WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quelles sont les dérives dont il faut se méfier dès lors qu'on utilise des incentives pour rémunérer la performance?

( Télécharger le fichier original )
par Nadia LAKHAL
Université Paris Dauphine - Master en finance contrôle de gestion 2009
  

précédent sommaire suivant

I.A.3. INSTRUMENT DE FIDÉLISATION ET DE SÉLECTION

La rémunération incitative constitue également pour gérer les ressources humaines un instrument de fidélisation et de sélection.

Bien qu'ils récompensent en théorie l'atteinte des objectifs, les incentives peuvent être considérés parfois disproportionnés par rapport à la performance. En effet, ces « larges » rétributions sont un bon moyen d'attirer et de fidéliser les top-managers performants au sein de l'entreprise, rares sur le marché du travail. Cet argument est d'autant plus avancé dans un contexte actuel marqué par la mondialisation et la mobilité des « bon-managers » français susceptibles d'êtres débauchés par les firmes américaines où les rémunérations sont censées être plus attractives. Les incentives ne sont donc pas uniquement un instrument de rétribution. Ils constituent un mode de sélection caché.

Dans l'article intitulé « La rémunération des dirigeants sous forme d'actions et de stock-options », Philippe Desbrières explique que l'attribution des plans d'actions est une stratégie permettant de retenir les bons managers. « La perspective de réaliser un gain financier si les actions prennent de la valeur les retient dans l'entreprise. La revente des actions acquises ne s'effectuant généralement qu'après plusieurs années (d'autant plus que des périodes d'indisponibilité des stock-options et d'incessibilité des actions détenues sont imposées), les managers doivent demeurer en fonction dans la firme pour réaliser ce gain ». Ce mécanisme les "menottes dorées" (golden handcuffs) consiste donc à retenir le bon dirigeant par l'argent.

I.A.4. ATOUT FISCAL

Le développement des incentives s'explique aussi par une optimisation fiscale pour la société. De nombreuses lois ont été créées comme la loi du 30 décembre 2006 pour le développement de la participation et de l'actionnariat salarié permettant l'allègement fiscal. L'entreprise peut, par exemple, déduire certaines charges dues à l'attribution des stock-options ou des actions gratuites (S. Guimbert et J-C Vallat, « La fiscalité des stock-options : une perspective internationale »). De plus, les incentives ne rentrent pas tous dans la rémunération brute et aucune cotisation patronale n'est à payer.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.