WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Des représentations à  la pratique réflexive : pour une co-construction de la professionnalisation

( Télécharger le fichier original )
par Maguy LUCOT-MEUNIER
IFCS Lille - cadre de santé 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

SYNTHESE A L'ISSUE DE LA DEUXIEME VAGUE

La question à laquelle je devais répondre ici était : dans le cadre de la professionnalisation de l'étudiant, quelles relations souhaitent développer les soignants et quelles attentes ont-ils du formateur ?

A ce stade, j'ai pu identifier une attente commune envers le formateur. Les personnes soignantes attendent des échanges et des postures bien déterminées. Le lien entre les protagonistes apparaît à deux reprises comme étant la clé de voûte de ces échanges mais la personne jouant ce rôle n'est pas clairement identifiée. Les rencontres peu fréquentes avec le formateur et le manque de connaissance démontré de son rôle et les représentations induites, jouent sur ces attentes. En effet, si les personnes interrogées ont des attentes auxquelles les formateurs doivent répondre, c'est que leurs représentations, pour moi, leurs dictent que les formateurs ne répondent pas encore à ces exigences. Si je parviens à identifier comment se sont forgées ces représentations, je parviendrai peut être à identifier en quoi elles freinent ou favorisent les relations. Dans quel cas, je pourrais m'appuyer sur les leviers favorisant ces relations en tant que cadre de santé.

En tous les cas, la relation est attendue comme allant du formateur vers le soignant ou vers l'étudiant.

TRANSITION

QUAND LA THEORIE S'IMPOSE

I - EVOLUTION DE MA RECHERCHE

A ce stade, je me suis heurtée à une problématique pour continuer. Quatre entretiens se sont révélés concordants dans mes analyses. Les continuer dans ce même esprit ne me semblait pas évolutif. Malgré la démarche commune des soignants et des formateurs qui visent à l'accompagnement des étudiants dans leur professionnalisation, de mon constat émerge le fait que leurs relations répondent à d'autres logiques que des logiques rationnelles. Dans la discussion avec le directeur de mémoire, nous avons conclu qu'il convenait de se pencher sur la notion de « représentations ». Le fait de comprendre comment se construisent les représentations, ce qui les structure, me permettra de mieux les identifier dans les discours. Une fois identifiés dans cette recherche empirique, grâce à l'apport de la recherche théorique, je souhaiterais pouvoir trouver une posture permettant d'agir en amont ou en aval de ces représentations pour favoriser les échanges.

En effet si le formateur connaît les éléments qui participent à la formation des représentations, l'impact que celles-ci ont sur les échanges et la professionnalisation de l'étudiant, ou encore ce qui les rend stables ou mouvantes, il va pouvoir orienter ses actions, les préparer en fonction du bénéfice qu'ils auront convenu ensemble d'apporter à et avec l'étudiant.

Denise Jodelet, par son ouvrage « Les représentations sociales », (2003), m'a permis de mieux comprendre la notion mais surtout ce qu'elle implique. Que les relations soient influencées par les représentations de chacun des acteurs est un fait observé et vérifié par les chercheurs. Mon travail est bien de voir en quel sens le formateur va pouvoir agir pour faire que ces représentations influent positivement voire le moins négativement possible sur la relation au bénéfice de la formation de l'étudiant. Il était donc bien nécessaire en préalable d'identifier la nature des représentations des soignants sur les formateurs. Ces deux acteurs sont des piliers de la formation et l'idée que je développe ici est que chacun se doit de prendre en compte l'autre, son rôle spécifique et complémentaire envers l'étudiant pour sa professionnalisation. Certes je pourrais traiter des représentations des formateurs sur les soignants ou des étudiants sur les formateurs, mais je souhaite bien ici travailler ma posture future dans mes relations avec les professionnels encadrant en stage. Comprendre les représentations de ces futurs partenaires est déjà faire l'effort d'aller vers l'autre pour a priori mettre de côté ou revoir mes propres représentations, partant du principe que des rapports travaillés entre formateurs et professionnels de proximité ne peuvent qu'influer en positif sur l'apprentissage des étudiants.

Etudier les représentations est d'avis d'experts, une voie difficile et périlleuse. D. Jodelet (2003) ou J.-C. Abric (1994) m'ont, entre autres, permis de relativiser ma démarche et de chercher son amélioration.

précédent sommaire suivant