WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Synergies et manoeuvres stratégiques d'acquisitions et fusions: le cas français de la période récente (1970-1990)

( Télécharger le fichier original )
par Serge Constant Mbappe Njome
Université Paris-Nord / Paris 13 - Villetaneuse (France) - DEA Stratégies financières et industrielles internationales 2001
  

précédent sommaire suivant

a) Le concept d'"economies d'echelle"

Nous ferons reference aux auteurs (7) tels que SCHERER, JACQUEMIN, Yves MORVAN, BAIN, STIGLER, MOORE, SILBERTSON et Jean-Marie CHEVALIER.

. Definition

Le phenomene d'"economies d'echelle" est fortement lie

aux rendements d'echelle (8) de l'entreprise. Dans une activite

(7) Confere : SCHERER, 1980 "Industrial Market Structure and Economic Performance" pages 81 a 118.

JACQUEMIN, 1976 "Economie industrielle" pages 15 a 19.

Yves MORVAN, "Fondements d'economie industrielle" Economica 1985 pages 163 5 175.

"Economie industrielle" PUF pages 98 5 108.

BAIN J.S., "Economies of scale, concentration and the condition of entry in industries" American economic review, march 1956 (pp. 71-92).

STIGLER G., "The economies of scale". Journal of law and economics October 1958 (pp. 54-71) n° 1.

MOORE F.T., "Economies of scale, Some statistical evidences" Quartely journal of economics", May 1959 (pp. 232-245). SILBERTSON A., "Economies of scale in theory and pratice". Economic journal 1972 (pp. 556-570).

Jean-Marie CHEVALIER, "L'economie industrielle en question, Paris, Calmann-Levy, 1977, pp. 129-145.

(8) Spit une fonction Cobb-Doublas de la forme P LP
K et L les facteurs de production capital et travail,c.< et/3 les elasticites de la production P par rapport respectivement aux facteurs capital et travail. En multipliant les facteurs K et L par une meme constante h on obtient A (Kh) (Lh)/3 = P.(°"13)

p. h m est le degre d'homogeneite de la fonction de produc-
tion P.

Si m 1 nn Hit nHo 10c ranrInm,,,+,

quelconque, lorsque la quantite des facteurs de production (capital ou travail) croft, it existe des gains d'efficacite entrainant une augmentation plus que proportionnelle de la quantite de biens produits par rapport 6 la quantite de produits ; dans ces conditions, le coat de production de

chaque bien diminue : c'est la manifestation des "economies d'echelle".

A partir d'un certain seuil, les rendements d'echelle s'epuisent car la quantite de biers produits augmentent moins que proportionnellement par rapport a la quantite de produits, on dit que les rendements d'echelle sont decroissants et les coats de production unitaires se mettent a augmenter : les "des-economies d'echelle" apparaissent.

La courbe de coat encore appelee courbe de coat de longue periode est le lieu geometrique des differentes combinaisons des coats unitaires de production et des quantites de facteurs. Elle a une forme en "U", faisant successivement apparaitre, selon que les rendements sont croissants, puis decroissants, des "economies" puis des "deseconomies d'echelle". Le point P correspondant au minimum absolu de la courbe, serait tel que,

a ce niveau, la firme balancerait tous ses avantages et desavantages. Dans chaque activite, it existerait alors des "firmes representatives" dont la taille pourrait etre consider6e comme "optimale" dans la mesure 400 elles n'auraient interet ni a decroitre, ni a croitre (voir graphique 1).

Coats unitaires (CT/Q)

(Figure 1)

Econ mies Dese onomies

d'ec lle d' chelle

Taille optimale >(Q)

CT coat total

Q Quantite ou
dimension des activites.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.