WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Typologie des systèmes d'élevage laitier au Maroc en vue d'une analyse de leurs performances

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Taher Sraà»ri
Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, Belgique - Doctorat en Sciences agronomiques et Ingénierie biologique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II - 1 Étude des filières laitières maghrébines : introduction

Le Maghreb se présente comme un ensemble géopolitique important de la rive Sud de la mer Méditerranée. Au seuil de l'Europe, les trois pays constituant ce groupe territorial, à savoir le Maroc, l'Algérie et la Tunisie, forment une transition entre le monde tempéré et le monde tropical. D'ailleurs, certains géographes désignent le Maghreb comme la zone la plus méridionale de la région tempérée, tandis que d'autres le situent dans la sphère subtropicale [PONCET, 1962 ; BALTA, 1990 ; DURAND-DASTES et MUTIN, 1995]. En dépit de son ancrage africain, la Méditerranée reste le véhicule des civilisations qui ont fleuri sur les rives du Maghreb.

L'agriculture et l'élevage représentent des activités essentielles de la vie au Maghreb, par leur rôle d'aménagement du territoire et surtout de régulation sociale [COULEAU, 1968], et une majorité de projets de développement et les réformes sociales dans ces trois pays s'articulent inévitablement autour d'eux [LERY, 1984]. L'agriculture au Maghreb, avec sa composante élevage, est une, dans la mesure où elle est méditerranéenne, et elle est aussi multiple étant donné la disparité des milieux géographiques et aussi pour des raisons structurelles de différences entre régions [TULLY, 1990]. L'élevage laitier intensif, malgré ses aspects novateurs pour le paysage agricole traditionnel des trois pays (aucun n'a de culture laitière originellement établie et encore moins de races bovines ou de pratiques agricoles orientées spécifiquement vers la production laitière et sa transformation), constitue un axe important des interventions des pouvoirs publics dans le domaine agricole. En effet, pour une meilleure valorisation des maigres ressources fourragères disponibles, des politiques d'élevage privilégiant le secteur laitier ont été instaurées [BOURBOUZE et al., 1989]. Ces expériences de développement de la production locale sont actuellement en cours, et elles connaissent diverses fortunes, et de nombreux réajustements par rapport aux prévisions initiales, tant pour des raisons endogènes (stabilité sociale, équilibres financiers...) [BETHEMONT, 2000], que pour des facteurs liés à la conjoncture mondiale du marché du lait et des produits d'exportation de ces pays [GEORGE, 1991].

Dans les trois pays, l'exiguïté des surfaces agricoles utiles, le poids des aléas climatiques et des habitudes héritées de l'histoire agraire conjugués à une croissance démographique soutenue créent des impératifs analogues de résolution des problèmes d'approvisionnement alimentaire des populations [ABAAB et ELLOUMI, 1997 ; AKESBI, 1997 ; CHAULET, 1991]. Ainsi, au Maroc, la population a crû entre 1960 et 1995 à un rythme de près de 2,3 % par an pour plus de 2,7 % en Algérie et 2,0 % en Tunisie. Les pouvoirs publics ont tenté par plusieurs moyens d'initier des politiques à même de pallier les insuffisances structurelles et les variations annuelles des productions, notamment pour les produits de base dans les us alimentaires : les céréales, et le lait comme principal fournisseur de protéines animales. Mais ce défi reste d'actualité et se pose avec de plus en plus d'acuité dans un contexte où les trois pays ont entamé des réformes de leurs finances, dans le cadre de ce qui est communément appelé programme d'ajustement structurel [TALHA, 1994], et dont les répercussions sur l'essor économique est plus que négatif, car certains jugent que ces types de programmes ont détruit les économies nationales, et donc avili le secteur productif, dont l'agriculture n'est pas des moindres [CHOSSUDOVSKY, 1998].

Dans cette revue bibliographique, une synthèse globale de l'état actuel et des perspectives de développement de la production laitière dans les pays du Maghreb sera présentée. Pour ce faire, le cadre naturel de l'agriculture et de l'élevage maghrébins sera détaillé (partie II-2), puis les politiques laitières dans les trois pays seront exposées (partie II-3). Ensuite, les performances des filières laitières seront abordées, en mettant l'accent plus particulièrement sur l'amont de ces filières, à savoir les élevages laitiers et leur environnement (partie II-4). Pour conclure, les perspectives de développement de ces filières laitières seront passées en revue, à la lumière de la conjoncture économique interne et aussi en relation avec le marché international du lait (partie II-5).

précédent sommaire suivant