WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Synergies et manoeuvres stratégiques d'acquisitions et fusions: le cas français de la période récente (1970-1990)

( Télécharger le fichier original )
par Serge Constant Mbappe Njome
Université Paris-Nord / Paris 13 - Villetaneuse (France) - DEA Stratégies financières et industrielles internationales 2001
  

précédent sommaire suivant

f) L'incidence des "economies d'echelle" sur les strategies des firmes et les structures industrielles

L'effet de la grande dimension sur les touts de production influence considerablement les strategies des firmes et justifie maintes structures industrielles.

- 'Economies d'echelle" et comportements de firmes

Generalement, on explique les comportements (strategies) des firmes et leur developpement par les avantages de tout

de toute nature que confere la grande dimension. Les phenomenes de concentration sont justifies par le desir d'atteindre la taille a partir de laquelle les touts ne decroissent plus.

Il y a en fait un probleme de taille critique a resoudre. L'existence des seuils commerciaux et financiers est l'une des motivations cruciales des fusions d'entreprises.

Dans le mime ordre d'idees, l'existence d'economies reelles et monetaires est la base des processus d'integration au sein des systemes productifs contemporains, dans le but d'obtenir la longueur optimale des processus de production.

Les "economies d'echelle" sont en quelque sorte de veritables "barrieres a l'entree". Leur recherche amine souvent les entreprises a une propension permanente a l'agrandissement de leur dimension afin de se proteger et maintenir la "position dominante".

- "Economies d'echelle" et structures industrielles

Les economies d'echelle jouent un role de premier plan dans la structuration du systeme productif dans la mesure 00 la recherche de la grande taille pousse a la "cristallisation" des economies nationales autour de quelques centres forts

representant des "poles de developpement" aux "effets d'entrainement" non negligeables. Les "economies d'echelle" occasionnent l'integration des firmes au sein d'ensembles plus vastes tels

que la C.E.E.

Cependant, la portee ou le role joue par les economies d'echelle sur la strategie des firmes et les structures industrielles reste limitee. En effet la "taille critique" ne joue aucun role surtout lorsqu'elle est petite, l'introduction

des ateliers flexibles au niveau des etablissements permet d'echapper aux lois de la grande serie a cause de la polyvalence des equipements.

La recherche des avantages de la taille par les firmes peut avoir un effet pervers sur la concurrence en ce sens

que le risque de reduction du nombre de producteurs est eleve, et l'on peut aboutir a des situations de monopole qui entravent la lutte concurrentielle.

g) La mesure des "economies d'echelles" (EOS)

Les EOS (13) realisables dans un secteur donne sont apprehendes a l'aide de deux concepts mesures sur la base d'enquetes menees aupres d'ingenieurs aux U.S.A. et en R.F.A. (14).

- La "taille minimale techniquement efficace" (METS) (15) :

On l'appelle encore "taille minimale optimale". Le METS est la taille au-dela de laquelle la baisse des touts n'a plus lieu. A partir de ce moment, toute unite de production en delta de cette taille supporte un supplement de tout.

Le METS varierait au tours du temps avec le changement technologique qui pousse a la realisation des unites de production

(13) Economies of scale (Economies d'echelle).

(14) Voir Commission des Communautes Europeennes. Economie cur°. peenne (1988) "1992 la nouvelle economie europeenne", n° 35, mars, pages 114 a 118.

(15) METS, Minimum efficient technical scale.

de plus en plus importantes.

On a compare dans les annees 1960 et 1980 le METS dans

onze industries (automobiles, electromenager, pneus, raffineries

de petrole, acier, ciment, cigarettes, briques, verre, chaussures), on a constate qu'il s'est accru. L' illustration patente est la "courbe enveloppe".

L'entrepreneur va augmenter le nombre de travailleurs et le nombre de machines (augmentation de l'echelle de production).

A cours de la premiere phase, la taille T1 correspond a une courbe de coat moyen CM1. La deuxieme phase correspond a une courbe de coat moyen CM2 plus basse et ainsi de suite jusqu'a

(16) La "courbe enveloppe" de longue periode est le lieu geometrique des differents minimums des courbes de coats moyens

de courte periode. Elle est tangente aux minimums des courbes de coats moyens de courte periode.

la phase 4 (taille T4) ou la baisse des coot n'a plus lieu. Le point E correspondant represente le minimum de la courbe de coot moyen relative a la taille T4 appelee "taille minimale optimale" ou METS. A partir du point E, toute augmentation de l'echelle devient inutile car les "deseconomies d'echelle" se signalent (remontee des coots). La taille de l'entreprise devient trop grande pour assurer sa bonne gestion.

- "La pente des coots" :

Elle represente l'accroissement des coots unitaires de production lorsqu'on se situe en-delta de la taille optimale (METS). Supposons que C est le coot de l'entrepreneur (contrainte de coot). Soient K et L les facteurs de production capital et travail, Pk et PL les prix respectifs de ces facteurs.

Le coot pour l'entrepreneur est donne par la relation

C = K.Pk + L.PL

De cette formule nous pouvons tirer la ligne des coots

ou i_socoOt

K = - -p-L L -p-

k

PL

cit.) - represente cette pente des coots qui est

Pk

tangente a 1 'angle (taux marginal de substitution de K a L).

 

(figure 4)

L ravail

45

Une pente tres grande, ceteris paribus entraine des prix relatifs eleves, traduisant le fait qu'il y a un potentiel d'EOS qui viendrait de la grande dimension.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.