WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution du commerce des véhicules d'occasion a la réduction de la pauvreté au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Gérard NOUDEKE
Université d'Abomey Calavi - Maà®trise en Sciences de gestion 2008
  

précédent sommaire suivant

PARAGRAPHE 3 : REVUE DE LITTERATURE

Après la définition des concepts pauvreté et commerce de véhicules, nous ferons une étude des contributions antérieures sur notre thème.

A - DEFINITION DES CONCEPTS

Beaucoup de travaux et surtout des rapports ont été réalisés sur les questions du commerce et de pauvreté. Nous focaliserons nos lectures sur ceux qui nous permettent de clarifier certains concepts théoriques relatifs à l'objet de notre étude, tout en commençant par la pauvreté.

La pauvreté est un concept diversifié, nuancé et difficile à cerner. Le concept de pauvreté est né avec la théorie du choix social qui, elle-même prend son origine dans le domaine de la philosophie politique à travers son concept d'éthique social (ASSELIN L-M. et A. Dauphin, 2000). Il est donc considéré d'abord comme une question d'éthique en ce sens qu'il émane de situation d'injustice vécue dans la société. Mais notons que ce concept a suffisamment évolué. Quelques définitions et approches de mesure selon le groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD, 2002) nous permettrons d'apporter certains éclaircissements. Ainsi, la pauvreté humaine est le manque de capacités humaines essentielles comme savoir lire, écrire, et être correctement nourri. La pauvreté extrême est l'état d'indigence ou de misère, traduisant généralement l'incapacité à satisfaire les besoins alimentaires minimaux. La pauvreté monétaire se définit comme le manque de revenu adéquat le plus faible ou de la capacité d'engager les dépenses correspondantes. La pauvreté générale est le niveau de pauvreté moins grave, généralement défini comme l'incapacité à satisfaire les besoins alimentaires et non alimentaires essentiels. La pauvreté relative est la pauvreté définie selon des normes qui peuvent varier d'un pays à l'autre ou dans le temps. Ce terme est souvent utilisé comme équivalent approximatif de pauvreté générale. La pauvreté absolue se définit par une norme fixe, cette pauvreté désigne un état prononcé de privations à la fois matérielles, intellectuelles et symboliques. Ce terme est souvent utilisé comme équivalent approximatif de pauvreté extrême.

La pauvreté ainsi définie, comment la mesure t-on ?

Pour la BAD, trois approches sont à distinguer : la première est quantitative et monétaire, la deuxième s'attache aux capacités et la troisième passe par des études participatives de la pauvreté.

L'approche monétaire est le principal outil des universitaires et des praticiens du développement. Cette approche comporte plusieurs déterminants. Elle postule que la première chose à faire pour chiffrer la pauvreté consiste à s'entendre sur une mesure exprimant le niveau de vie. C'est ainsi que pour les pays en développement, il s'agit des dépenses de consommation par habitant (y compris la consommation de sa propre production). Pour les pays développés ou avancés, c'est le revenu qui a été retenu.

L'approche par les capacités consiste généralement à mesurer la pauvreté à partir des indicateurs synthétiques corrélés à ce phénomène. C'est le cas de l'espérance de vie à la naissance (qui renseigne sur l'état général de santé dans une société) et des taux de scolarisation (indicateurs de niveau d'instruction). Pour le Professeur AMARTYA Sen (1976), le recours à cette approche de mesure se justifie par les trois concepts suivants : droits, capacités et réalisation. Cette approche reposant sur les capacités, procède en fonction des différentes formes de liberté. Ceci amène à dire que la pauvreté doit être considérée comme un manque de capacités de base et non simplement comme un faible niveau de revenu. Il est à noter qu'il y a une relation entre les deux approches. D'un côté, la pauvreté monétaire peut être l'une des causes majeures d'analphabétisme et de mauvaise santé, ainsi que de faim et de malnutrition. De l'autre, un meilleur niveau d'instruction et une meilleure santé sont plus propices à l'obtention d'un revenu supérieur.

Quant à l'approche participative, elle concerne plus l'étude que la mesure de la pauvreté. Elle a été plus utilisée par les praticiens du développement lors des évaluations des projets sur le terrain. Le principe fondamental de cette approche est que les pauvres connaissent mieux que quiconque leurs situations, leurs priorités et, surtout les moyens qui leur permettraient d'échapper à leur condition.

Quelles que soient sa définition et sa mesure, la pauvreté, où qu'elle existe, constitue « une véritable contrainte » pour la prospérité de tous selon la déclaration de Philadelphie adoptée en 1994 par l'OIT. Alors, il faut la combattre avec toutes les armes. Pour ce faire, certains organismes comme la CNUCED, ont choisi, entre autres remèdes, le commerce, plus précisément le commerce international.

Le commerce des véhicules d'occasion au Bénin, s'inscrit dans le cadre du commerce international. Ainsi, dans le rapport 2004 sur les Pays les moins Avancés (PMA), intitulé commerce international et réduction de la pauvreté, le secrétaire de la CNUCED, Rubens RICUPERO, affirme que le commerce international est un outil essentiel pour la réduction de la pauvreté dans tous les pays en développement. Selon lui, les exportations et les importations facilitent une croissance économique soutenue, le développement des capacités de production, l'augmentation des possibilités d'emplois et la création de moyens de subsistance durables. Et pour faire du commerce international un mécanisme plus efficace de la réduction de la pauvreté, il faut une approche du développement reposant sur trois piliers à associer de manière cohérente et synergique :

- de meilleures stratégies nationales de développement qui fassent une large place aux objectifs commerciaux,

- des améliorations du régime commercial international, notamment sur des questions relatives aux règles de l'OMC,

- un renforcement de l'assistance financière et technique internationale en vue de développer le potentiel de production et les capacités commerciales.

La théorie du commerce international est envisagée sous l'angle de la théorie des échanges et des avantages comparatifs de RICARDO. Les échanges sont fondés sur l'hypothèse de rendement et sont source de croissance économique.

Madelin dans le « Monde » en 1994, en défense de la liberté des échanges, rappelle que l'ouverture des frontières n'est qu'un moyen parmi d'autres d'accroître la productivité.

S'agissant des emplois, le Directeur Général du BIT, lors de la 91e session de la conférence internationale du travail à Genève en 2003, a déclaré qu'il n'est pas possible de venir à bout de la pauvreté si l'économie ne génère pas de possibilités de création d'emplois et d'investissements. Le travail est alors la principale issue à la pauvreté. Il conclut en disant que pour réduire la pauvreté, il faut une croissance à forte intensité d'emplois.

B - CONTRIBUTIONS ANTERIEURES

Le commerce des véhicules d'occasion d'une part et la réduction de la pauvreté d'autre part ont été déjà abordés par certains mémoires de fin de formation universitaire.

Ainsi Joanita Michelle GONCALVES dans son mémoire soutenu en 1986 et intitulé « Impact du transit Nigérien de marchandises sur l'économie béninoise », relate de manière précise l'importance du transit nigérien et celui des autres pays de l'hinterland sur les recettes fiscales et douanières béninoises. Elle a déploré la lourdeur des formalités administratives et douanières béninoises avant de proposer quelques approches de solutions en vue d'une augmentation du trafic nigérien.

Bertin K K GLELE et Vincent D H AGUEMON ont démontré dans leur mémoire soutenu en 1990 et intitulé : « Rôle du Port de Cotonou dans le développement sous régional », que le Port demeure le poumon de l'économie nationale et un excellent élément d'intégration régionale.

Damien AINAHON et Hyacinthe MONTCHO ont montré dans leur mémoire soutenu en 2000 et intitulé : « Impact des sociétés de transit et de consignation sur le développement économique et social du Port de Cotonou » que les Sociétés de Transit et de Consignation (STC), malgré les problèmes auxquels elles sont confrontées, contribuent à la création d'emplois et à l'accroissement des ressources financières du Port à travers l'augmentation du trafic portuaire.

ADANKANNOUDE Thierry et VITOULE Elpide dans leur mémoire soutenu en 2006 et intitulé  « Le commerce des véhicules d'occasion au BENIN : Avantages et inconvénients. », ont montré que bien qu'étant la première activité commerciale du pays, le commerce des véhicules d'occasion a des inconvénients auxquels ils ont proposé des solutions. Ce sont les fraudes douanières, la pollution environnementale, les embouteillages, l'insécurité routière, la délinquance juvénile etc.

Signalons pour finir que, ces différentes analyses n'ont pas ressorti de façon spécifique l'inter-relation entre la pauvreté et ce commerce particulier que constitue la filière des véhicules d'occasion au Bénin.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.