WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9.2.2 Les modes de transferts informels

Difficiles à appréhender par nature, les transferts d'argent par les circuits informels restent quand même largement encore répandus au sein de la diaspora sénégalaise, en particulier auprès de certains migrants commerçants et certains migrants originaires de la vallée du fleuve Sénégal. Mamadou Ly, correspondant de Seneweb à Paris, considère

395

que l'utilisation de ce système de transfert appelé « fax » est plus répandue auprès des ressortissants de Tambacounda et du Fouta. Il explique comment fonctionne ce système :

« Le "fax" dont la transaction est simplifiée mais non sécurisée se fait comme suit : l'expéditeur se présente dans un foyer avec le montant à envoyer moyennant une commission de 5 à 10 euros selon les montants à expédier. L'expéditeur donne le nom du destinataire au pays et ses coordonnées téléphoniques. Aussitôt la personne est mise au courant par un simple coup de fil. Le destinataire se pointe au lieu du représentant du « fax » pour retirer l'argent ».

C'est essentiellement auprès de ces migrants, composés par un nombre relativement important de personnes non instruites en français, que l'on trouve un certain nombre de pratiques tournées encore vers l'informel. Un internaute pense que les personnes qui se servent du « fax » n'ont pas vraiment le choix.

« En France la majeure partie de ceux qui envoient de l'argent par fax sont des sans papiers. Ils n'oseront jamais se présenter devant une poste française pour faire un transfert ».

La plupart du temps, ces envois dits informels transitent entre les mains des grands commerçants ou des voyageurs. Habituellement, les fonds collectés en France par ces commerçants sont payés aux bénéficiaires au Sénégal en biens de consommation courante. En effet, au lieu de se faire rembourser localement en argent, les bénéficiaires peuvent par exemple s'approvisionner en denrées alimentaires, en équipements de maison ou en matériaux de construction ou encore passer de temps en temps récupérer la dépense quotidienne dans les boutiques des commerçants-convoyeurs. Ces derniers sont souvent représentés au Sénégal par des membres de leur famille ou par d'autres commerçants avec qui ils entretiennent des relations privilégiées. Pour fonctionner, ce système nécessite bien entendu une confiance réciproque entre les émetteurs des transferts, les commerçants-convoyeurs et leurs représentants au Sénégal. Néanmoins, les bénéficiaires peuvent aussi se faire totalement rembourser en argent. En fait, tout dépend des indications données par l'émetteur en France. Les fonds mis à la disposition des commerçants peuvent servir à acheter des marchandises pour approvisionner les boutiques en France et au Sénégal. En réalité, ces transactions financières sont généralement effectuées sans que l'argent ne se déplace physiquement. Dans tous les cas, un système de compensation ingénieux est mis en place et chacun y trouve son compte.

396

Chaque fois que l'occasion se présente par ailleurs, les voyageurs, sur le point de se rendre au Sénégal, peuvent être sollicités par des parents et amis pour remettre de l'argent à leurs familles restées au pays. Ce type d'opérations nécessite également une parfaite confiance entre les différentes parties. Il n y a absolument rien de signé entre personnes concernées. Il n'en demeure pas moins que ces transferts d'argent par des canaux non officiels comportent des risques non négligeables, comme le souligne Gorgui:

« Ce système de transfert d'argent parallèle est aussi ancien que le monde. La base de ce système c'est la confiance ainsi cela se fait dans des communautés fermées. Tu ne les entendras jamais se plaindre. Le taux de change est meilleur et le prix très abordable. Le seul problème c'est les risques de blanchiment d'argent. Des gens véreux peuvent l'utiliser pour blanchir de l'argent sale ».

Des cas de retards de paiement sont fréquemment évoqués. De même, en cas de perte ou de vol, les relations peuvent dégénérer entre les protagonistes. Pour réduire les risques, les acteurs qui interviennent dans les transferts d'argent informels ont recours aux nouvelles technologies, notamment le téléphone mobile qui leur permet d'améliorer leurs services en efficacité et en sécurité. Dans tous les cas estime cet internaute qui signe sous le pseudonyme d'Elton John:

« Les gens préfèrent enrichir leur propre parent détenteur de fax à moindre coût que de verser 5 à 10 voire plus à la Poste ou ailleurs alors que l'État du Sénégal ne fait rien dans ces localités du Fouta ».

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net