WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Déterminant et impact de l'investissement direct étranger sur la croissance économique au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Nestor William ESSO
Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et de Gestion de Jendouba - Maitrise en Economie Bancaire et Financière 2009
  

précédent sommaire suivant

SECTION II : estimation du modèle et résultat

a. Modèle et Spécification

Pour évaluer empiriquement l'effet des IDE sur la croissance économique camerounaise, nous avons construit le modèle définit comme suit :

PIBR = produit intérieur réel

IDE = Stock d'investissement direct étranger dans le pays

BC = solde commerciale

EXP = taux de croissance des exportations

INVPIB = Investissement National en proportion du PIB

POP = population totale

å = terme d'erreur

b. Spécification du modèle

Les facteurs qui déterminent les décisions d'investissement sont variés et ne relèvent pas du seul domaine économique. L'équation estimée englobe les variables quantifiables les plus fréquemment utilisées comme déterminants de la croissance. On admet certes qu'il existe des facteurs qualitatifs tels que la stabilité politique, les politiques incitatives qui sont d'une importance cruciale pour la détermination de la croissance. Mais les difficultés et les controverses afférentes à la définition et la quantification de ces variables, nous empêchent de les introduire dans cette analyse.

La variable PIBR représente l'hypothèse de croissance et à un degré moindre l'hypothèse de la dimension du marché. L'hypothèse de grandeur de marché souligne la nécessité d'un marché assez large pour l'utilisation efficace des ressources et l'exploitation des économies d'échelles. Selon cette hypothèse l'augmentation de la taille du marché peut engendrer l'arrivée des flux d'IDE, voire leur augmentation (Scaperlanda et Mauer, 1969 ; Torrisi, 1985). L'hypothèse de croissance prévoit une relation positive entre IDE et PIBR, elle stipule qu'une croissance rapide de l'économie offre relativement de meilleures opportunités pour faire des bénéfices qu'une économie qui croît lentement ou qui n'accuse aucune croissance (Lim, 1983). La relation entre la balance commerciale (BC) et PIBR est un peu controversée, les opinions étant partagées à ce sujet. Il est admis, d'une part, qu'un déficit commercial assez élevé du solde commercial extérieur affecterait le taux de croissance de l'économie donc le niveau de revenu et pourrait stimuler une certaine attraction pour l'IDE, ceci dans le but de poursuivre une politique de diversification des exportations et des stratégies de substitution des importations. Mais, d'autre part, un solde commerciale extérieur excédentaire peut aussi refléter le dynamisme, la bonne santé d'une économie et ipso facto servir d'attraction pour l'IDE (Torrisi, 1985).

Ainsi on s'attend à ce que le coefficient de IDE soit positif et que celui de la BC soit positif ou négatif. Sous l'hypothèse de modernisation, l'IDE stimule la croissance économique en apportant du sang neuf et de par cette croissance tous les autres secteurs de l'économie en bénéficient. Ainsi il est considéré comme un moteur de croissance pour les pays les moins avancés, donc on s'attend à ce que les coefficients des deux autres variables soient positifs. La variable EXP doit sa place dans cette équation du fait qu'on est unanime à reconnaître que les exportations stimulent la concurrence, permettent la réalisation d'un certain avantage comparatif, donnent aux pays la possibilité d'acheter des biens et services sur le marché international et leur offrent l'opportunité d'avoir accès aux nouvelles technologies aussi bien qu'aux nouveaux systèmes de gestion managériales. La variable POP représentant la population totale dans le pays à un instant est ici une variable déterminante dans la croissance et peu également stimuler les flux d'IDE qui sont à la recherche d'une main d'oeuvre abondante et bon marché.

c. Méthode d'estimation

Pour ce travail nous utilisons les données du CNUCED couvrant la période s'étalant de 1980 à 2006. Les paramètres seront estimés par la méthode des MCO (Moindres Carré Ordinaires) à partir du logiciel SPSS.

Nous partons pour ce fait du principe que toutes les hypothèses des MCO sont remplies et plus précisément l'hypothèse de l'absence d'auto corrélations des termes d'erreurs et des variables endogènes. Car dans plusieurs cas de figure, et au vu de la spécification de notre modèle, les variables qualitatives stocker dans le terme d'erreur peuvent avoir une influence significative sur les variables endogènes, comme par exemple les barrières que l'Etat pourrait imposer à l'entrée des marchandises dans le pays comme les droits de douane peuvent avoir des effets sur les importations et les exportations, d'où une éventuelle corrélation entre ces derniers. Pour pallier à ce type de problème, les chercheurs utilisent habituellement la méthode des moindres carrées généralisées (MCG) qui permet ainsi de prendre en compte les différentes dépendances possibles (auto corrélation ou hétéroscedasticité) entre les variables exogènes et les termes d'erreurs. De même il peut exister un problème de multi colinéarité qui n'est pas à exclure dans ce cas de figure. Il serait donc plus recommandé d'utiliser une autre méthode d'estimation (MCG, méthode à équation simultanées...) afin de pallier à ces problèmes.

Dans notre cas, nous avons choisit d'utiliser les MCO pour estimer notre modèle, n'est toute fois pas à exclure car, elle permet malgré ses hypothèses simplificatrice de faire ressortir les relations et les influences des variables exogènes sur la variable endogène, relations qui pourront nous permettre d'affirmer dans une moindre mesure si les variables exogènes agissent de façon significative ou non sur la variable endogène et de mesurer l'impact de ces dernières sur la croissance du pays plus particulièrement la relation taux de croissance - IDE, qui constitue ici notre centre d'intérêt.

d. Résultats de l'estimation dans l'économie camerounaise

Les résultats de la régression obtenus avec le logiciel SPSS11.5 dans le cas de l'économie camerounaise sont donnés dans les tableaux suivants.

Model

Coefficients

t

Sig.

B

Std. Error

 
 
 

(Constant)

8012.753

1994.915

4.017

.001

 

IDE

3.533

.652

5.422

.000

 

SBC

-1.442

.710

-2.031

.055

 

INVPIB

36.606

41.740

.877

.390

 

POP

.294

.148

1.986

.060

 

EXP

-.977

.696

-1.404

.175

Variable dépendante : PIBR

Model

R Carr

R carr Ajust

Std. Error of the Estimate

1

.952

.940

735.58360

Predictors: (Constant), EXP m, INVPIB, SBC m, POP ml, IDE m

A près remplacement des valeurs des cofficients dans l'équation du modèle, nous obtenons l'équation suivante, qui reflète l'évolution du PIBR en fonction des paramètre du modèle.

Les résultats obtenus ci dessus sont assez satisfaisant, les coefficients sont de signe attendus à l'exception du signe du coefficient de la population qui est ici positif. Ce qui signifierait que la population agit de façon positive sur la croissance du pays, ce qui serait contraire à certaines théories de la croissance qui stipulent une relation négative entre l'évolution du Produit Intérieur brut et la croissance de la population. La valeur de R-carré est assez élevée ici (0.952) ce qui témoigne que les variables explicatives expliquent bien l'évolution du Produit Intérieur Brut. Le fait que le coefficient des IDE soit significatif à 0,05 pour cent (et à 1pour cent), fait ainsi ressortir que les IDE agissent de façon significative dans l'augmentation du PIB et partant de ce fait permettent d'améliorer la croissance dans le pays. Le coefficient des IDE (3.533) montre que toute augmentation des IDE de 1 % implique une augmentation de la production du produit intérieur brut de 3.533 % toutes choses égales par ailleurs. Cette forte dépendance entre le produit intérieur brut et les IDE pourrait se justifier par les nouvelles stratégies mises en place par le pays cette dernière décennie afin d'attirer les capitaux étrangers telle que : la privatisation, l'exploitation des produits pétroliers et de plusieurs domaines énergétiques,... ce qui a conduit à une augmentation des IDE dans le pays et favoriser ainsi la croissance par le biais de l'augmentation du PIBR.

Le coefficient du SBC est significatif à 10% dans le cas du Cameroun, cela peut se comprendre du fait que depuis quelques années, le pays s'efforce d'améliorer sa balance de payement en encourageant les secteurs de production favorables à l'exportation. Le signe négatif de ce coefficient qui traduit une corrélation négative entre le PIB et le solde de la balance commercial pourrait laisser penser qu'une détérioration de la balance de commerciale agira en faveur du niveau de PIBR et serait donc de ce fait favorable à la croissance dans le pays. Tous les autres coefficients de l'équation sont de signe escomptés et à l'exception du coefficient de la population qui affiche un signe positif ici, ce qui serait contradictoire au fait qu'un taux de croissance démographique élevé induit une baisse du taux de croissance de l'économie. Toutefois, ce ci ne signifie pas que ces variables ne sont pas pertinentes dans la détermination du produit intérieur brut, elles le sont vue les valeurs assez élevés des paramètres.

Les résultats reflètent assez la situation économique du pays, le bas niveau d'IDE comparativement aux autres pays de la zone et de la sous régions se traduit par le manque de développement des infrastructures d'attraction des IDE, ce problème est actuellement la priorité du gouvernement qui s'est engagé à promouvoir les secteurs de l'économie pouvant attirer les IDE et de mettre en valeur les déterminants d'attractivité de ces derniers. Pour sortir de ce problème il faut se retourner également vers d'autres types de mesures pouvant attirer l'IDE. Ce qui pourra nous conduire à la théorie d'adaptation institutionnelle comme déterminant des IDE pouvant influer sur le niveau du PIB et donc sur la croissance. De ce fait, notre analyse peut ouvrir la voie sur d'éventuelles recherches sur l'adéquation de la théorie de l'adaptation institutionnelle dans le cadre des IDE au Cameroun.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.