WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impacts socio- économiques du projet Riz Centre sur les conditions de vie des paysans. Le cas des périmètres irrigués de Yamoussoukro

( Télécharger le fichier original )
par Danielle KOUADIO
Institut de formation à  la haute expertise de recherche (IFHER ) - Master 2 en économie de l'aménagement du territoire et du développement local 2010
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE II : Le fonctionnement du projet

I/ LES ORGANISATIONS PAYSANNES

I-1) Le Projet Riz Centre et l'innovation dans le domaine agricole

Le PRC a apporté une innovation de taille au projet. En effet, le diagnostic des organisations paysannes existantes a montré que les groupements à vocation coopérative (GVC) rencontrés sur les périmètres en 1997 montraient de manière évidente des faiblesses majeures. Ces faiblesses se situaient dans un premier temps au niveau des responsables des GVC. Ceux-ci en effet, étaient inopérants suite au désengagement de l'Etat dans les fonctions d'irrigations, d'approvisionnement en engrais, de commercialisation et de machinisme. Ensuite, dans un deuxième temps, il y avait un attentisme contre-productif des autres riziculteurs qui justifiaient leur incitation par la carence opérationnelle des mêmes responsables.

Face à cette situation, le PRC a proposé un nouveau mode organisationnel, basé sur le principe de « responsabiliser les producteurs eux-mêmes et, ne déléguer à un niveau supérieur, que les tâches qui ne peuvent être assurées de manière satisfaisante qu'à l'échelle supérieure ».

En outre, elle a Replacé le producteur devant ses responsabilités dans une logique de professionnalisation et d'autonomie en rupture avec les interventions de type artisanal. Elle a également séparé la gestion de l'eau (propre à chaque périmètre) des autres besoins d'appui liés à la production agricole (problème commun à tous les périmètres).

Ainsi, la première unité d'organisation regroupe tous les producteurs appartenant à la même maille hydraulique (c'est-à-dire appartenant au même périmètre irrigué par le même barrage hydro-agricole) et qui ont l'obligation de gérer en commun la ressource « eau » sous l'autorité d'un comité de gestion des aménagements (CGA) dirigé par eux.

Le PRC a également transféré les fonctions d'approvisionnement en intrants, de formation, d'information, de commercialisation à un niveau supérieur, c'est-à-dire à une coopérative de services (CORERIZ)4.

4 Coopérative Régionale des Riziculteurs

26

Mémoire de Master Année académique 2009-2010

BNETD/IFHER EATDL

La nature et l'objet de ce type de coopérative ont nécessité d'expliquer aux riziculteurs sa profonde différence avec une coopérative de production où les flux d'argent rendent le plus souvent difficile le maintien d'une gestion équitable et démocratique.

Une fois ces principes admis, le PRC a procédé par voie d'appel d'offre, le recrutement d'ingénieurs agronomes. Ces ingénieurs agronomes ont pu être choisis par les paysans eux-mêmes après des présélections organisées par le PRC. Ce processus a permis d'introduire un changement majeur en matière d'encadrement rural où pour la première fois les paysans devenaient des chefs d'entreprises rémunérant des services d'appui conseil5.

Aujourd'hui ces coopératives se sont fusionnées pour donner naissance à la CORIZ centre. La particularité de la CORIZ centre est qu'elle est la fusion des quatre coopératives nées des cendres du PRC. Ce sont : CORERIZ Katiola, COPRORIZ6 Tiébissou, CORERIZ Sakassou et COPRORIZ Yamoussoukro.

Sur les sites de Yamoussoukro, 367 producteurs ont été recensés. La principale coopérative spécifique à la riziculture irriguée dans la région des lacs, est la Coopérative des Riziculteurs du centre (CORIZ centre) dont le siège se trouve à Nanan. Elle se constitue d'un comité de gestion des aménagements (CGA) installé sur chaque périmètre et regroupant l'ensemble des riziculteurs du même périmètre. Ces CGA ont en charge la gestion de leur périmètre, l'entretien de celui-ci, la gestion de l'eau, le suivi de l'itinéraire technique et la mise en oeuvre des facteurs de productions. De plus, toutes ces organisations paysannes ont reçu l'appui technique et l'encadrement des structures comme l'antenne PNR et l'Agence National d'Appui au Développement Rural (ANADER).

La CORIZ centre a pour mission :

? d'approvisionner en facteurs de production

? d'acheter des équipements collectifs

? de favoriser l'accès des membres au crédit

? de collecter, stocker et de transformer des produits agricoles-riz.

5 Rapport final du PRC ; Juin 2002

6 Coopérative des Producteurs de Riz

27

Mémoire de Master Année académique 2009-2010

BNETD/IFHER EATDL

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.