WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des conséquences de l'endettement public extérieur sur la croissance économique de la RDC (1991-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Sulutani AMANI MAISHA
Institut supérieur pédagogique de Bukavu - Licence en pédagogie appliquée 2011
  

précédent sommaire suivant

III.1.2.5. Taux de croissance démographique (TCDEM)

Le taux de croissance démographique mesure la croissance de la population d?un pays. Il est le changement pourcent en moyenne annuelle dans la population résultant d?un excédent (ou déficit) des naissances sur le décès et le solde des migrants qui entrent et sortent d?un pays. Ce taux peut être positif ou négatif.

Il est supposé avoir influencé positivement le recours à l?endettement extérieur de la RDC. Ainsi, une croissance élevée de la démographie impose souvent l?augmentation des interventions des gouvernants dans le domaine social, notamment la construction de nouvelles infrastructures sanitaires et scolaires, la création de nouveaux emplois,... qui nécessitent des ressources financières suffisantes. En cas d?absence ou d?insuffisance des ressources intérieures, les dirigeants sont contraints d?emprunter à l?extérieur, augmentant de ce fait le niveau de son stock de la dette.54

Voici comment cette variable a évolué pendant les 20 ans d?étude :

Figure no9:Evolution du taux de croissance démographique 1991 et 2010 enRDC(Annexe1)

Source: WORLD BANK Developement Indicators

53 BCC, Rapport annuel, 2010

54 NDUGU MUKASA, Déterminants de l'endettement extérieur public de la RDC, mémoire, inédit, UCB, 2008 T CDEM

Trois principales phases sont observées dans la croissance démographique de la RDC entre 1991 et 2010. La première va de 1991 à 1995, la seconde de 1996 à 1999 et en fin la troisième de 2000 à 2010.

Entre 1991 et 1995, la population congolaise s?est accrue en moyenne de

3,4402%.

La deuxième phase (1996-1999), caractérisée par une décroissance aigue située à une moyenne de 1,6822% de la population congolaise suite aux guerres successives occasionnant ainsi une perte des vies humaines estimée à environs de 4 millions de personnes pendant les deux guerres.

La troisième phase va de 2000 à 2010, dans celle-ci on observe une stabilité de la croissance démographique. La moyenne pour ces 11 ans se situe à 3,092%. La population congolaise croit en moyen à 2,9811% pour les deux décennies sous étude.

III.1.2.7. Balance courante sur le PIB (BCPIB)

La balance courante est le solde des flux monétaires d'un pays résultant des échanges internationaux de biens et services (balance commerciale), revenus, balance des services (balance des invisibles) et balance des transferts courants. La balance courante est un des composants de la balance des paiements. On parle aussi de balance des opérations courantes, de balance des paiements courants ou encore de (solde des opérations courantes). Traditionnellement, on considère qu'une balance courante positive permet au pays de rembourser sa dette ou de prêter à d'autres pays. Une balance négative (= un déficit courant) doit être compensée en contractant des emprunts auprès d'agents extérieurs ou en liquidant des actifs extérieurs55.

Ce ratio capture le degré de vulnérabilité de l?économie de la RDC aux chocs extérieurs ainsi que le degré de crédibilité des politiques économiques entreprises par ses dirigeants.

Voici comment cette variable à évoluer durant les deux décennies sous études.

55 http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Balance courante 2011.jpg, le 14/08/2012 à 8h 3min

Figure no10: Evolution du ratio solde balance courante sur le PIB entre 1991 et 2010 en
RDC
(Annexe 1)

Source : -Fonds monétaire International 2000 -BCC, Rapports annuels (2001-2010)

Le ratio solde des opérations courantes peut être analysé en deux phases pour comprendre son évolution. La première phase va de 1991 à 1996 et la seconde phase de 1997 à 2010.

Au cours de la première phase (1991-1996) on observe un déficit du solde des opérations courantes aux trois premières années entre 1991 et 1993 avec une tendance d?accroissement positif. Ce déficit est dû suite à la détérioration de la balance commerciale résultant de la différence entre les exportations et les importations. Les autres années entre 1993 et 1996 sont caractérisées par une balance courante positive suite aux augmentations des

8

exportations par rapport aux importations. Le ratio moyen du solde de la balance courante se

B

situe à 1,76% avec un accroissement moyen de 20,98% du PIB pour cette phase.

La deuxième phase (1997-2010) est caractérisée par une décroissance de la balance courante de paiement jusqu?à atteindre un déficit en 2000. Elle passe ainsi 10,56 % du PIB en 1996 contre 8,89% une année après. Cette tendance baissière continue son allure mais elle croit en 2003 où elle se situe 0,36%. La moyenne du ratio balance courante sur le PIB se situe à -3,63% avec un décroissement de -168,57 pour des pics -8,89% en 1997 et - 13,33% en 2010 en raison probablement d?un déficit important de la balance commerciale.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.