WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Des représentations à  la pratique réflexive : pour une co-construction de la professionnalisation

( Télécharger le fichier original )
par Maguy LUCOT-MEUNIER
IFCS Lille - cadre de santé 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II- ATTENTES ET DECOUVERTES

Au départ je souhaitais diviser cette partie en deux sous parties : l'une titrée « mes attentes du mémoire» et l'autre « mes étonnements lors de ce travail ». Mais je me suis vite aperçue que l'un n'allait pas sans l'autre. Là où mes attentes ont été confirmées, suivaient des découvertes et surprises. Le but est ici de les faire partager. De même, cette partie est un élément de la réflexion pour le réinvestissement professionnel.

En abordant les représentations des infirmiers sur les formateurs en IFSI, je m'attendais globalement à ce qu'ils aient les mêmes propos que ce que j'avais pu entendre pendant mon expérience professionnelle. Cela s'est prouvé. Autrement dit, infirmier, manipulateur et certainement autres professionnels paramédicaux, tous ont des perceptions du rôle du formateur en institut quasiment similaires. La théorie nous l'a montré, ces représentations sont propres à tous systèmes d'alternance. Mais il ne faut pas généraliser leurs contenus, ce travail nous l'a aussi démontré. Tantôt positives, tantôt négatives, les représentations sont ancrées et guident les comportements. Alors peu importe leur qualificatif, ce qui ressort de ce mémoire et ce qui me marquera le plus, c'est qu'elles sont de toutes façons un outil pour toutes relations constructives. Partager une représentation d'un objet identifié contribuera à cela.

D'autre part, je l'ai mentionné, il a fallu pour cette recherche et notamment la partie empirique que je laisse de côté mes propres représentations. Or, nous l'avons vu, c'est utopique car impossible. Toutefois, et là est mon étonnement, ce mémoire m'aura permis de conscientiser une partie de mes représentations. Par exemple, lors des premiers entretiens, j'appréhendais que les interviewés trouvent le sujet inintéressant et pure perte de temps. Mais leur discours pertinent et le temps consacré m'ont prouvé le contraire. A cette période, je réécrivais mon constat pour l'approfondir, peut-être étais-je moi-même à me poser la question de la façon dont j'allais montrer l'intérêt du sujet pour un cadre de santé.

Puis le constat s'est étoffé, ces entretiens, les discussions avec la formatrice et le directeur de mémoire ou même mes pairs m'ont permis de dégager une réelle perspective de réinvestissement qui s'est dessinée au fur et à mesure de l'écrit.

Par ailleurs, je reste maintenant persuadée de l'intérêt des recherches théoriques pour mener une réflexion sur des pratiques professionnelles, de même que la théorie est indispensable à la formation initiale. Je me suis surprise à récolter un nombre d'écrits important sur les sujets développés et même à vouloir approfondir ces thèmes a posteriori. Cela dit entre théorie et pratique, il y a une question de transfert et d'adaptation nécessaire que je vais aborder dans la partie réinvestissement.

J'ai été globalement marquée par la réelle volonté d'échange des soignants (et notamment de ceux interrogés) avec les formateurs des instituts. Même si leurs représentations de la formation les guident dans leur accompagnement d'étudiants, ils se posent des questions qui paraissent peu écoutées. Ils sont tous en attentes de retour soit de leur façon d'encadrer, soit de ce qu'ils peuvent apporter de plus à l'étudiant mais surtout de la façon d'évaluer. Une infirmière me disait avoir posé ces questions directement à une formatrice mais s'est trouvée blessée de ne pas avoir de réponse, voire même méprisée. En cela le cadre de santé, tant formateur qu'en unité, a un devoir. Celui d'accorder de l'importance aux questionnements et remarques de ses partenaires et de leur en faire un retour. C'est pour moi le point de départ d'une relation co-construite où chacun a sa place.

Bien évidemment, le cadre de santé ne peut avoir les réponses à tout mais ensemble, dans la discussion, les partenaires peuvent les obtenir.

Ce à quoi je m'attendais le moins et qui me marquera le plus, est que ce mémoire m'aura donné l'occasion d'écrire sur mon questionnement professionnel, de l'argumenter, et d'envisager une réelle prise de position en tant que cadre de santé. Il ne constitue pas une recherche à mes questionnements nombreux, mais en initie une démarche transférable en termes de réflexion.

précédent sommaire suivant