WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le mildiou de la pomme de terre

( Télécharger le fichier original )
par Youcef BENNANI
Université de Farhat Abbas Sétif - Diplomé d'études supérieures 2004
  

précédent sommaire suivant

8.3.2- L'utilisation de Pseudomonas

Les espèces du genre Pseudomonas utile pour les plantes sont ce

grande majorité de la microflore rhizosphérique et qui semble être prése

la pomme de terre (PGPR) (the plant growth promoting Rhizobacteria)

Les Pseudomonas sont connus pour être d'excellents agents de la lutte biologique,

exerçant une action antifongique (antibiotique, enzymatique) est stimulée en présence de forte concentration de N-acyl-L-homoserin lactone dans les sites intracellulaires (Chin, Woeng et al, 1997).

L'étude de la biologie du Pseudomonas agent antagoniste de Phytophthora infestans dans la pomme de terre est basée sur l'étude de la couche suppressive du sol (Spudman

La pénétration du Pseudomonas dans la plante se fait à partir des racines de la pomme terre puis se propage dans les tubercules par les ponctuations.

L'arrosage des plantes par une solution de Pseudomonas diminue l'infection à 50% e le traitement utilisé après la récolte réduit l'infection a 75% (Spudman ,1991).

Pseudomonas fluorescens se trouve naturellement dans les racines de la plante de pomme de terre il secrète un pigment fluorescent (pyoverdine) qui provoque la réduction de P.infestans (Spudman ,1991).

Les sidérophores (faible poids moléculaire) synthétisées par pseudomonas sont importantes dans la suppression de pathogènes des plantes comme Phytophthora sp. (Leong 1986

L'action protectrice de Pseudomonas fluorescens et Pseudomonas putuda s'exerce principalement par l'intermédiaire de sidérophores et des antibiotiques pour contré l'influence des organismes nuisible ou parasites couramment présents dans le sol (Davet, 1996).

Appliqués en robage à des tubercules de pomme de terre avant leur plantation dans le champs expérimentaux ils permettent des augmentations de rendement allant jusqu'à 17 % (Kloepperet et al, 1980)

précédent sommaire suivant