WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5.1.3 Les fournisseurs d'accès à internet (les FAI) ou providers

Les fournisseurs d'accès à Internet ou providers (issus de l'appellation anglaise internet services providers) sont des prestataires offrant des services payants qui permettent tout simplement aux usagers d'établir une connexion au réseau informatique

de ses unités de production obsolètes et vétustes. Malgré les travaux de modernisation du réseau électrique entrepris dernièrement par le gouvernement sénégalais, les populations en particulier et l'économie en général continuent de subir les désagréments des coupures d'électricité. Excédées, les populations sont sorties dans les rues des grandes villes sénégalaises telles que Dakar et Saint-Louis pour manifester leurs mécontentements et exiger l'arrêt immédiat des coupures d'électricité les 1er et 2 septembre 2009.

106 Le principe du « 1% de solidarité numérique » est un mécanisme de financement destiné à la réalisation d'une société de l'information moins inégalitaire, plus juste et plus équitable. Il s'agit d'une clause rappelant les entreprises publiques ou privées postulant à des appels d'offres de biens et de services liés aux TIC de s'engager à prélever 1% de la transaction sur leur marge bénéficiaire et à le verser au Fonds mondial de solidarité

165

Internet. Aujourd'hui, il ne reste plus, d'après l'observatoire sur les systèmes d'information, les réseaux et les inforoutes au Sénégal (OSIRIS) que quelques FAI identifiés dont les principaux sont essentiellement localisés à Dakar. Parmi les plus actifs, on peut citer, entre autres, Sonatel Multimédias, Arc Informatique, Enda Tiers Monde, Trade Point Sénégal, l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Disso Adsl et kheweul.com. La Sonatel, l'opérateur historique, et le cybercafé Métissacana ont été les précurseurs dans l'aventure de la fourniture d'accès à Internet au Sénégal.

Fondé en 1996 par la styliste Oumou Sy, Michel Mavros et Alexis Sikorsky, Métissacana (qui signifie en bambara le métissage est arrivé) était à la fois prestataire et point d'accès à Internet. Après bien des péripéties et pour cause de conflit exacerbé avec la Sonatel accusée en son temps, par les responsables de Métissacana, d'exercer un abus de monopole et une concurrence déloyale avec la complicité d'un État laxiste, Métissacana, le premier cybercafé implanté en Afrique de l'Ouest, a dû fermer les portes de son local situé à proximité du marché Sandaga dans le centre-ville de Dakar. En cessant son activité de provider en mai 2002, Métissacana a mis fin à une aventure exemplaire en Afrique qui voulait, selon Michel Mavros, « faire du Réseau un média de masse au Sénégal »107.

C'est en 2001 que le groupe Sonatel a créé sa filiale Sonatel Multimédias chargée du développement de l'activité Internet sous la marque Sentoo. Avec près de 14.000 abonnés en fin 2004, la Sonatel Multimédias monopolisait tout le marché sénégalais de la fourniture d'accès à Internet. A présent, elle propose, en fonction des besoins exprimés, toute une gamme de services complète et adaptée aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels et entreprises. Par exemple le pack ADSL Kheweul qui permet aux clients de bénéficier d'une ligne téléphonique Keurgui Kheweul et d'un accès Internet haut débit ADSL108 au tarif de 9.500 FCFA TTC (14 euros). Introduite au Sénégal en mars 2003 par le groupe Sonatel, la bande passante de l'ADSL a connu une évolution constante pour devenir aujourd'hui le mode de connexion privilégiée des abonnés

numérique. L'argent collecté devant être ensuite investi dans des projets communautaires au service du développement.

107 I. Renaud et A. Mora, Métissacana : les illusions perdues de l'internet pour tous, http://www.novethic.fr/novethic/v3/article.jsp?id=31568, mis en ligne le 15/01/2003, consulté le 20/03/2009.

108 ADSL qui signifie en anglais Asymetric Digital Subscriber Line est une technologie de communication de pointe qui permet d'améliorer la capacité et les performances des lignes téléphoniques afin d'accéder plus rapidement à Internet.

166

résidentiels autant que des abonnés professionnels. Selon les données fournies par l'ARTP, la bande passante Internet est passée de 310 Mbps en 2003 à 465 Mbps en 2004. Elle est estimée à 775 Mbps en 2005. La bande passante, constituée essentiellement de câble sous marin à fibre optique et de satellite, augmente pour atteindre 1,24 Gbps en 2006, elle a été portée à 1,705 Gbps en 2007 et à 2,9 Gbps en 2008. Cette technologie, selon les responsables de la Sonatel, s'est déployée sur l'ensemble des régions sénégalaises, avec la couverture de la plupart des villes. Ce qui a permis d'ailleurs un développement des points d'accès publics, une diminution considérable des tarifs de connexion à Internet (150 FCFA à 300 FCFA l'heure de connexion). Toutefois, malgré l'augmentation du nombre d'utilisateurs d'Internet, le taux de pénétration reste encore très faible sur l'ensemble du territoire national. Le parc d'abonnés à Internet était constitué de 18.028 abonnés en 2005, il est estimé à plus de 30.000 abonnés en 2006, à près de 40.000 abonnés en 2007 et près de 48.000 en 2008.

L'augmentation de la bande passante a été rendue possible par la connexion, depuis le 22 mai 2001, du Sénégal au câble transcontinental sous-marin SAT3/WASC/SAFE d'une longueur de 28.000 km, reliant l'Afrique, l'Europe et l'Asie avec une capacité totale de 120 gigabits par seconde. Ainsi donc entièrement analogique autrefois via des connexions satellites, le réseau de télécommunication du Sénégal est devenu aujourd'hui à près de 80% numérique avec la technologie des fibres optiques du câble sous-marin SAT3/WASC/SAFE.

Par ailleurs, depuis le 15 juillet 2004, le wifi (wireless fidelity) est disponible pour les clients de la Sonatel Multimédias qui souhaitent disposer de cette technique de connexion permettant de s'asseoir n'importe où, d'accéder et de surfer sans fil sur Internet. L'offre wi-fi à domicile est proposée aux clients à partir de 69.000 F CFA TTC pour les frais d'accés et une redevance mensuelle de 18.000 F CFA TTC (source : www.sonatel.sn, consulté le 21/05/10). Pour pouvoir accéder au wifi, il suffit de disposer d'un ordinateur équipé d'une fonctionnalité wifi, de se trouver dans une zone couverte par l'ADSL et se trouver à proximité d'une borne d'accès au wifi (hot spot en anglais). L'Internet haut débit mobile est désormais accessible aux clients à partir des clés USB fournis par la Sonatel Multimédias au tarif d'accès de 55.000 F CFA. Les clients bénéficient ensuite d'un compte Internet prépayé et à l'épuisement du crédit, ils ont la possibilité de recharger leurs comptes par carte orange de 1000 F CFA ; 2500 F CFA;

167

5000 F CFA; 10.000 F CFA ou 25.000 FCFA (source : www.sonatel.sn, consulté le 21/05/10).

Graphique 9. Evolution du parc d'abonnés à Internet au Sénégal de 2004 à 2008

Source : ARTP

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net