WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

l'opérateur historique

L'accès au téléphone fixe sur tout le territoire national est assuré essentiellement par l'opérateur historique, la Sonatel. Créée en 1985, la Sonatel résulte de la fusion entre la Société des télécommunications internationales du Sénégal (Télésénégal) et l'Office des Postes et des Télécommunications (OPT). Depuis sa privatisation en 1997, la Sonatel a comme partenaire stratégique France Câble Radio, filiale de France Télécom, elle est détenue à 28 % par des Sénégalais. Dynamique et performante, l'entreprise va progressivement tenter de diversifier ses services à travers notamment la gestion du réseau mobile Alizé par sa filiale Sonatel Mobiles et aussi, à travers l'offre de services Internet par sa filiale Sonatel Multimédia.

Si l'on tient compte des données fournies par l'Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), le parc total de lignes fixes au Sénégal a constamment évolué jusqu'en 2006, passant de 229.000 lignes fixes en 2003, à 244.948 en 2004, 266.612 en 2005 et 282.573 lignes fixes en 2006. Mais cette croissance du parc de la Sonatel va enregistrer une baisse pour s'établir à 269.088 lignes en 2007 et à 237.752 lignes fixes en 2008. Visiblement, cette diminution s'explique en partie par le renchérissement des denrées de consommation courante résultant de la crise économique qui affecte durement le pouvoir d'achat des ménages sénégalais de nos jours. Beaucoup de ménages modestes avaient profité auparavant des offres de lignes prépayées pour s'équiper. Face aux difficultés quotidiennes croissantes, nombreux sont les ménages qui ont donc préféré résilier tout simplement leurs lignes téléphoniques pour renforcer prioritairement les revenus consacrés à la nourriture et à l'entretien des familles. L'ampleur de la diminution des lignes fixes s'explique aussi, à bien des égards, par le choc subi de plein fouet par les télécentres. Sur la période 2007-2008, on est passé de 15.000 lignes de télécentres à 5.500 lignes, ce qui montre un déclin irrésistible avec 10.000 lignes de moins rien que durant ce court intervalle. La ville de Dakar concentre

142

plus de la majorité (près de 67% en 2006) du parc des lignes fixes. Le taux de raccordement des zones rurales reste encore relativement faible. Sur les 13.500 villages centres, la Sonatel n'a réussi à raccorder au réseau du téléphone fixe que près de 949 en 2003 et 1359 en 2004. Le nombre de villages centres raccordés au réseau fixe, en 2006, était de 2.341 sur les 14.200 que comptait le Sénégal.

Graphique 7. Evolution du parc de lignes fixes au Sénégal

Source : ARTP

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net