WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution du commerce des véhicules d'occasion a la réduction de la pauvreté au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Gérard NOUDEKE
Université d'Abomey Calavi - Maà®trise en Sciences de gestion 2008
  

précédent sommaire suivant

SECTION II : METHODOLOGIE DE RECHERCHE

Il s'agit ici de définir explicitement le cadre de notre étude, d'identifier l'échantillon ou la population cible, les techniques de collecte des données et les outils et méthodes d'analyse des informations.

PARAGRAPHE 1 : CADRE DE L'ETUDE

Le cadre d'étude retenu est la ville de Cotonou, capitale économique du Bénin. Ville la plus peuplée du Bénin, elle abrite l'unique port de Cotonou et presque toutes les activités relatives aux véhicules d'occasion s'y déroulent. On y rencontre donc tous les acteurs aussi bien privés que publics de cette filière.

Notre étude s'étend sur une période de cinq ans  soit de 2000 à 2004, correspondant aussi au cycle de maturité de ce commerce.

PARAGRAPHE 2 : CHOIX DE LA POPULATION ET ECHANTILLONNAGE

La recherche empirique est celle qui se base sur l'observation du réel pour arriver à des généralisations. Elle implique une démarche méthodologique qui regroupe le choix de la population cible, l'échantillonnage, la collecte des données et leur analyse.

L'échantillonnage est nécessaire pour adresser les questionnaires ou interviews à la part de la population effectivement concernée afin de pouvoir généraliser les résultats au niveau de la population - mère. Ne pouvant interroger tous les acteurs publics et privés, nous avons utilisé l'échantillonnage par le choix raisonné ou empirique.

Ici nos enquêtes porteront sur deux types de populations à savoir :

- La population - mère constituée par les acteurs privés de la filière : Nous avons recensé treize (13) catégories d'acteurs privés. Nous avons choisi entre deux et dix individus de chaque catégorie auxquels nous avons adressé notre questionnaire. Au total nous avons adressé cinquante huit ( 58 ) questionnaires répartis comme l'indique le tableau N°1.

- La population - mère constituée par les acteurs publics de la filière : Nous avons recensé huit (8) Structures étatiques. Nous avons non seulement adressé un questionnaire -type à un représentant de la structure (tableau N°2), mais aussi nous avons eu des entretiens directs avec certains responsables.

PARAGRAPHE 3 : LES TECHNIQUES DE COLLECTE DES DONNEES

Nous avons privilégié trois techniques pour la collecte des données. Il s'agit de l'analyse documentaire, de l'entretien direct et de l'enquête.

A - ANALYSE DOCUMENTAIRE

Les données utilisées sont issues principalement des statistiques du Port Autonome de Cotonou, de la Douane, des Impôts, de la Direction des Transports Terrestres et de l'Institut National de la Statistique et de l'Analyse Economique (INSAE).

L'analyse documentaire nous a conduit dans les centres de documentation du CBRST, de l' ENEAM, du CBCE, du CNCB, du PAC et de l' INSAE.

De façon générale, l'analyse documentaire a rendu possible la comparaison entre certaines informations théoriques et les informations directes issues des enquêtes et de l'entretien direct.

B - ENTRETIEN DIRECT

Nos entretiens directs ont été réalisés au Port de Cotonou, dans la zone portuaire et sur les parcs d' EKPE. Ils ont porté sur l'organisation et le fonctionnement de ce commerce, les problèmes rencontrés ainsi que les suggestions des acteurs privés pour y remédier. Nous avons rencontré pour cela les acteurs publics et les acteurs privés de la filière.

D'une part les huit (8) catégories d' acteurs publics rencontrés sont : les autorités représentant le Port Autonome de Cotonou (PAC), la Société Béninoise des Manutentions Portuaires (SOBEMAP), le Conseil National des Chargeurs du BENIN (CNCB), le Centre National de Sécurité Routière (CNSR), la Direction Générale des Transports Terrestres (DGTT), la Direction Générale des Impôts et des Domaines (DGID), le Conseil Nigérien des Utilisateurs de Transports Terrestres (CNUT) et la Direction Générale des Douanes et Droits Indirects (DGDDI).

D'autre part les treize (13) catégories d'acteurs privés rencontrés sont : les importateurs, les consignataires et agents maritimes, les commissionnaires en douane, enleveurs et transitaires mandataires, les gestionnaires de parcs de vente de véhicules d'occasion, les compagnies d'assurances, les Sociétés d'escorte de véhicules d'occasion, les convoyeurs de véhicules, les sociétés de plaques et accessoires, les représentants d'associations d'importateurs, d'associations de consignataires et d'agents maritimes, d'associations de commissionnaires en douane, enleveurs et transitaires mandataires.

C - LA REALISATION DE L'ENQUETE

La méthode utilisée pour l'administration du questionnaire (voir annexe) a été la méthode de porte à porte. Les questionnaires ont été pour la plupart remplis par les enquêtés suite à plusieurs passages ou rappels. Sur les cinquante huit ( 58 ) questionnaires distribués, nous en avons récupéré cinquante deux ( 52 ) pour les durées allant de dix jours à trois mois.

Nous avons pu récupéré tous les huit questionnaires adressés aux représentants des acteurs publics ( ce sont souvent les responsables de l'administration, des finances ou des statistiques qui nous ont répondu ).

Le questionnaire élaboré porte sur le nombre de personnes employés directement et indirectement par cette activité, leurs revenus mensuels, les recettes réalisées, les impôts, taxes et autres redevances payés aux structures étatiques, les difficultés rencontrées et les suggestions des acteurs en vue de l'amélioration des conditions d'exercice de ce commerce.

PARAGRAPHE 4 : LES METHODES ET OUTILS D'ANALYSES DES DONNEES

Le premier objectif sera atteint à partir de l'analyse de l'évolution du chiffre d'affaires des différentes structures qui interviennent dans la filière notamment le Port, la Société Béninoise des Manutentions Portuaires (SOBEMAP), la Douane, les Impôts et les Gestionnaires des parcs.

Le deuxième objectif sera atteint à partir du recensement et l'analyse des emplois directs et indirects créés par l'exercice des activités de la filière. Une description des activités du commerce des véhicules d'occasion sera faite.

Quant au troisième objectif, il sera atteint par l'étude de la répartition des revenus des acteurs de la filière.

Il suffit de montrer que le commerce des véhicules d'occasion assure des recettes budgétaires importantes à l'Etat pour conclure qu'elle contribue à améliorer les services sociaux de base. En effet, l'Etat priorise la réalisation de services sociaux de base dans la répartition des dépenses budgétaires. Les recettes budgétaires importantes issues du commerce des véhicules d'occasion contribuent donc à la réduction des indicateurs de pauvreté.

D'autre part les travailleurs de cette filière, étant rationnels, consacrent les revenus issus de leurs activités d'abord à la satisfaction de leurs besoins vitaux (la santé, l'alimentation, l'éducation, le logement). Par conséquent, plus les revenus des travailleurs de la filière sont importants, plus les indicateurs individuels de pauvreté seront réduits.

En somme, nous montrerons la contribution du commerce des véhicules d'occasion à la réduction de la pauvreté à travers l'étude de la répartition des revenus des acteurs de la filière.

Les différentes techniques de collecte et d'analyse des données nous ont amené à l'obtention d'un ensemble d'informations qui seront représentées dans le chapitre III. Les analyses seront soutenues par des tableaux indiquant la part des ressources et emplois générés par ce commerce, ce qui permettrait d'apprécier l'importance et la contribution de cette filière à l'amélioration des conditions de vie des béninois.

Enfin, avant de faire des recommandations pour l'amélioration de cette filière, nous évoquerons toutes les mesures prises par l'Etat pour limiter les inconvénients de cette activité : insécurité routière, embouteillages, pollution sonore et atmosphérique, fraude douanière, délinquance juvénile, accumulation des épaves etc. En effet, on ne peut parler de développement durable ou de réduction de la pauvreté si ces inconvénients subsistent même avec une meilleure distribution des revenus.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.