WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Synergies et manoeuvres stratégiques d'acquisitions et fusions: le cas français de la période récente (1970-1990)

( Télécharger le fichier original )
par Serge Constant Mbappe Njome
Université Paris-Nord / Paris 13 - Villetaneuse (France) - DEA Stratégies financières et industrielles internationales 2001
  

précédent sommaire suivant

Section 3 : Paradoxe et effet pervers de la fusion : la synergie negative

Au terme de la premiere partie de ce memoire, it apparait

que la recherche de synergies constitue une motivation essentielle des operations de prise de controle. L'evolution des cours boursier! des societes comme nous l'avons vu, une fois connue la nouvelle

du lancement de la fusion, montre a l'evidence que le marche anticipe la realisation future de synergies. Cependant maints resultats restent paradoxaux et difficilement explicables.

Paragraphe 1 : L'avantage des societes acquises

existe un cap entre les performances realisees par les actionnaires des societes de l'echantillon de controle et celles des firmes acquises. Un auteur comme MANDELKER, en 1974, enonce l'idee selon laquelle l'avantage des societes contrOlees auquel on associe l'existence d'u.n marche des acquereurs tres concurrentiel, serait une explication pla de cette situation.

Dans le cas ou la recherche des synergies serait la seule motivation des fusions, les gains resultant du regroupement devraient se repartir equitablement entre les societes concernees ainsi qu'entre les differentes categories d'actionnaires.

Dans une certaine mesure d'apres MANDELKER, les opportunites de synergies sont attachees a une seule entreprise mais peuvent etre saisies par des acquereurs potentiels. La concurrence

entre ces derniers entraine une distribution asymetrique des gains attendus des regroupements.

La situation contraire peut se produire au profit des

firmes de l'echantillon de controle, seules capables de mettre en oeuvre des synergies.

Mais les opportunites de synergies peuvent uniquement etre saisies par la fusion de deux entreprises bien precises. La repartition des gains sera due au rapport de force existant entre les deux firmes et leur aptitude a negocier.

On se rend compte finalement qu'aucune explication convaincante a priori, n'existe pour que la balance penche plutOt

d'un cote que de l'autre. Cependant deux explications possibles peuvent etre donnees, mais elles demeurent incompletes :

- La premiere part de l'idee selon laquelle le montant de l'acquisition realisee est marginal en la comparant a la valeur de l'acquereur et it est difficile d'isoler pour ce dernier, les variations de cours a l'operation.

- L'autre explication avancee pour justifier le desavantage des societes acquereuses est que le marche capitaliserait en une seule fois l'ensemble de synergies liees a la politique de croissance externe.

Par ailleurs, MALATESTA et THOMPSON (1985) pensent que lorsque les regroupements de firmes font partie d'un programme d'acquisition, l'annonce dune operation est partiellement anticipee par les investisseurs. Par consequent, l'effet d'annonce de l'evenement sur les cours boursiers ne correspond pas a l'impact economique total de l'operation.

Paragraphe 2 : Les synergies negatives

Elles se traduisent par des pertes significatives pour les acquereurs.

Avant d'entreprendre une prise de contrOle, l'acquereur

potentiel evalue la societe convoitee. Il ne se lancera dans l'operation que si l'ecart entre son evaluation et le cours boursier

de la societe ciblee est positif et tres important pour permettre de contrer d'eventuelles surencheres et de degager in fine une plus-value depassant le coot de l'operation. I1 suffit donc dune erreur d'appreciation des acquereurs qui se repercutera sur les gains des differents actionnaires (asymetriques).

Les "deseconomies d'echelle" sont egalement une manifestation des synergies negatives. En effet la tres grande taille est un desavantage car le controle et la coordination deviennent difficiles ; les coots augmentent, par consequent les effets sont contraires aux resultats escomptes.

Comme autre element de synergie negative, on peut citer les problemes de "culture d'entreprise" dans les differentes fusions sans logique industrielle ou commerciale. Dans ce cas

precis, it y a de fortes chances d'etre en presence d'un regroupement mal digere, symbole d'une mauvaise integration des

activites (association du luxe et des vins et spiritueux par exemple). On peut aussi faire allusion au probleme de management car le consensus est difficilement realisable. Les dirigeants des firmes fusionnantes au depart et meme apres l'operation, peuvent ne pas avoir les memes priorites. Ces divergences vont considerablement freiner le bon developpement, l'harmonie et l'homogeneite du groupe.

Au total cette premiere partie conforte l'hypothese selon laquelle la recherche de synergies constitue l'une des motivations importantes des fusions. Cependant, cette hypothese s'avere insuffisante pour expliquer a elle seule l'ensemble des resultats obtenus. C'est ainsi que le partage inegal des synergies anticipees

ou encore le desavantage serieux des actionnaires des societes acquereuses demeurent largement sans explication convaincantes.

Il convient, pour mieux etayer notre analyse, d'etudier concretement les synergies a travers les grosses fusions realisees en FRANCE ces dernieres annees. Le resultat nous permettra d'apprecier la realite des synergies.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.