WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Technique et esthétique des photographies de la 7ème édition du festival de la photographie contemporaine de Bamako

( Télécharger le fichier original )
par Mélanie BEREHOUC
Université Paris III Sorbonne nouvelle - Master 1 conception et direction de projets culturels 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

A) Comment la dynamique historique de l'Afrique a conduit la création d'une nouvelle génération d'artistes créant une nouvelle forme esthétique ?

1. Intrusion de la modernité : bouleversements

L'analyse de la création africaine contemporaine a suscité de nombreux débats chez les spécialistes notamment sur la définition d'un art contemporain en Afrique. D'un point de vue sociologique, ces nouvelles données montrent les modalités de recomposition des systèmes de production qui révèlent le progrès de la pensée et de la représentation sociale qui l'accompagne.

Nous l'avons déjà dit, les années 1980/90 montre une rupture historique, économique et sociale dans l'histoire de la photographie. En effet, c'est à partir de ces années là qu'on voit apparaître le numérique dans les studios photo qui exprime l'émergence d'un nouveau métier et d'un nouveau mode de représentation né en Europe. Dès lors, on va voir apparaître une grande industrie de la photographie qui va avoir pour conséquence, un bouleversement des normes de production dans l'espace photographique et la création esthétique.

Depuis l'essor de la photographie couleur en 1980, on s'aperçoit que le dispositif de développement devient beaucoup plus élaboré, ce qui oblige une plus grande qualification du personnel. La mécanisation, de plus en plus présente dans le développement, se traduit par l'apparition du photomaton et la condamnation des studios photo. Cette nouveauté dans le monde de la photographie va provoquer la disparition de la photographie en noir et blanc, au profit d'images plus « réalistes » qui favorisent l'expression des apparences.

Tout ceci va provoquer un changement esthétique et technique qui touche la photographie et le client.

L'introduction du machinisme dans la production va également pousser l'indépendance à domicile des photographes, qui deviennent de plus en plus nombreux, puisqu'ils sont dépossédés au niveau technique. Ces nouveaux photographes vont tenter de maintenir leur travail en acceptant les conditions de productivité imposées par le progrès. Dès lors, on assiste à une véritable lutte des studios qui vont devoir mettre en place les nouvelles pratiques tout en gardant le côté symbolique, afin de survivre dans ce monde moderne.

31

L'apparition de la caméra à cette époque n'arrange pas les choses même s'il a fallu restructurer la division interne du travail studiotiste en réponse aux contraintes techniques et commerciales qu'entraîne l'imposition du nouvel ordre social. Tout ceci amène un nouveau rapport clientèle et des prestations de service différentes. Cette standardisation va avoir pour conséquence, le réaménagement de la maîtrise technique, l'invention d'un nouvel esthétisme, ainsi qu'une nouvelle relation avec le marché. Les relations de travail sont désormais sous la coupe de la rentabilité économique.

De plus en plus, tous les procédés techniques arrivant de l'Europe sont intégrés dans les machines. Ce qui, a fortiori contribue à réduire l'intervention humaine qui doit réinventer son mode d'intervention. C'est dans ce contexte moderne qu'apparaissent les photographes ambulants, de presse, de spectacle et enfin les photographes amateurs. L'errance devient dès lors, une des modalités d'entrée dans ce métier pour ces jeunes photographes. L'activité extérieure nommée « reportage » est la plus rentable réservée aux élites en rupture avec les studios.

Ces photographes ambulants vont casser l'économie de marché :

- Élargissement dans la sphère publique : photographie prise partout, - Appauvrissement du marché des studios.

De plus en plus, on assiste à une valorisation technique de reproduction mécanique. Là où c'était l'individu qui comptait, dans les années 1980/90, la volonté est dorénavant d'aller de plus en plus vite, tout en étant plus rentable. Le métier devient par conséquent impersonnel.

L'ordre social change en même temps que la reformulation esthétique de la représentation. C'est ce machinisme qui va redéfinir les places sociales dans les ateliers comme à l'extérieur. Les photographes victimes de la dépossession sont alors démunis face à la puissance sociale marchande dominante. Toutes ces transformations sont intégrées dans un nouveau système social lié par l'argent.

32

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net