d'un centre de compensation localisé dans un pays acceptant ce type de procédure.

Le système de compensation évite les doubles achats et ventes de devises .Il réduit considérablement les montants à couvrir, et par le même principe, l'importance des frais.

Le fonctionnement d'un système de netting multilatéral suppose :

-Une étroite coordination entres et les différentes sociétés et le centre de compensation,

Des dates de règlement identiques entre les différentes filiales intervenant dans la procédure de compensation, et si possible une date unique par mois.

-Une centralisation des opérations sur un petit nombre de banques internationales ayant des filiales dans tous les pays, et si possible une seule.

Au même titre que le termaillage,le système de la compensation peut être interdit ,ou à tout le moins limité,par le contrôle des changes.

Après avoir réduit à son minimum la position de change de l'entreprise, les responsables doivent gérer et couvrir le risque résiduel. Ils le font en ayant recours à différentes procédures qui sont évoquées ci-dessus.

4.5 La clause d'adaptation des prix proportionnels aux fluctuations de change

En application de cette clause, l'exportateur et l'importateur acceptent que les fluctuations du cours de la devise de facturation se répercutent sur les prix.

Si le cours de la monnaie de facturation s'élève le prix de l'importation ou de l'importation est réduit. Si le cours de la monnaie de facturation baisse, le prix de l'exportation ou de l'importation est augmenté.

Un exemple simplifié permet de comprendre l'intérêt et le fonctionnement de cette clause.

Un exportateur français conclut un contrat commercial de 1000000 USD une sur la base de USD1=0,8260 EUR, prévoyant une clause d'adaptation des prix proportionnelle aux fluctuations de change. Si le cours du dollar s'élève par exemple à USD 1=0,9550 EUR, le prix va être réduit à : 1000000(0,8260:0,9550)=864921,466 USD.

Inversement, si le cours du cours passe à USD 1=0,7500 EUR, le prix se fixera alors à :

1000000(0,8260 :0,7500)=1101333,333 USD

Grâce à cette clause, l'exportateur est assuré d'obtenir une somme de 826000 euros.

Bien que disposant d'une panoplie d'instruments de gestion de risque de risque, une nouvelle réorganisation s'avère nécessaire pour un usage efficace et judicieux de ses instruments.

précédent sommaire suivant