WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion de la maintenance en milieu textile

( Télécharger le fichier original )
par Babatoundé Lionel KOBA SEGAN
Institut Universitaire de Technologie de Lokossa (Bénin) - Licence Professionnelle en Génie Industriel et Maintenance 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 5 : PRESENTATION DES METIERS A TISSER

Les métiers à tisser SULZER permettent de réaliser des tissus écrus. Le tissage se fait grâce à la machine, qui fait passer le fil de trame dans les fils de chaîne par des projectiles. Ils sont munis d'un bâti qui représente la structure principale et qui porte tous les autres organes dont les principaux sont :

5.1 -) L'armoire de commande

Elle a un système électronique qui se compose de modules enfichables ; ce qui permet des remplacements rapides en cas de pannes et par conséquent, des arrêts de machine très brefs. Les fiches des modules sont codées par des languettes de blocage, si bien qu'une erreur lors d'un changement de module ne peut provoquer aucune destruction de composants électroniques.

En cas de panne, les diodes lumineuses sur le tableau de service permettent de localiser rapidement un éventuel défaut. Le fonctionnement des organes périphériques (capteurs, interrupteurs de fin de course, aimant, etc....) peut aussi être contrôlé rapidement au moyen des diodes lumineuses situées sur la plaque frontale des modules. Ainsi, nous disposons des modules suivants :

- Module NTL1 pour l'alimentation de la logique ;

- Module NTM1 qui contrôle l'alimentation des aimants ;

- Module EST1 qui contrôle et amplifie les signaux d'arrêt pour la commande simultanée des lampes de signalisations et de l'aimant d'adhérence ;

- Module WIS1 qui fournit à l'électronique tous les signaux nécessaires pour le processus de commande et de surveillance et donne les signaux pour le contrôle du projectile dans le mécanisme de réception et aussi l'impulsion de démarrage pour la casse trame ;

- Module GS3 qui contrôle et commande la lubrification ;

- Module SFW4 qui contrôle et commande la sécurité casse trame ;

- Module PFR2 qui contrôle le projectile dans le mécanisme de réception ;
UAC / IUT-LOK / GIM / 3ème Promotion

29

Présenté par CAPO-CHICHI Mayaa & KOBA SEGAN Babatoundé Lionel

- Module WAL1 qui élabore tous les signaux conduisant à l'arrêt de la machine (logique de sûreté) ;

- Module SSI1, interface recherche de la duite ;

- Module FHI1, interface nivellement des lames.

Les fonctions de sûretés sont exécutées de manière autocontrôlée, c'est-àdire que la machine s'arrête automatiquement en cas de composants défectueux. Pendant le tissage normal, l'aimant d'adhérence est sous tension électrique. Dès que le dispositif électronique de sûreté donne un ordre de stop, l'aimant n'est plus sous tension et actionne le frein au moyen d'une articulation à bascule. Les fonctions de sûreté mécaniques sont transmises à l'électronique par des capteurs.

Figure 5. 1 : L'armoire de commande

5.2 - La commande - l'entraînement de la machine -le frein de machine

La machine à tisser est entraînée par un moteur électrique qui est démarré ou arrêté par un interrupteur. Par l'intermédiaire de courroies trapézoïdales, celui-ci transmet sa force sur deux volants. Lors de l'enclenchement de la machine, les deux volants sont pressés contre le disque d'embrayage disposé entre les deux ; ainsi la force du moteur électrique est transmise à l'arbre d'entraînement. L'embrayage de mise en marche est entraîné par une barre de démarrage. Le frein sert à bloquer le métier en cas d'arrêt et il est débloqué par la barre de démarrage.

UAC / IUT-LOK / GIM / 3ème Promotion

Présenté par CAPO-CHICHI Mayaa & KOBA SEGAN Babatoundé Lionel

30

 

Figure 5. 2 : Système d'entraînement

5.3 -) Système de sûreté

Il a pour fonction d'arrêter la machine en cas d'entrave dans ses mouvements et de protéger ainsi ses divers mécanismes contre les détériorations possibles.

En fonction du genre de dérangement ceci est réalisé par voie électrique par interruption de l'arrivée du courant à l'aimant adhérent ou par l'intermédiaire de capteurs qui déclenchent un signal électrique en cas de perturbations mécaniques.

Ainsi le système de sûreté assure :

- le réglage de la sûreté coté chasse ;

- le dispositif de sûreté de recherche de la duite ;

- le dispositif de sûreté pour le nivellement des lames de la mécanique d'armure ; - le réglage du capteur ;

- le réglage du système de sûreté dans le mécanisme de réception ;

- le fonctionnement du casse trame électronique (en cas de rupture, le signal de fil manque, ce qui coupe la machine. Le voyant jaune clignote.) ;

- le fonctionnement de la casse chaîne (en cas de casse de fil de chaîne, la lamelle tombée relie les deux parties du rail de contact, isolées l'une par rapport à l'autre).Le circuit de 15 volts ainsi fermé provoque l'arrêt de la machine. La casse du fil de chaîne est indiquée par le voyant bleu.

UAC / IUT-LOK / GIM / 3ème Promotion

Présenté par CAPO-CHICHI Mayaa & KOBA SEGAN Babatoundé Lionel

31

 

Après réaction du système de sûreté, la machine ne peut être réenclenchée qu'après élimination de la cause du dérangement.

Le principe de fonctionnement du système de sûreté des métiers à tisser P7100 est le même que pour les métiers TW11 sauf qu'ici les arrêts sont commandés par la boite de commande électronique.

5.4 -) Commande du dérouleur d'ensouple et appel du tissu

La commande du dérouleur d'ensouple a pour fonction d'assurer le déroulement de la chaîne par avancement de l'ensouple tout en maintenant la tension de la chaîne constante.

L'appel du tissu de la machine tire à chaque duite une longueur donnée de tissu, ce mouvement étant assuré par le rouleau d'appel de manière positive et continue.

La quantité de l'appel est réglable au moyen de pignons de rechange. L'entraînement de l'appel du tissu est assuré par l'arbre de commande, de sorte que le tissu est automatiquement ramené en arrière lors de la recherche de la duite.

Figure 5. 3 : Commande du dérouleur d'ensouple

Figure 5. 4 : Appel du tissu

 

5.5 -) Formation de la foule

La foule est l'ouverture formée par les fils de chaîne à travers laquelle passe le projectile. Sa formation est constituée par les dispositifs suivants :

UAC / IUT-LOK / GIM / 3ème Promotion

Présenté par CAPO-CHICHI Mayaa & KOBA SEGAN Babatoundé Lionel

32

 

- Commande des lames et mécanique d'armure :

La mécanique d'armure commande les lames de manière positive par l'intermédiaire des cames. Le mouvement des cames est transmis aux lames par des leviers à galets, par des leviers de déviation, et par la tringlerie de commande des lames.

- Dispositif de nivellement des lames :

La mécanique d'armure est équipée d'un dispositif de nivellement des lames au moyen duquel les leviers à galet sont soulevés par des cames et toutes les lames amenées à la même hauteur.

- Dispositif de recherche de la duite :

Il sert à commander, en avant ou en arrière, tous les organes actionnés par l'arbre de commande, qui influence la construction du tissu. En tournant le levier, on désengage l'accouplement et on sépare ainsi l'arbre de commande de la machine à tisser. L'arbre de commande peut alors être tourné à volonté au moyen de la manivelle.

- Tendeur de trame :

Il est composé des freins de trame et des leviers de retrait. Il assure pendant tout le cycle d'insertion de trame, la tension et la position correcte du fil de trame.

5.6 -) Mécanisme de chasse

Il a pour fonction d'assurer le déblocage du frein de retour et la rotation de

la machine dans le sens inverse. Il est constitué de plusieurs organes tels que :

- Le frein de retour :

Il empêche que la machine à tisser puisse être tournée dans le sens de rotation normal.

UAC / IUT-LOK / GIM / 3ème Promotion

Présenté par CAPO-CHICHI Mayaa & KOBA SEGAN Babatoundé Lionel

33

 

- Dispositif de soufflage d'air:

Une soufflante propulse de l'air dans la serrure de chasse, par le haut. Le rideau d'air qui se forme empêche que de grandes quantités de duvets se déposent et soient entraînées en partie par le projectile.

Le groupe peut être mis hors circuit à l'aide d'un interrupteur à garrot sur l'armoire de commande de la machine à tisser. Les métiers TW11 ne disposant originellement pas de ce système, il a été adjoint ultérieurement par les maintenanciers du département.

- Le monte projectile et l'ouvreur de projectile :

A chaque tour de machine, un des taquets d'entraînement de la chaîne du convoyeur pousse un projectile dans la monte projectile, où l'ouvreur de projectile ouvre la pince de projectile et centre en même temps le projectile dans l'axe longitudinale. Ensuite, l'ouvreur et le monte projectile se déplacent ensemble vers le haut et emmènent le projectile avec pinces ouvertes en position de chasse. Par le mouvement descendant de l'ouvreur de projectile qui suit, la pince du projectile (en se fermant) saisit l'extrémité du fil de trame. Lorsque le projectile quitte le monte projectile, ce dernier s'abaisse afin de recevoir le projectile suivant.

- Donneur de trame :

Le donneur de trame maintient avec ses éléments de pinçage disposés verticalement le bout de fil venant de la bobine.

- Ciseaux :

Ils ont pour rôle de couper le fil de trame inséré après que ce dernier ait été positionné par le volet de freinage en vue du transfert de fil et qu'il ait été saisi par le donneur de trame d'une part et par la pince à lisière d'autre part.

UAC / IUT-LOK / GIM / 3ème Promotion

Présenté par CAPO-CHICHI Mayaa & KOBA SEGAN Babatoundé Lionel

34

 

- Chasse :

Il a pour fonction d'accélérer sans choc le projectile jusqu'au moment de chasse. L'énergie nécessaire à cet effet est obtenue grâce à une barre de torsion, déformée sous l'action d'une came de chasse, par le biais d'un levier à galet, d'une genouillère et d'un arbre de chasse. Le levier de chasse et le taquet de chasse permettent d'accélérer le projectile. Le frein hydraulique arrête le mouvement du levier de chasse. La barre de torsion est en oscillation libre et à son extrémité, elle n'est pas encastrée de manière rigide dans la plaque de tension.

- Projectiles :

Les projectiles prennent le fil de trame du donneur de trame à l'aide de leur pince rivetée. Ils sont ensuite accélérés par le dispositif de chasse et entraînent le fil de trame à travers la foule. Dans le mécanisme de réception, les projectiles sont freinés, libérés du fil de trame et éjectés dans le convoyeur. La chaîne du convoyeur les ramène par le bas des fils de chaîne jusqu'au mécanisme de chasse et les pousse dans le monte projectile, qui les soulève en position de chasse. Le nombre de projectiles nécessaires est déterminé par la largeur de tissage.

- Convoyeur :

Il ramène les projectiles éjectés par le mécanisme de réception, par dessous de la chaîne de tissage au mécanisme de chasse, par l'intermédiaire d'une chaîne avec des taquets d'entraînement.

Figure 5. 5
Le mécanisme de chasse

Figure 5. 6 :
Le dispositif de soufflage d'air

Figure 5. 7 :
Le tendeur de trame

 

UAC / IUT-LOK / GIM / 3ème Promotion

Présenté par CAPO-CHICHI Mayaa & KOBA SEGAN Babatoundé Lionel

35

 

5.7 -) Commande du battant

Il comprend le battant avec son entraînement ainsi que les dents de guidages destinés au guidage des projectiles dans la foule.

5.8 -) Mécanisme de réception

Il est constitué du :

- repoussoir :

Il amène les projectiles freinés dans le mécanisme de réception, exactement à la position dans laquelle l'ouvreur coté réception peut ouvrir la pince de projectile et transporte le projectile dans le canal de réception.

- le frein de projectile :

Il a pour but d'arrêter les projectiles à l'intérieur du mécanisme de réception toujours dans la position exacte et sans nécessité d'intervention manuelle.

- ouvreur de projectile :

Il a pour tâche d'ouvrir la pince de projectile repoussé par le repoussoir et de libérer l'extrémité du fil saisi par la pince à lisière. Ensuite, le projectile est poussé par le même ouvreur dans le canal d'éjection, le frein primaire étant soulevé.

- éjecteur :

A chaque rotation de la machine, l'éjecteur transporte un projectile hors du mécanisme de réception dans le convoyeur, de telle manière qu'il vienne se placer entre deux taquets de transport de la chaîne du convoyeur.

5.9 -) Appareil à lisière

Les appareils à lisières, aux côtés chasse et réception ont pour fonction de former les lisières des deux cotés du tissu. Le fil de trame est coupé et poussé par le peigne contre la pointe de la foule. Les extrémités du fil qui dépassent de chaque coté du tissu sont maintenues pendant ce temps par les pinces à lisière.

Les aiguilles à lisière introduisent ensuite ses extrémités dans la foule suivante, formant ainsi des lisières solides. Lors du tissage à plusieurs laizes, les lisières à bouts rentrés sont formées aux divisions des laizes, par les appareils à lisières intermédiaires.

Figure 5. 8 :
Le mécanisme de réception

Figure 5. 9 :
L'appareil à lisière

 

Sont ci-dessous présentées les caractéristiques des métiers à tisser sulzer ruti P7100 et TW11 :

 
 

SULZER RUTI P7100
Type : WMK 9.3

UN : 380V F : 50/60 Hz

IN : 5 - 20 A ·t : 0 - 40 °C

Ust max 48 VAC 24/15 VDC

SULZER TW11

Type WMK7

Volt prim : 190 - 580

Amp prim : 3,3 - 16

Freq : 50 - 60 Hz Ph : 3

 
 
 
 
 

Tableau N° 5 :
Caractéristiques
des SULZER

RUTI P7100

 

précédent sommaire suivant

Ledger Nano S - The secure hardware wallet