WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.4 Worldspace, la radio de l'interactivité et de la téléprésence

Pour les migrants sénégalais, la radio est non seulement un moyen exceptionnel d'information mais aussi un moyen efficace de communication. Worldspace a été, avant son cryptage en avril 2004, la radio qui permettait à de nombreux migrants sénégalais à travers le monde de s'informer quotidiennement sur l'actualité de leur pays d'origine, et aussi de participer au dialogue citoyen au pays à travers notamment les émissions interactives.

Selon Elhadj Bécaye Mbaye, ancien journaliste à la radio Wal Fadjri FM77, cette dernière a été l'une des premières radios privées dans le paysage médiatique sénégalais à

76 Little Sénégal est le titre du film du réalisateur français d'origine algérienne Rachid Bouchareb. C'est une enclave de Harlem où se côtoient différents vagues de migrants, parmi lesquels de nombreux Sénégalais qui tentent leur chance dans un climat hostile. Film sorti dans les salles de cinéma le 18 Avril 2001.

77 Wal Fadjri FM, créée en décembre 1997, appartient au groupe de presse Wal Fadjri Téléservices S.A. Le Groupe possède également un journal quotidien, Walfadjri l'Aurore, et des studios de production et fabrication. Depuis le 07 décembre 2004, le Groupe a ouvert de nouvelles antennes, notamment à Ziguinchor, Thiès, puis Tambacounda, Louga et Kaolack. Des stations ont été créées récemment au cours

106

ouvrir son antenne à ses auditeurs. Ladjou Beuss Bi (expression wolof qui signifie « la question du jour »), l'émission interactive de Wal Fadjri FM a été lancée à la veille des élections présidentielles de 2000 au Sénégal. Ladjou Beuss Bi reste avec Wakh Sa Khalat (expression wolof signifiant « donner son avis, son opinion, son point de vue ») de la radio privée Sud FM78, Kadou Askanwi (expression wolof qui veut dire « la parole du peuple » ou « l'expression populaire ») de la radio privée RFM79 et Pencum Ndamal Kocc (qui signifie en wolof « lieu de palabres ou de discussions » ou encore « la tribune des enfants de kocc ») de Mame Diarra Ngom sur la radio nationale RTS, les émissions interactives les plus populaires. Après le journal de 17h00 GMT, du lundi au vendredi, Wal Fadjri FM et Sud FM donnent la parole aux auditeurs pour qu'ils puissent donner leurs avis sur l'évènement marquant de l'actualité du jour. Le thème du débat est choisi au préalable par le journaliste, chargé aussi de canaliser les interventions des auditeurs. Sud FM ouvre son antenne aussi après le journal de 21h00 GMT. L'émission interactive de RFM a lieu quant à elle du lundi au vendredi à la fin de la présentation du journal de 16h30 GMT. Pencum Ndamal Kocc, diffusée du lundi au jeudi, de 11h05 GMT à 12h00 GMT ouvre son antenne plus particulièrement « aux Sénégalais de l'extérieur et aux travailleurs émigrés en les replaçant dans l'ambiance et la situation de "grand place". Les auditeurs (pour l'essentiel des migrants modou modou) interviennent au cours de l'émission : questions/réponses, jeux et blagues sont au programme ». A part quelques rares cas de dérives verbales, la plupart des intervenants parviennent, d'une manière générale, à dire ce qu'ils ont à dire dans les limites de la courtoisie et de la décence. Lamp Fall FM a également dans ses programmes des émissions interactives qui connaissent une forte participation des migrants. Il s'agit des émissions Yor Yoru Touba ( expression wolof qui veut dire « matinée de Touba ») du lundi au vendredi de 10h00 GMT à 12h00 GMT, de NGontou Mame Diarra (c'est une émission consacrée à la vie et à l'oeuvre de Sokhna Mame Diarra Bousso, la mère de Cheikh Ahmadou Bamba) le mercredi de 15h00 GMT

de l'année 2005. Il s'agit de Walf FM 2, une chaîne à vocation religieuse, et de Walf FM 3, une chaîne à vocation musicale

78 Sud FM est la première radio privée commerciale au Sénégal. Filiale du Groupe Sud Communication, Sud FM jeta les jalons du pluralisme médiatique au Sénégal, au lendemain de son inauguration par l'ancien président de la république, Abdou Diouf, le 1er juillet 1994. Le groupe, particulièrement dynamique dans le domaine de la communication, assure à la fois la publication d'un journal papier quotidien (Sud Quotidien), la création d'une école de Journalisme et de Communication, l'ISSIC (l'Institut Supérieur des Sciences de l'Information et de la Communication), et aussi d'une Maison de production audiovisuelle, Sud Prod Senvision S.A.

79 RFM (Radio Futurs Médias) fait partie du Groupe Futurs Médias qui est aussi le propriétaire du journal l'Observateur. Apparue dans l'espace radiophonique sénégalais le 1er septembre 2003, RFM a fait une percée extraordinaire dans le paysage médiatique sénégalais.

107

à 17h00 GMT et Kham Sa Diné (signifie en wolof connaître sa religion) le vendredi de 15h00 GMT à 17h00 GMT.

Avec Worldspace, la distance géographique ne constitue plus véritablement un obstacle pour écouter en direct les émissions radiophoniques diffusées depuis le Sénégal. Créé en 1990 par Noah Samara80, le système Worldspace est un système de satellites de forte puissance permettant de recevoir à travers le monde entier les programmes en qualité numérique de certaines radios locales, notamment la radio d'État et quelques radios privées commerciales sénégalaises. Trois satellites géostationnaires, mis en orbite à 36.000 km de la terre et couvrant l'Afrique (AfriStar), l'Asie (AsiaStar) et l'Amérique du Sud (AmériStar), captent directement les programmes diffusés par ces radios et les transmettent à des récepteurs individuels WorldSpace fonctionnant sur piles ou sur secteur et pouvant être fixes, portables ou embarqués81.

Les satellites AfriStar et AsiaStar ont été respectivement lancés le 27 octobre 1998 et le 21 mars 2000 par la fusée Ariane depuis la base de Kourou en Guyane française. Le troisième satellite AmériStar a été lancé vers la fin de l'année 2001. Situé à 21° Est, AfriStar recouvre tout le continent africain (du Cap au Caire en passant par Dakar et Addis-Abeba) et le Moyen-Orient. Asiastar, à 105° Est, recouvre tout le Sud-est asiatique de l'Inde à l'Indonésie, en passant par la Chine et le Japon. Enfin AmériStar, à 95° Ouest, touche l'Amérique centrale (dont le Mexique), les Caraïbes (dont Cuba, Jamaïque et Martinique) et toute la zone latino-américaine, de la Colombie jusqu'en Argentine, en passant par la Guyane, le Chili et le Brésil.

La radio satellitaire Worldspace a fait une percée extraordinaire auprès des migrants modou-modou et aussi auprès des migrants travailleurs peu ou pas qualifiés qui l'ont largement adopté. Son coût relativement élevé dans le budget d'un étudiant, entre 100.000 francs CFA et 60.000 francs CFA soit les équivalents de 152 euros et 91 euros, a certainement pu constituer un frein à son adoption. C'est en 2002 que la radio privée commerciale, Wal Fadjri, et la radio nationale, RSI-RTS (Radio Sénégal International - Radio Télévision du Sénégal), commencent à diffuser leurs programmes sur le bouquet

80 Noah Samara est le Président-Directeur Général de la compagnie Worldspace, basée à Washington. Cet américain, d'origine soudano-éthiopienne, est le fondateur de la première radio numérique mondiale.

81 Worldspace : radio numérique par satellite, http://www.europsatellite.com/worldspa/ws.htm. Site web consulté le 04 juillet 2005. WorldSpace est aussi qualifié par certains de radio numérique planétaire ou de radio numérique du 21e siècle.

108

Worldspace. Ces radios seront ensuite rejointes par d'autres radios privées sénégalaises, en particulier Sud FM et 7 FM tout d'abord, et plus tard par Lamp Fall FM et RFM. Worldspace a apporté des changements remarquables dans le quotidien des migrants sénégalais qui en avaient fait l'acquisition. En leur permettant non seulement de pouvoir écouter tous les jours en direct les émissions musicales, sportives, sociales, religieuses et politiques de ces radios locales, mais aussi de pouvoir donner leurs opinions sur la situation politique, économique et sociale du Sénégal. Dans ces conditions, le système Worldspace a certainement été, pour eux, un vrai palliatif au dépaysement et à la nostalgie, mais aussi un vrai espace de participation citoyenne ainsi que de liberté. Tout en étant ici et ailleurs, c'est-à-dire à l'étranger, le migrant est même parfois mieux informé sur la situation actuelle du pays que ceux qui sont là-bas et y vivent tous les jours. L'éloignement physique tend dans un sens à devenir une proximité informationnelle. Les journaux parlés dans les langues nationales, notamment le wolof, sont alors suivis avec une certaine régularité surtout en hiver82.

Pour ces migrants, dont la grande majorité est très faiblement alphabétisée en français, la radio satellitaire Worldspace a permis à ceux qui ne pouvaient pas accéder et utiliser Internet d'avoir la possibilité d'accéder autrement et instantanément aux informations relatives à l'actualité du pays d'origine (S. Dia, 2002 et C. Guèye, 2003. Ainsi, Worldspace, en créant un système d'écoute collective, contribue également à démocratiser l'accès à l'information et participe de ce fait à rétablir une certaine « justice sociale » (Saidou Dia 2002).

En Italie où nous avons mené quelques enquêtes essentiellement dans la ville de Parme, les modou-modou, travaillant la plupart comme ouvriers dans les usines ou « fabriques », ont des horaires de travail qui alternent une semaine sur deux. Les horaires d'écoute varient par conséquent selon que le migrant est de l'équipe du matin ou de celle de l'après-midi. La radio numérique Worldspace s'était déjà largement répandue auprès de ces migrants au cours de nos enquêtes effectuées en 2003. Tous les migrants enquêtés

82 Pour les migrants commerçants ambulants, l'hiver est une période calme pour les activités. Ils passent par conséquent beaucoup de temps dans les appartements à discuter et à écouter ensemble la radio autour de longues séances de thé et dans la convivialité.

109

avaient acquis la radio. En outre, la radio la plus écoutée au moment de nos enquêtes était la radio Wal Fadjri83.

Les radios sénégalaises ont trouvé à travers Worldspace l'opportunité d'étendre leurs tentacules largement au-delà des frontières nationales et aussi de contribuer à la constitution de communautés virtuelles. Ces dernières rassemblent en effet des migrants auditeurs installés dans des pays différents et qui partagent la même régularité à suivre quotidiennement les programmes d'une radio donnée et à participer à ses émissions. Des liens transfrontaliers ou supranationaux se constituent donc par le biais de ce médium entre migrants sénégalais qui ne se connaissaient pas avant et qui ne se sont jamais vus non plus. De nouveaux réseaux de solidarité se forment entre migrants sénégalais désormais à travers notamment les échanges en temps réels d'informations locales (actualité sénégalaise plus particulièrement), et aussi à travers les discussions, permis par la radio satellitaire numérique Worldspace. Autrement dit, de nouveaux réseaux de migrants auditeurs sénégalais par le biais des émissions interactives ladjou beuss bi de la radio Walf FM, Waxx Sa Xalaat de la radio Sud FM et Kadou Askanwi de la radio RFM.

Aujourd'hui, des migrants sénégalais de divers horizons diplômés ou peu alphabétisés voire même pas du tout utilisent quotidiennement ces chaînes FM locales émettant sur la « radiodiffusion satellitaire et numérique Worldspace », notamment pour établir à distance de manière synchrone des dialogues sur l'actualité sénégalaise locale. C'est le cas par exemple du groupe de commerçants rencontrés dans la commune d'Aubervilliers en région parisienne. La particularité de ces membres, c'est leur extrême hétérogénéité, allant du migrant doté de plusieurs diplômes d'enseignement supérieur au migrant ne sachant ni lire ni écrire en français. La radio reste pratiquement allumée toute la journée en fonction des va-et-vient des uns et des autres, notamment pour aller s'approvisionner en marchandises ou pour se rendre sur les lieux de vente. Ces migrants utilisent la radio Worldspace comme un nouvel espace et lieu de sociabilité. La radio Worldspace est donc un artefact technologique qui permet aux migrants de renforcer davantage le lien social ou l'identité communautaire. Ce moyen d'information et de communication permet à

83 Wal Fadjri ne diffuse plus sur Worldspace depuis avril-mai 2004, en raison notamment d'un litige qui l'oppose à son ex-partenaire. En effet, Wal Fadjri reproche à Worldspace d'avoir rompu unilatéralement le contrat qui les liait normalement de février 2004 à février 2005, et par conséquent de lui avoir coupé le son. Un procès a même eu lieu entre les deux parties le 09 mars 2005 devant la Cour arbitrale de la chambre internationale de commerce de Paris. Pour relever le défi, le groupe a consenti de gros investissements financiers et s'est lancé pour objectif de faciliter l'accès à ses programmes radiophoniques aux Sénégalais se trouvant à l'intérieur du pays comme ceux étant à l'étranger. A présent, la radio est désormais accessible sur satellite via Hot bird 6 et Nss7.

110

des individus vivant dans des territoires socio-temporels différents d'intervenir à distance et de manière instantanée dans tous les domaines de la vie sociale, politique, économique et culturelle de la région et du pays d'origine.

Ce nouveau lieu radiophonique est un espace dématérialisé et atemporel où des individus qui ne sont pas dans le même espace physique peuvent communiquer directement, échanger des informations ou autres ressources qu'ils détiennent et nouer des relations de solidarité, d'amitié et de fraternité. L'interconnexion transnationale radiophonique de nombreux migrants sénégalais vivant dans des espaces géographiques différents et parfois éloignés les uns des autres va favoriser l'émergence de réseaux virtuels ou informatifs. Les possibilités de communication et d'information dans ce nouvel environnement virtuel vont entraîner l'apparition de nouveaux liens sociaux, de nouvelles relations interindividuelles entre les auditeurs sénégalais de la diaspora. Ces relations qui se forment à travers ce dispositif technologique interactif offrent en outre aux migrants la possibilité d'une "téléprésence" accrue ou un certain don d'ubiquité.

Ces nouveaux réseaux informatifs ou communautés virtuelles fonctionnent à partir de l'exploitation et du partage d'informations. Ils se nourrissent en effet essentiellement de la communication établie à travers les outils interactifs d'informations et de communication à distance. Des individus qui ne se sont jamais vus se parlent et interagissent directement à travers l'écran de leurs ordinateurs ou via le téléphone (fixe ou mobile) ou sur les ondes de leurs radios. Internet et la radio Worldspace offrent aux migrants quel que soit l'endroit où ils se trouvent la possibilité d'une présence virtuelle ou d'une téléaction. Ces réseaux informatifs sont donc constitués par des migrants sénégalais vivant dans des espaces géographiques différents et qui interviennent habituellement sur les mêmes stations FM diffusées sur Worldspace où ils peuvent réagir à chaud sur tous les sujets d'actualité et certains articles sur le Sénégal et dans le monde. Les réseaux « worldspatiaux » se constituent à travers les échanges relationnels et les rencontres virtuelles par le biais des émissions radiophoniques interactives diffusées en live via la radio Worldspace. Ces relations qui se tissent entre les usagers des outils interactifs d'information et de communication entrent dans le cadre de nouveaux réseaux diasporiques transnationaux.

111

Pour les migrants sénégalais, les émissions interactives diffusées sur Worldspace, sont aussi des occasions pour communiquer avec la famille et les amis restés au Sénégal84. Certains migrants appellent tout simplement pour dire qu'ils se portent bien, d'autres pour dire qu'ils pensent à leurs familles au pays, etc. Certains en profitent également pour dire leurs états d'âme, et aussi pour sensibiliser les autorités sénégalaises et les candidats potentiels à l'émigration sur les énormes difficultés de la vie à l'étranger. Tout cela nous amène à convoquer Michel de Certeau (1980) quand il écrit dans L'invention du quotidien. Les arts de faire « l'homme ordinaire invente les choses grâce aux arts de faire, ruses subtiles, tactiques de résistance par lesquels il détourne les objets et les codes, se réapproprie l'espace et l'usage à sa façon ». L'entrée de la radio Worldspace dans les lieux de résidence des migrants sénégalais a complètement bouleversé leurs habitudes de vie et a de même énormément contribué à les sortir de la routine quotidienne dans leur pays d'installation. Cette tendance a été fortement confirmée au moment de nos enquêtes notamment par l'importance des auditeurs d'une part, et par la fréquence des écoutes d'autre part.

Cependant depuis le cryptage des radios sénégalaises par Worldspace, le taux d'écoute et naturellement celui de la participation des migrants aux libres antennes ont beaucoup chuté. La radio Wal Fadjri, par exemple, a enregistré selon le journaliste Elhadj Bécaye Mbaye, une baisse de 60%. Souleymane, migrant modou modou en Espagne, déclare à peu près la même chose : « dans la communauté sénégalaise en Espagne, seulement trente personnes sur cent environ continuent encore d'écouter Worldspace. Pour pouvoir écouter une radio sénégalaise sur le bouquet, il faut maintenant prendre un abonnement annuel à cent euros ». Agé de trente ans, Souleymane vit en Espagne depuis 2003. Son bac en poche, Souleymane s'inscrit en droit à l'université de Dakar. Après avoir « cartouché » (terme pour évoquer des échecs répétés à la fac au Sénégal), il se met à faire de petits boulots, notamment dans le commerce. C'est en 2003, au moment de la guerre en Irak qu'il décide de se rendre en France via Dubaï, en empruntant les filières illégales. Malheureusement pour lui, à son arrivée en France il fut arrêté, embarqué et expulsé manu militari vers le Sénégal à bord d'un vol charter. Tout de suite après son retour au Sénégal, il réussit à se procurer un visa court séjour pour l'Espagne et parvint sans difficultés à y entrer. Depuis, il fait du commerce

84 Certains migrants trouvent d'ailleurs que beaucoup de migrants n'appellent dans ces émissions que pour transmettre des salutations. Ce qui gâche l'intérêt et amoindrit la qualité des débats la plupart du temps.

112

ambulant le jour, et la nuit il travaille comme agent de sécurité dans une discothèque. Souleymane affirme avoir dû payer la somme de 3.000.000 FCFA, soit environ 4573 euros pour pouvoir venir en Espagne.

Ainsi donc, le cryptage est en train de réduire considérablement l'éclosion et l'engouement pour cette radio qui commençait à séduire une frange importante de la population de migrants sénégalais, notamment en Italie, en Espagne et en France. Ce qui fait que certains se rabattent progressivement sur Internet qui offre également plusieurs possibilités d'écouter gratuitement des radios sénégalaises. Depuis quelques temps, les radios sénégalaises diffusent de plus en plus leurs programmes sur Internet pour tenter de conquérir une audience transcontinentale. Nous reviendrons un peu plus loin sur cette question, notamment dans la deuxième partie de notre étude.

Ce que l'on peut en définitive dire, c'est que les radios sénégalaises s'appuient aujourd'hui sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication afin de mettre en place une communication et des informations de proximité ciblant les nombreux migrants sénégalais disséminés à travers le monde. Le prototype Worldspace, à travers ses performances technologiques d'une part et avec l'apport du téléphone (fixe et mobile) d'autre part, rapproche à présent, de façon remarquable les migrants de leurs sociétés d'origine, et esquissent, en outre « les contours d'un nouveau paradigme d'échanges alternatifs planétaires ». Pour les migrants sénégalais non ou faiblement alphabétisés, Worldspace est non seulement une source d'informations variées en temps réel sur le pays d'origine mais aussi un moyen de participer aux débats citoyens, et aussi une opportunité pour donner des nouvelles à la famille au pays.

113

114

115

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net