WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Technique et esthétique des photographies de la 7ème édition du festival de la photographie contemporaine de Bamako

( Télécharger le fichier original )
par Mélanie BEREHOUC
Université Paris III Sorbonne nouvelle - Master 1 conception et direction de projets culturels 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

C) Période Bamakoise : naissance et reconnaissance d'un art contemporain Africain

1. Création du festival de la photographie contemporaine de Bamako

L'apparition d'un nouveau visage africain est née vers 1980-1990. C'est à cette époque que la définition du monde n'est plus l'apanage exclusif des pays riches. Les premières théories sur la globalisation, qui ne sont pas sans rappeler celles de l'universalisme des siècles passés, commencent à fleurir. C'est dans ce contexte mondial qu'on voit apparaître la nécessité de parler de l'art contemporain en Afrique.

Au départ, la production contemporaine en Afrique est connue d'un cercle initié en Europe, et plus particulièrement à Paris. Cependant, vers les années 1990, le regard intellectuel et artistique s'est affiné vers cette production. Plusieurs spécialistes se sont dès lors joints au groupe d'initiés ; conservateurs et commissaires d'art contemporain ; qui vont apporter leur formation et orientation artistique dans la réflexion récente sur la question d'un art contemporain en Afrique.

C'est dans cette mouvance que le festival de la photographie contemporaine de Bamako a été crée en 1994 par deux photographes français : Françoise Huguier et Bernard Deschamps, que le hasard allait mettre devant les travaux de Seydou Keita et Malick Sidibé10. D'un point de vue économique et politique, le Mali rentre dans une phase démocratique et le nouveau gouvernement souhaite investir dans la création artistique en ouvrant des espaces d'expression et en soutenant des projets fédérateurs autour du patrimoine et de la créativité.

Pour les deux photographes français, le but de la première édition de 1994 était de rassembler les oeuvres d'une cinquantaine de photographes venus d'une quinzaine de pays africains, ce qui permettait de produire une vingtaine d'expositions et de souligner la richesse d'un secteur encore méconnu de la création africaine dans ses dimensions artistiques, économiques, historiques et documentaires. Cette édition a permis de rompre l'isolement des photographes, en leur proposant de se rencontrer et d'échanger. Devant le succès fulgurant,

10 Malick Sidibé, né en 1936 à Soloba, cercle de Yanfolila au Mali, est un photographe malien, surnommé « l'oeil de Bamako ».

20

les organisateurs, ont, à ce moment là, décidé de faire de Bamako, une vitrine de la création africaine dans le domaine de la photographie.

Après 1994, une direction malienne est mise en place, composée d'un commissaire général et d'un adjoint. Un directeur artistique est désigné et un réseau de commissaires africains est constitué. Très vite, une convention associant le ministère de la Culture et de la Communication du Mali, la Mission française de Coopération et d'Action Culturelle à Bamako et Afrique en Créations11 a été signée pour renforcer les accords du partenariat déjà instauré et pour assurer le bon développement du programme dans la perspective des Rencontres de 1996. Les expositions présentées lors des Rencontres ont été diffusées en France (Galerie FNAC, Fondation Cartier, Centre National de la Photographie), et des stages de formation en faveur des photographes africains ont eu lieu à Abidjan, Angoulême, Arles et Bamako.

11 Afrique en Création est un département de Cultures France qui développe des projets portant essentiellement sur le continent africain.

21

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net