WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des systèmes d'élevage laitier au Maroc en vue d'une analyse de leurs performances

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Taher Sraà»ri
Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, Belgique - Doctorat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV-3-7 Conclusion

Cette étude a confirmé la grande diversité des types d'élevage bovin dans les conditions suburbaines au Maroc. Même si le type génétique Holstein est exclusif dans les fermes étudiées, la spécialisation laitière est loin d'être généralisée et les performances de production laitière et la rentabilité par vache reflètent des objectifs voire des stratégies d'élevage très variables. Toutefois, cette diversité ne peut occulter une tendance générale très forte : la dépendance des fermes vis-à-vis de l'achat d'aliments concentrés pour la production. En témoigne les chargements en vaches par ha très élevés et encore plus la corrélation hautement significative entre le rendement laitière par vache et la consommation en concentrés. La production laitière suburbaine jouit néanmoins d'avantages comparatifs par rapport à celle en zones irriguées, à commencer par sa proximité vis-à-vis des grands centres de consommation et aussi son implantation dans des zones où les services et intrants d'élevage sont plus disponibles : aliments concentrés importés et services d'insémination artificielle, de prophylaxie sanitaire et d'appui zootechnique. C'est pour ces raisons que des actions de promotion du secteur laitier suburbain devraient prendre en compte beaucoup plus la vulgarisation de rations adaptées, même à base de forts niveaux d'apports de concentrés, pour récupérer les manques à gagner identifiés. Par la suite pourraient intervenir les actions sur l'amélioration fourragère, que, visiblement, la majorité des fermes continue de dédaigner. La diversité des types d'élevage est aussi impérative à considérer plutôt que de vouloir imposer un schéma de production laitière intensive, alors que certaines étables adoptent clairement des stratégies vers des types d'élevage mixte voire même allaitant.

précédent sommaire suivant