WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9.3 Un rôle important dans la réduction de la fracture

numérique

D'une manière générale, l'accès aux technologies de l'information et de la communication est fortement marqué par des disparités à l'échelle mondiale. Ce sont des inégalités dans les accès et les usages de certains outils modernes de communication et plus particulièrement d'Internet surtout et des téléphones mobiles à des degrés moindres. Ce schisme est visible d'une part entre les populations des pays du nord et celles des pays du sud à l'échelle mondiale et, d'autre part entre les populations des zones urbaines et des zones rurales au sein d'un même pays. Avec l'apparition et le développement du smartphone ou téléphone intelligent dans les pays industrialisés, le fossé risque d'être encore un peu plus accentué. La fracture numérique a été employée pour désigner ce

397

fossé « face aux possibilités d'accéder et de contribuer à l'information, à la connaissance et aux réseaux, ainsi que de bénéficier des capacités majeures de développement offertes par les TIC »170 comme l'écrit Michel Elie. Ces disparités résultent principalement de la logique exclusive de rentabilité marchande et financière qui a accompagné précisément l'évolution du réseau Internet. Depuis leur avènement, les infrastructures de télécommunications sont essentiellement tournées vers les États-Unis qui sont d'ailleurs devenus aujourd'hui la plaque tournante du trafic mondial. On constate que dans de nombreux pays, les plus gros opérateurs de télécommunications se contentent tout simplement de faire transiter une bonne partie de leur trafic à travers les réseaux des États-Unis. Partout dans les pays du nord, la fracture numérique est devenue une réalité concrète. Dans ces pays, les personnes âgées de plus de 60 ans, les personnes peu diplômées et les personnes vivant dans des foyers aux revenus modestes représentent la grande majorité des populations défavorisées dans l'accès à Internet. Sur Wikipédia, il est indiqué que 80 à 95% de la population ne se connectent jamais après 60 ans. Les personnes vivant dans des foyers modestes constituent 65% des personnes rencontrant des problèmes d'accès à Internet. Ce sont là des caractéristiques que l'on trouve fréquemment auprès d'un certain nombre de migrants ou de personnes issues de la migration.

Au sein de la diaspora sénégalaise en France, il existe des différences notables dans l'accès et l'usage d'Internet. Généralement, les étudiants et les migrants hautement qualifiés sont les principaux utilisateurs d'Internet. Non seulement, ils utilisent Internet pour divers usages numériques, mais ils peuvent aussi être des producteurs de contenus sur le web. En dehors de quelques membres qui ont les compétences requises pour se connecter, on observe que les migrants commerçants et les migrants originaires de la vallée du fleuve Sénégal ont bien souvent des difficultés pour accéder et utiliser les ressources d'Internet. N'ayant pas ou ayant peu fréquenté l'école française, ils n'ont pas de ce fait une bonne maîtrise du français pour savoir l'utiliser.

Quoi qu'il en soit, tous ces acteurs de la migration sénégalaise entretiennent des relations extrêmement fortes avec le pays d'origine. Chacun sait par exemple l'importance des transferts de fonds effectués par les migrants vers le pays d'origine. Comme nous l'avons évoqué précédemment, ces fonds contribuent indéniablement à

170 ELIE, M., Le fossé numérique. L'Internet, facteur de nouvelles inégalités ? Problèmes politiques et sociaux,

398

subvenir aux besoins vitaux des familles et aussi à soutenir les efforts de développement dans certains cas. Il s'agit là de l'apport de la diaspora contre la fracture économique et sociale qui sévit de façon profonde dans le pays d'origine entre une minorité (élites politique et maraboutique) et l'écrasante majorité de la population ployant sous le fardeau de la pauvreté. Cependant, la participation des migrants au développement du Sénégal ne se limite pas seulement à l'aspect financier. Il faut ajouter en effet leur rôle considérable dans la réduction de la fracture numérique.

Il apparaît à travers les réponses collectées que les migrants sénégalais en France jouent un rôle important dans l'équipement des familles restées dans le pays d'origine. Parmi les outils de communication amenés au Sénégal, le téléphone mobile est sans aucun doute l'outil de communication le plus introduit. Ils sont 37% à soutenir avoir amené un téléphone mobile au Sénégal. Quand on voit aussi que 12% des répondants ont amené un téléphone fixe au Sénégal, on peut vraiment dire que le téléphone est l'outil indispensable qui permet précisément de maintenir et de renforcer le contact avec le pays d'origine. On remarque également le rôle important des migrants dans l'équipement des ménages sénégalais en ordinateur portable. Près de 25% de nos répondants déclarent avoir amené un ordinateur portable au Sénégal. Cela peut s'expliquer par les possibilités actuelles de téléphoner gratuitement via Internet. L'utilisation d'Internet pour communiquer avec les enfants résidant à l'étranger commence à se développer peu à peu auprès de certains ménages dakarois en particulier. C'est pour cela d'ailleurs que l'on a presque le même pourcentage au niveau des migrants ayant amené un casque multimédia au Sénégal.

Ces réponses mettent en évidence l'importance croissante des migrants dans l'insertion et la diffusion des TIC au Sénégal. C'est en effet grâce à eux essentiellement qu'une frange importante de la population, même dans les coins les plus reculés du pays, parvient à accéder à ces technologies modernes de communication. Sans l'apport considérable des migrants, l'accès aux outils modernes d'information et de communication sur l'ensemble du territoire national serait encore beaucoup plus limité. Généralement, les migrants mettent à profit leur séjour au pays pour intégrer les TIC dans le cadre familial. On remarque aussi qu'ils remplissent habituellement une fonction pédagogique auprès des parents et amis en leur donnant au quotidien des indications et

n° 861, La Documentation française, Paris, août 2001.

399

des conseils précis pour une utilisation adéquate du matériel. A travers ses initiatives, la diaspora participe non seulement aux actions visant à réduire la fracture numérique entre les pays du nord et les pays du sud, mais aussi contribue à la dynamique pour combler le fossé numérique entre les zones urbaines et les zones rurales dans le pays d'origine. Il faut aussi ajouter que ce sont souvent eux également qui équipent les cybercentres.

Graphique 30. Outils de communication ramenés par les migrants au Sénégal

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net