WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Technique et esthétique des photographies de la 7ème édition du festival de la photographie contemporaine de Bamako

( Télécharger le fichier original )
par Mélanie BEREHOUC
Université Paris III Sorbonne nouvelle - Master 1 conception et direction de projets culturels 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. La notion d'un art contemporain africain

C'est dans cette période de bouleversement qu'apparaît la reconnaissance de ces nouveaux artistes par les pays occidentaux, vus comme des artistes contemporains à part entière. Comme nous l'avons dit, voilà une vingtaine d'années aujourd'hui que l'art africain contemporain trouve une audience, un public. Il est devenu naturel de trouver des artistes issus du continent africain dans les grandes biennales internationales ou dans les galeries européennes, américaines ou japonaises.

Des publications telle que Revue noire16, ont fourni une base théorique dans laquelle les uns et les autres ont pu puiser la matière qui est venue nourrir une discussion qui a pris son ampleur à la fin des années 80. Des expositions collectives ont également tenu leur rôle dans ce qui pourrait apparaître aujourd'hui comme une reconnaissance. Mais dans le panorama global que le nouvel ordre économique mondial veut absolument imposer, le rôle de l'Afrique et de ses artistes reste encore à définir.

L'un des paradoxes qui intervient dans l'élaboration d'une définition d'un art contemporain africain est qu'elle s'est déroulée en dehors du continent lui-même. En effet, les rares manifestations organisées sur le sol africain sont les biennales de Bamako et de Dakar17. C'est ainsi que les questions qui sous-tendent la reconnaissance de la production artistique africaine demeurent : Que reconnaît-on exactement ? Selon quels critères et quelles stratégies ? Comment se définit sa contemporanéité ?

Il est impossible de qualifier une oeuvre de contemporaine car la définition même de « contemporain » diffère selon l'individu. Pour un collectionneur et un marchand d'art, il s'agit du portrait de studio noir et blanc, dont le plus célèbre des représentants est Seydou

16 Fondée en 1985, La Revue Noire est née de la volonté d'une poignée d'amis de rassembler des textes marqués par le témoignage. Ces témoignages de voyages, de rencontres, de recherches personnelles traitent des sujets sur l'Afrique dont la prose, la poésie, l'écriture musicale, le dessin et la photographie.

17 La Biennale d'art africain contemporain de Dakar au Sénégal existe depuis 1990. Son rôle est de mettre en avant la richesse de la création plastique de tout le continent africain, afin de la valoriser et de le promouvoir.

33

Ke
·ta. Pour un critique d'art contemporain, la photographie contemporaine africaine est celle de Mohamed Camara18.

L'Afrique n'a pas de courants à proposer, et les écoles que l'on y dénombra dès les années 1930/1940 furent pour la plupart le fait d'européens exilés. L'histoire de l'art et la reconnaissance d'un art contemporain africain c'est développé au travers de chaque exposition qui a suscité un débat et affirmé son point de vue. C'est ainsi que peu à peu, le domaine de l'art contemporain africain est devenu un vaste champ de bataille économique et théorique. Une bataille qui a contraint ses différents intervenants à avancer des définitions parfois trop définitives. Le débat a été d'autant plus passionnel que l'on ne saurait, en Afrique, séparer l'art de ses conditions d'existence et que, à travers toute tentative d'appréhender une vérité mouvante, c'est une définition de l'Afrique et des Africains qui apparaît en trompe-l'oeil.

En effet, ces interrogations sous-entendent le problème du regard. Face à une image produite par un Africain, la plupart des spectateurs occidentaux seront malgré tout, encore et toujours, imprégnés de certains clichés qu'ils désirent trouver et qui ne seront pas présents lors d'une exposition. Le regard du photographe ne sera pas totalement vierge d'une influence occidentale. En tant que technique, la photographie est déjà un héritage européen. Les premiers photographes africains ont de ce fait été en contact avec une manière de travailler, de voir et de cadrer qu'ils ont appris auprès de leurs homologues européens dans les centres urbains d'Afrique ou dans les métropoles. La différence va surtout se marquer dans la sensibilité et l'empathie face au sujet et notamment dans la relation avec le modèle.

En outre, les changements des sociétés africaines et l'émergence d'une individualisation du métier de photographe dans les années 1980/90 vont s'accompagner d'un nouveau regard contemporain des spécialistes de l'art en Europe. Ainsi, les nouvelles photographies proposées par le festival mis en place en 1994, vont alimenter le débat sur cette définition de l'art africain. D'un point de vue théorique, on notera deux tendances dans ce que nous nommons la « création africaine contemporaine ».

18 Né en 1983, Mohamed Camara est un jeune photographe malien représenté par la galerie parisienne Pierre Brullé.

34

La première est « internationaliste », soutenue par Revue Noire qui refuse tout exotisme et africanisme triomphant, traduite dans la collection de l'Allemand Hans Bogatze. La seconde peut être qualifiée de « authentique », héritée des Magiciens de la Terre19, et largement représentée dans une collection comme celle de John Pigozzi.

À partir des Magiciens de la Terre, des expositions comme Africa Hoy20 ou encore Neue Kunst aus Afrika21, on préconisé une certaine vision de la création contemporaine, longtemps opposée à celle des « internationalistes ». Néanmoins l'art africain est devenu au cours de ces années-là un véritable sujet de débats théoriques, illustrés par de nombreuses expositions et la présence de plus en plus importante du continent africain dans les grandes manifestations internationales. À cet égard, l'initiation de la biennale de Dakar, dont l'objet était de se concentrer sur la création africaine, arriva à point nommé pour jouer un rôle de repère.

***

Afin de ne pas tomber dans une caricature occidentale, il est important de considérer l'artiste contemporain africain dans sa singularité de son aspiration, en dehors de tout contexte que celui qui le fait être. Par contexte, nous entendons bien ici l'expérience individuelle. Il semble en effet nécessaire de réfléchir non plus par rapport à un marché mais de revenir à l'artiste.

19 L'exposition « Les magiciens de la terre » s'est tenue du 18 mai 1989 au 14 août 1989 au Centre Georges Pompidou, commissaire Jean-Hubert Martin.

20 Las Palmas, 1991, commissaire André Magnin.

21 Berlin, 1996, commissaire Alfons Hug.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net