WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5.1.1.2 En 1992, le Sénégal dispose d'un noeud du projet RINAF de l'UNESCO

Le Réseau Informatique Régional pour l'Afrique (RINAF) a été lancé par l'UNESCO dans le cadre du Programme Intergouvernemental pour l'Informatique (PII). Ce projet multilatéral visait à promouvoir la mise en place d'infrastructures d'accès et la fourniture de services électroniques (courrier électronique, accès aux bases de données, listes de

102 Pascal Renaud, Historique de l'Internet du Nord au Sud. In CHENEAU-LOQUAY, Annie (Dir). Enjeux des technologies de la communication en Afrique : du téléphone à Internet. Paris : Karthala, 2000.

159

discussions, etc.) dans une vingtaine de pays africains. Sa mise en oeuvre sera initialement confiée au comité africain de pilotage. De la même manière que le Nigéria et la Guinée, le Sénégal a bénéficié d'un noeud dès la mise en oeuvre du projet (E. Bernard, 2003). Cependant, insiste Eric Bernard, « le Sénégal et le Nigéria ont été définis chacun comme noeud sous-régional ». Au fil du temps, le RINAF est finalement devenu un projet strictement africain destiné à favoriser la circulation et l'échange d'informations à caractère scientifique, technique, économique et culturel entre institutions universitaires, instituts techniques ou tout autre organisme académique chargé de produire et diffuser des informations à caractère scientifique et technique en Afrique.

5.1.1.3 Le réseau REFER de l'AUPELF est lancé en 1994

Au même titre que la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso et le Bénin, le Sénégal fait partie des premiers pays africains à bénéficier du Réseau Francophone de l'Éducation et de la Recherche (REFER). Ce projet piloté par l'Association des universités partiellement ou totalement de langue française (AUPELF) avait essentiellement comme objectif la production et la valorisation de contenus francophones, « mais le REFER était aussi un système de messagerie électronique » (E. Bernard, 2003). Accessible depuis les centres Syfed (Système francophone d'édition et de diffusion), le REFER avait principalement pour vocation de mettre à la disposition des universitaires francophones du Sud et du Nord des informations à caractère scientifiques et techniques. Ces centres Syfed sont devenus actuellement des campus numériques et des centres d'accès à l'information et sont implantés dans vingt cinq pays à travers le monde. Equipés de passerelles d'accès à Internet, de serveurs et de machines de consultation, ces universités virtuelles francophones ont comme objectifs « d'augmenter la présence francophone sur Internet », de fournir aux francophones les moyens « de devenir des acteurs de l'Internet » et « d'offrir des contenus scientifiques de qualité aux chercheurs francophones » ( www.refer.org).

160

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net