WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impacts socioeconomiques du projet de pipeline Tchad-Cameroun le long du corridor dans la province du centre (Cameroun)

( Télécharger le fichier original )
par Bertrand Junior NDJESSA BESSALA
Université de Dschang - Ingénieur agro-socio-economiste 2002
  

précédent sommaire suivant

4.2.4- Impact du projet pipeline sur l'emploi et la formation

L'objectif du projet pipeline lors de la phase de construction de l'oléoduc était de faire travailler un grand nombre de riverains pour éviter des immigrations massives des populations à la recherche de l'emploi. Le projet pipeline a également prévu un transfert de technologie et de compétences à certains employés ayant certaines connaissances de base. L'objectif spécifique 4 de cette étude était d'identifier et de décrire l'impact du projet pipeline sur l'emploi et la formation des riverains.

1°-) Situation sur l'emploi des riverains

Le résultat obtenu montre que le projet pipeline a employé 25% de riverains. 75% des employés au projet pétrole auraient donc été les allogènes. Ce résultat montre que le projet n'a pas limité l'afflux des allogènes en quête d'emploi dans les villages riverains du pipeline. Ces allogènes étaient en majorité des hommes célibataires ou mariés non accompagnés des conjointes. L'afflux des allogènes n'a pas été sans conséquences dans les villages riverains du pipeline. Les Chefs de communautés parlent surtout des conséquences sociales. De nombreux enfants naturels sont nés et sont aujourd'hui soit à la charge de mères ou des grands parents. Des cas de divorces dans les foyers ont été également remarqués car les femmes mariées étaient courtisées par les étrangers travaillant au projet pipeline. Certains chefs de communautés ont signalé la culture du Cannabis sativa par les maraîchers. Le Cannabis sativa est une plante stimulante donc la culture est interdite au Cameroun. Il se pourrait que les travailleurs consommateurs de cette plante aient introduit les semences dans les villages riverains du pipeline, surtout dans les villages proches des «bases vie».

Les salaires perçus par les riverains leur ont permis d'augmenter leurs dépenses de premières nécessités (Achat des denrées alimentaires et des appareils électroménagers). Ce phénomène se rapporte à l'échelle de besoins humains de Maslow. Il note que les besoins de l'être humain sont hiérarchisés. Au fur et à mesure que ses disponibilités financières augmentent, l'homme résoud ses problèmes suivant une échelle.

Les riverains ayant travaillé au projet pipeline estiment qu'ils signaient des contrats de travail qu'ils n'avaient pas le temps de lire ; ce qui les mettait dans une situation d'emploi précaire. Cette situation était entretenue par les cadres chargés du recrutement et la conséquence était des arrêts de travail inattendus et des licenciements inopinés. Les postes de travail occupés par les riverains étaient du genre défricheur du tracé du pipeline, manoeuvre, gardien, cuisinier, pointeur, aide soudeur et chauffeur. Le graphique 2 présente le nombre de semaines de travail des riverains au projet pipeline.

Graphique 2 : Nombre de semaines de travail des riverains du projet pipeline

Du graphique ci-dessus, il ressort que 75% de riverains ont travaillé pendant moins d'une semaine. Les riverains ayant travaillé moins d'une semaine étaient des défricheurs du layon ou tracé du pipeline, ceux ayant fait une à deux semaines étaient surtout des manoeuvres. Seulement ceux occupant des postes de travail exigeant une certaine qualification ont pu faire plus de trois semaines. Généralement le travail d'un manoeuvre ou d'un défricheur de layon s'achevait à la limite de son village. Cette politique était appliquée dit-on pour donner la possibilité à plusieurs riverains de travailler au pipeline et pour éviter le problème d'exode des travailleurs. Elle avait également pour but de limiter les conflits dus aux disputes d'emploi entre les communautés.

Ce résultat sur la durée de l'emploi d'un riverain du pipeline Tchad-Cameroun pendant la phase de construction du pipeline est semblable à celui que Yanez et al. ont obtenu en 1997 en Equateur. Ces derniers ont observé que les emplois dans les projets d'extraction étaient des emplois temporaires et que les cadres dans ces projets sont des expatriés. En 2007, Ngueda a fait le même constat le long du corridor du pipeline dans la région de Kribi (Sud du Cameroun).

COTCO avait prévu des emplois temporaires pendant la phase de construction d'une durée de trois (3) à quatre (4) mois dans chaque région et des emplois permanents après la construction de l'oléoduc dans les stations de pompage, les stations de réduction de pression, le centre opérationnel de Douala, etc. Les populations riveraines du pipeline malgré le faible taux, ont pu accéder à un poste de travail au projet pipeline mais l'objectif de la réduction de l'immigration des employés n'a pas été atteint par COTCO.

1°-) Situation sur la formation des riverains

Les riverains formés au projet pipeline (13%) affirment avoir reçu des notions en soudure seulement. La formation en soudure ne durait que le temps d'assemblage et de mise en terre des pipes dans les villages de chaque groupe concerné. Généralement l'assemblage et la mise en terre des pipes ne mettaient qu'en moyenne une semaine dans chaque village. Le graphique 3 présente la durée de la formation des riverains du pipeline :

Graphique 3 : Durée de la formation des riverains du pipeline

Sur le graphique 3, il ressort que : 60% ont été formé pendant une semaine et 40% pendant deux semaines.

COTCO a prévu améliorer les compétences des employés après leurs embauches et même des formations nouvelles dans d'autres domaines de compétences aux personnes ayant des connaissances de base. Aujourd'hui nous pouvons estimer que les riverains recrutés au projet pipeline et «formés» ont été initiés à la soudure.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.