WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des conséquences de l'endettement public extérieur sur la croissance économique de la RDC (1991-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Sulutani AMANI MAISHA
Institut supérieur pédagogique de Bukavu - Licence en pédagogie appliquée 2011
  

précédent sommaire suivant

IV.3. IMPACT DE L'INITIATIVE PPTE

Pour entrer à l?initiative PPTE, un pays doit présenter un niveau d?endettement insoutenable, en outre, la valeur présente nette de la dette sur les exportations doit être supérieure à 150%. L?objectif de cette initiative est donc de ramener le service de la dette extérieure à un niveau qui ne compromet pas la croissance économique des pays endettés.

Cette initiative est caractérisée par 4 grandes phases :

1ère phase : le pays doit suivre un programme triennal d?ajustement structurel avalisé par le
FMI et la BM destiné à la rédaction d?un Document de Stratégie pour la Réduction de la
Pauvreté (DSRP), il se focalise sur 3 grands piliers : restauration de la paix et bonne

gouvernance, la stabilisation macroéconomique et la croissance pro-pauvre, la relance de l?économie national. La RDC a implanté, lors de cette phase, un Programme Intérimaire Renforcé (PIR), il était destiné à arrêter la dégradation de la situation économique et stabiliser l?inflation et le taux de change, entre juin 2001 et mars 2002 et un Programme Multisectoriel d?Urgence de Réhabilitation et de Reconstruction (PMURR) entre avril 2002 et juillet 2005, il visait un taux de croissance annuel moyen du PIB de 6 % pour la période 2002-2005, une diminution du taux d?inflation annuel à 5% à l?horizon 2005 et une augmentation progressive des réserves internationales.

2ème phase : le pays atteint le point de décision si le FMI et la BM jugent sa dette extérieure insoutenable. Dans ce cas, ils définissent le montant intégral et irrévocable dont bénéficiera le pays au terme de l?initiative pour atteindre l?objectif de soutenabilité. La RDC atteint cette phase en juillet 2003 car la valeur actuelle nette de sa dette sur les exportations s?élevait à 758% la fin de 2002. Ainsi, pour la dette congolaise, les allégements intérimaires requis devraient s?élever à 5,3 milliards de USD en valeur actuelle nette.

3ème phase : le pays doit poursuivre les reforme préconisées par le FMI et de BM et rédiger un DSRP définitif. Actuellement, la RDC poursuit la Programme économique du gouvernement et doit achever la rédaction de son DSRP définitif. Elle doit en outre rembourser ses arriérés envers ses créanciers bilatéraux du club de Paris. Sur les 9703 millions de USD que la RDC lui devait au 30 juin 2002, plus de 90% sont constitués d?arriérés.

4ème phase : finalement, le pays atteint le point d?achèvement. A ce niveau, les allégements calculés au point de décision sont appliqués au pays. Ce point devrait être atteint par la RDC en juillet 2006 mais cela n?a été possible en raison des retards accumulés dans la rédaction de DSRP intérimaire et définitif.

Toutefois, cette initiative présente un certain nombre d?inconvénient qui réduisent son efficacité en manière d?endettement des pays endettés dont la RDC :

1' les étapes pour bénéficier des allègements sont souvent lentes et exigeantes, ce qui est
susceptible de décourager l?adhésion et les efforts de la part des pouvoirs politiques ;

1' le paiement ai titre du service de la dette reste élevé. En effet, environ 80% de la dette extérieure congolaise est constituée d?arriérés de paiements. Or, le critère de conditionnalité est de les rembourser pour bénéficier des allégements. Cette situation

conduit à un effet « boule neige » et à l?aggravation de la dépendance extérieure du pays.60

Le 23 juillet 2003, la RDC a accédé au point de décision «de l'initiative PPTE». Par ce fait, elle a obtenu le bénéfice des conditions de Cologne, soit des allégements supplémentaires de 23% pour un montant total de USD 262 millions. Ainsi, l'ensemble des allégements obtenu des créanciers membres du Club de Paris a-t-il atteint 90%. Elle atteint la décision d?achèvement dans le cadre de l?Initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (I-PPTE) le 01 juillet en 2010. Il a été caractérisé par une amélioration significative de l?environnement interne entre autres, la forte croissance économique, la stabilité du cadre macroéconomique.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.