WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Entre convention alpine, directive territoriale d'aménagement des Alpes du nord et initiatives locales, quelles perspectives pour les politiques foncières volontaristes dans les Alpes ?

( Télécharger le fichier original )
par Nathalie MOYON
Université Joseph Fourier (Grenoble1), Institut de Géographie Alpine - Master 2 Recherche Villes, Territoires et Durabilité 2009
  

précédent sommaire suivant

2. « L'effort méthodologique »

2.1. Quelques principes méthodologiques

La méthodologie mise en oeuvre pour la réalisation de ce travail s'appuie sur une approche qualitative de la question foncière. Comme le développe Pierre-Yves LE MEUR, « Il s'agit ici de montrer que des approches de type qualitatif obéissent à des procédures qui doivent leur donner toute leur rigueur, sans pour autant tomber dans la recette - illusoire de toute manière - [...]»26(*). La méthodologie adoptée durant ces six mois constitue un processus évolutif et ouvert, s'affinant au fur et à mesure des travaux et des entretiens effectués. « Il s'agit en même temps d'éviter deux écueils : celui du positivisme qui suppose que la réalité se donnerait directement à voir et à saisir (à cet égard, l'expression usuelle de "collecte des données" apparaît extrêmement trompeuse : les données ne sont pas collectées, elles ne sont justement pas "données", mais produites, construites selon des procédures d'investigation à expliciter). L'autre écueil est celui du postmodernisme dans ses variantes radicales, qui réduit le résultat de l'enquête à une production littéraire, à un récit parmi d'autres, sans référentiel empirique. Entre ces deux extrêmes, le principal souci du chercheur consistera en l'élaboration de procédures rigoureuses et explicites donnant en particulier au lecteur la possibilité de suivre autant que faire se peut les modalités de production des données et le cheminement de l'interprétation, et donc de pouvoir vérifier la plausibilité des résultats proposés. Cette exigence renvoie aux trois critères de validité, de fiabilité et de représentativité »27(*).

En prenant en compte autant que possible les principes méthodologiques énoncés ci-dessus, la rédaction de ce mémoire espère répondre aux trois exigences d'un travail de recherche : « La validité se réfère à la qualité et à la "vérité" des données et des interprétations produites.[...] La notion de fiabilité correspond à la reproductibilité des résultats et à leur "accessibilité" à d'autres chercheurs, à leur vérifiabilité.[...] La représentativité dont il s'agit ici ne résulte pas de formes de généralisation statistique ou prédictive. Elle est qualitative et inductive, visant à expliquer et "abstraire" des mécanismes et des processus. Ici, un écueil à éviter est celui, malheureusement très fréquent, de la généralisation empirique abusive [...] »28(*).

* 26 LE MEUR Pierre-Yves, Approche qualitative de la question foncière, Note méthodologique, IRD REFO, Document de travail de l'unité de recherche 095. Mai 2002, n°4, 23p.

* 27 Idem, p.3

* 28 Idem, pp.3-4

précédent sommaire suivant