WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre 6. Usages et pratiques de l'Internet des

migrants sénégalais en France

Comme pour la plupart des outils de communication, par exemple la télévision jadis et le téléphone mobile tout récemment, de nombreux chercheurs investis dans ce champ de recherche se sont intéressés aux usages, mais également à l'appropriation et aux changements de comportements et d'attitudes induits par Internet dans les modes de vie de différents groupes humains. Dans un article paru sous le titre Usages des Technologies de l'Information et de la Communication : acquis et perspectives de la recherche, Françoise Massit-Folléa114 rappelle que l'étude « des usages des technologies de l'information et de la communication (TIC) constitue un courant fécond pour les chercheurs francophones (Québec, France, Belgique principalement). Et contrairement à ce qu'un néophyte pourrait en percevoir à travers la multiplication des sujets de thèses ou de colloques, cet intérêt ne date pas de l'expansion de l'Internet et de la prégnance des discours sur la société de l'information ». Il va sans dire que cette importance accordée par les chercheurs aux usages sociaux des technologies de l'information et de la communication a sans aucun doute contribué à l'avènement épistémologique de la sociologie des usages. Comme le remarque Josiane Jouët115, la sociologie des usages s'intéresse plus particulièrement à l'observation et à l'analyse des nouvelles pratiques de communication induites par les outils modernes de communication. La sociologie des usages met en place des méthodes permettant une meilleure compréhension des usages et aussi propose des outils permettant d'appréhender au mieux leur évolution. Ainsi, à l'instar des chercheurs, nous entendons par les usages des TIC, les formes et les pratiques diversifiées que les individus mettent actuellement en oeuvre avec les nouveaux outils de communication. Ce que font réellement les individus, chacun d'entre nous, avec ces nouveaux objets techniques dans la vie quotidienne aussi bien dans la sphère familiale

114 Massit-Follea, Françoise. Usages des Technologies de l'Information et de la Communication : acquis et perspectives de la recherche. In Le Français dans le Monde, n° spécial de janvier 2002.

Disponible sur : http://c2so.ens-lsh.fr/IMG/pdf/rechercheUsages_FMF_LFM.pdf. Consulté le 07/09/2009.

115 Jouet, Josiane. Retour critique sur la sociologie des usages. Réseaux, 2000, vol. 18, n°100, pp. 487-521. Disponible sur :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso0751-79712000num181002235

181

que dans la pratique professionnelle. Comment ça se passe exactement dans toutes les activités de la vie courante? Nous insistons ici sur la complexité ou la panoplie des usages observés. Toutefois, nous retiendrons avec Josiane Jouët « qu'il n'existe pas d'usage sui generis et que l'adoption des technologies de l'information et de la communication s'articule autour de techniques et de pratiques antérieures. Les usages sont souvent le prolongement de pratiques sociales déjà formées116 ». En d'autres termes, les pratiques actuelles des outils modernes de communication ne font en fait que s'insérer « dans des pratiques familiales ou professionnelles préexistantes ou déjà en voie de constitution117 ». Il n'existe pas d'usage formaté ou prédéfini de façon absolument catégorique. Les usages ne font en fait que s'intégrer dans des pratiques en cours ou en gestation.

De manière générale, les études montrent que les gens se servent d'Internet surtout pour communiquer et s'informer d'abord, et ensuite pour se divertir, faire des achats et effectuer des démarches administratives. Internet permet de communiquer régulièrement avec son entourage proche, il offre également la possibilité d'effectuer des appels téléphoniques à travers la technologie de la voix sur IP telle que Skype ou d'envoyer instantanément des messages à ses amis et connaissances, par le biais du courrier électronique ou via la messagerie instantanée. Internet permet aussi de faire la rencontre virtuelle de personnes « cyberidentifiées » ou « cyberanonymes » pouvant se trouver aussi bien dans le même endroit que dans un endroit différent (proche ou éloigné) de celui où l'on se trouve. De même, Internet permet, aux utilisateurs des espaces d'échanges tels que les forums et les chats, de communiquer avec des personnes connues ou avec des amis virtuels pouvant se trouver soit dans la même localité ou soit dans des espaces géographiques complètement opposés. C'est ce qui fait d'ailleurs dire à beaucoup d'observateurs que la distance et l'éloignement spatial se sont fortement réduits et peuvent même être à présent facilement surmontées grâce à Internet. En permettant à l'information de circuler à la vitesse de la lumière, Internet a entraîné une contraction de l'espace géographique. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, les hommes ont le sentiment d'avoir une maîtrise sur la distance ou l'impression d'avoir une emprise réelle sur l'espace-temps qui leur semble désormais plus à leur portée. Internet joue un

Consulté le 07/09/2009.

116 Jouet, Josiane. Retour critique sur la sociologie des usages. Réseaux, 2000, vol. 18, n°100, pp. 487-521. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso0751-79712000num181002235 Consulté le 07/09/2009.

182

rôle fondamental dans la contraction de l'espace géographique, facteur de gains de temps et de confort considérables. Ce qui fait que beaucoup d'auteurs iront même jusqu'à disserter sur la fin annoncée de la géographie (Paul Virilio 1997, Graham Stephen 1998, Etienne Piguet 2004, Philippe Vidal 2007, Gilles Fumey 2009). Dans un contexte de surabondance de technologies de communication facilitant la diffusion et la circulation de l'information, le monde est désormais devenu un village planétaire dans lequel la localisation géographique n'a plus réellement une grande signification. Les forums, les chats et autres groupes de discussions réunissant des individus constituent de véritables espaces de dialogue en direct et de rencontre de toute nature. Ils peuvent être considérés comme des lieux virtuels de sociabilité ou encore des agoras en ligne propices à la constitution de liens communautaires et de communautés virtuelles.

D'autre part, en parcourant le réseau informatique mondial, l'internaute peut repérer et accéder à un impressionnant volume de données hétérogènes numérisées. Ainsi pour une partie importante des utilisateurs, Internet est devenu une immense encyclopédie proposant des documents dans presque tous les domaines. Il est considéré comme un outil capital incontournable pour procéder à des recherches scientifiques, techniques et professionnelles. Internet permet également l'accès aux informations véhiculées par les médias traditionnels tels que la presse, la radio et la télévision. Cet outil permet non seulement d'accéder facilement et en temps réel à l'information, mais aussi d'en être producteur en publiant des informations multimédias (textes, images, sons). Sur Internet, il est possible de diffuser son CV pour rechercher un emploi, d'effectuer des transactions commerciales, de gérer son compte bancaire, de télécharger et écouter de la musique, de télécharger des films et regarder des vidéos, de nouer des relations de partenariat afin de trouver des débouchés extérieurs dans le cadre de l'expansion de ses activités commerciales ou industrielles, etc.

Pour les migrants sénégalais qui utilisent couramment Internet, les usages et les pratiques de cette technologie ont non seulement engendré de nouveaux modes de communication et mis en exergue de nouvelles formes d'information mais aussi ils ont contribué à chambouler des pans entiers de leur vie culturelle, sociale, religieuse et politique dans leur pays de résidence. Mais en même temps aussi, ils ont entraîné des mutations profondes dans leurs relations à distance avec leur pays d'origine. Autrement

117 Idem.

183

dit, en peu de temps, le réseau informatique mondial a révolutionné le mode de vie des migrants internautes, en propulsant la communication à des niveaux jamais atteints grâce à ses prouesses et en particulier sa facilité, sa rapidité et sa fiabilité. Les migrants sachant et pouvant utiliser Internet développent toute une gamme d'usages, notamment dans toutes les sphères de la vie familiale et professionnelle, culturelle et sociale, politique et économique. En permettant à ceux qui sont présents ici en France de garder les liens avec des interlocuteurs variés localisés là-bas au Sénégal ou ailleurs aux États-Unis, au Canada, en Italie, en Espagne, etc., Internet a changé de façon presque radicale les pratiques de communication des migrants. Certains migrants développent sur Internet des usages simples, et d'autres des usages plus complexes. Ils envoient et reçoivent régulièrement des courriers électroniques à leur famille ou à leurs amis. Les utilisations du courrier électronique ou e-mail, des applications comme Skype et l'accès aux informations liées principalement à l'actualité sénégalaise, à travers notamment les journaux en ligne ou via les radios sénégalaises consultables sur les sites portails comme Seneweb, sont les usages les plus répandus auprès des migrants sénégalais en France.

Quotidiennement, le courrier électronique est utilisé aussi bien dans la sphère familiale, pour maintenir des liens avec les proches, que dans le cercle des amis (compatriotes sénégalais, des amis d'autres nationalités) et aussi pour des raisons professionnelles dans le cadre du travail. Internet offre aux migrants la possibilité d'accéder de façon pratique et peu coûteuse, à portée de souris, à toutes sortes d'informations, et aussi de s'exprimer en toute liberté sur ce qui se passe ici comme sur ce qui se là-bas ou même ailleurs dans le reste du monde. Une véritable culture du dialogue électronique s'est développée aujourd'hui sur Internet, qui est devenu pour bon nombre de migrants sénégalais implantés à travers le monde, un espace quasi permanent d'expression, d'échanges, de palabres et de débats interactifs. Pour les migrants, Internet sert aussi, très largement d'ailleurs, d'espace du politique où émerge et se développe une véritable conscience citoyenne sénégalaise. On a constaté d'ailleurs sur Internet une certaine effervescence politique des membres de la diaspora au moment des élections locales qui se sont déroulées au Sénégal le 22 mars 2009.

A l'heure qu'il est, l'Internet des migrants sénégalais en France concerne essentiellement les étudiants et les migrants hautement qualifiés. En raison de la non maîtrise du français, ni l'écrit ni l'oral, pour bon d'entre eux, l'utilisation d'Internet est

184

très peu répandue auprès des migrants commerçants mourides et des migrants ressortissants de la vallée du fleuve Sénégal. Ainsi donc, la fracture numérique est bel et bien présente au sein de la diaspora sénégalaise en France. On distingue une dichotomie bien marquée entre exactement les étudiants et les migrants hautement qualifiés qui ont une plus grande facilité d'accès à Internet et qui l'utilisent donc très majoritairement d'une part, et d'autre part, les migrants commerçants et les migrants travailleurs non qualifiés qui utilisent très peu ou quasiment pas du tout Internet, pour la plupart. C'est un tel constat qui amène Philippe Dewitte à écrire qu' « il est évident que les nouvelles technologies de l'information sont encore loin d'être accessibles à tous : la fracture numérique n'est pas qu'une formule journalistique facile118 ».

C'est en effet auprès des migrants étudiants et diplômés sénégalais que l'on observe les usages les plus significatifs et les plus divers d'Internet. Pour tous, l'adresse e-mail est devenue l'adresse incontournable qu'il faut absolument avoir afin de pouvoir être contacté et d'être au courant des activités organisées au sein de la communauté, notamment les rencontres culturelles, les manifestations religieuses ou sportives organisées dans la ville de résidence. Cependant, nous verrons que ces jeunes migrants considèrent de plus en plus Internet comme un formidable outil de communication. Souvent aux avant-postes de la modernité, ces jeunes étudiants ont vu leur mode de vie complètement bouleversé par Internet qui leur permet maintenant d'échanger régulièrement avec des compatriotes ou d'autres amis pour sortir de leur solitude et de leur dépaysement dans le pays de résidence, mais aussi et surtout de communiquer en temps réel, plus facilement et plus souvent avec la famille restée au Sénégal et également avec les membres de la famille disséminés à travers le monde. Les technologies permettant de téléphoner gratuitement comme par exemple Skype et les réseaux sociaux sur Internet comme Facebook remportent un énorme succès au sein des internautes sénégalais résidant en France. Pour les familles des migrants au Sénégal, la possibilité de téléphoner gratuitement via Internet contribue indiscutablement à favoriser le développement des connexions domestiques. Ce qui pourrait aussi par ailleurs participer à donner un second souffle à de nombreux télécentres au Sénégal assez sévèrement malmenés par la forte concurrence de la téléphonie mobile. La téléphonie sur Internet est en train de devenir le nouveau service le plus apprécié, notamment par ceux qui ont la

118 DEWITTE, Philippe. Homo cybernatus. Hommes et Migrations, novembre-décembre 2002, n°1240, p. 1.

185

possibilité de l'utiliser régulièrement pour communiquer avec les parents restés au Sénégal.

En outre, des migrants installés en France ou dans d'autres espaces géographiques bien différenciés et que l'on pourrait qualifier de technophiles, c'est-à-dire ayant acquis des compétences avérées en informatique119, créent des sites personnels pour mieux faire connaître leurs activités, leur terroir d'origine ainsi que certains aspects de la culture sénégalaise. C'est ce qui fait d'ailleurs dire à Thomas Guignard que « les migrants sénégalais sont particulièrement actifs » dans la production sénégalaise de contenus publiés dans ce qu'il qualifie comme un « espace médiatique transnational et décentralisé ». Thomas Guignard ajoute également que les migrants sénégalais, en concevant des sites Internet inspirés par les modèles occidentaux, participent indéniablement à améliorer la représentation du Sénégal sur Internet. Les sites web produits et animés par les migrants contribuent en effet à donner une meilleure visibilité et à densifier l'offre de contenus relatifs au Sénégal sur Internet. Annie Chéneau-Loquay met l'accent sur les effets à la fois d'extraversion et de recentrage, une des caractéristiques de l'Internet africain selon elle, pour illustrer le fait que la diaspora utilise Internet pour obtenir des informations sur le pays d'origine alors que du côté des jeunes africains restés en Afrique, on utilise Internet surtout pour « satisfaire un besoin de l'extérieur » et « chercher à savoir ce qui se passe ailleurs »,

Dans ce chapitre, nous tenterons d'observer et d'analyser les usages en particulier innovants des migrants sénégalais sur Internet. Il s'agira de faire connaître les conditions d'accès et les pratiques de l'Internet en vigueur dans les milieux de la migration internationale sénégalaise. Comment les migrants sénégalais voient-ils internet ? Internet, c'est quoi pour eux ? Comment l'utilisent-ils ? Que font les migrants sur Internet ? Quels sites visitent-ils en particulier ? Dans quelle mesure, les migrants contribuent-ils au développement des médias en ligne sénégalais ? Quelles sont les principales technologies utilisées pour téléphoner gratuitement par Internet et quel est leur impact dans la vie des migrants ? Comment les médias sénégalais tentent-ils de se positionner sur Internet pour

119 Il faut savoir que la diaspora sénégalaise compte en son sein de nombreux migrants ayant bénéficié d'une formation de qualité parfois dans les meilleures universités et écoles de télécommunications à travers le monde. Rien qu'en France où ils sont réunis au sein de l'Association Sénégalaise des Étudiants des Grandes Écoles (AESGE), association basée à Paris, leur nombre (environ 211 enregistrés à la date du 02/09/2009) pourrait effectivement surprendre bon nombre d'observateurs. Pour certains d'entre eux, le fait d'investir le secteur des TIC a pu constituer un moyen d'insertion professionnelle au moment où l'emploi commençait à être considéré comme une denrée de plus en plus rare dans les pays de résidence.

186

conquérir le lectorat et les auditeurs au sein de la diaspora ? Quelle est la place des migrants dans le dynamisme de la blogosphère sénégalaise ? Quel rôle jouent-ils vraiment dans l'émergence et l'évolution de l'Internet sénégalais ? Pour répondre à ces questions, nous allons commencer par mettre en relief les conditions d'accès sur la toile mondiale des ressortissants sénégalais résidant en France.

6.1 Les migrants sénégalais et le World Wide Web (la Toile

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net