WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre 7. Les associations sénégalaises en France

à l'heure d'Internet

Ainsi, on trouve quasiment dans chaque pays étranger accueillant des ressortissants sénégalais, surtout ceux qui en accueillent un nombre assez important, une ou plusieurs associations rassemblant souvent ses diverses composantes. Le Ministère des Sénégalais de l'Extérieur a établi sur son site un bref panorama de la situation des associations de migrants sénégalais à travers le monde. On relève que le nombre d'associations mises en place par les Sénégalais de la diaspora se chiffre à 682, réparties de la manière suivante : 443 en Europe, 182 en Afrique, 44 en Amérique et 13 en Asie. Avec 297 associations répertoriées, la France est le pays qui en compte le plus en Europe, suivie par l'Italie qui en compte 70. En Côte d'Ivoire, le pays africain qui accueille le plus de ressortissants sénégalais en Afrique, le nombre d'associations sénégalaises est estimé à 58. Généralement, ces associations sont créées essentiellement dans le but de réunir tous les Sénégalais résidant dans un pays étranger autour d'un cadre convivial de fraternité, d'amitié et de solidarité. Leur mission principale vise d'une part, le raffermissement des liens sociaux entre les différents membres de la communauté sénégalaise ainsi que l'amélioration de leurs conditions de vie et d'intégration. D'autre part, elle consiste à valoriser les différentes facettes de la culture sénégalaise dans leur pays d'installation, mener des actions collectives d'entraide, et aussi porter des projets en faveur du développement économique et social des lieux d'origine. Catherine Quiminal (2000) observe que « d'une manière générale, le mouvement associatif, très dynamique parmi les populations immigrées, témoigne d'une volonté de s'approprier un ou plusieurs territoires, réels ou imaginaires. Il traduit le refus des migrants d'être radicalement déterritorialisés, sans feu ni lieux, des gens de nulle part. Il correspond à la nécessité de reprendre l'initiative dans la délimitation des frontières entre autochtones et allogènes, d'élaborer des identités collectives, outils à travers lesquels chaque membre du groupe peut se confronter aux autres selon les divers contextes sociaux dans lesquels il se trouve engagé ».

Ces associations ont donc pour mission avant tout de faciliter l'accueil des migrants fraîchement débarqués, de les aider à s'intégrer dans leur nouveau pays d'installation. Autrement dit, elles ont pour vocation de mettre à la disposition des migrants une

288

structure capable de répondre à leurs préoccupations et chargée de défendre leurs droits afin de leur permettre de mieux surmonter les turpitudes liées à la condition d'étranger. Ensuite, leur mission consiste à oeuvrer pour la promotion et le rayonnement de la culture sénégalaise, la faire vivre sous d'autres cieux et aussi donner l'envie ou les raisons de la découvrir dans ses multiples aspects. De ce fait, elles peuvent, dans certains cas, servir de relais ou de pont entre le pays d'origine et le pays de résidence. Dans le pays d'origine, les associations participent incontestablement, de manière singulière, à la construction des équipements collectifs pour les besoins des communautés villageoises. En effet, elles s'organisent pour apporter leur appui aux communautés d'origine ou aux associations villageoises locales, en s'impliquant par exemple dans les domaines de la santé, de l'hydraulique, de l'éducation, de l'agriculture, etc. A travers une connaissance des réalités et des situations vécues, elles impulsent de l'extérieur des dynamiques locales dans des domaines d'activités variées en réponses aux besoins identifiés et exprimés par les communautés d'origine.

Cependant, pour créer cet environnement social indispensable, voire même vital à leur épanouissement, les migrants prennent toute une série d'initiatives et organisent différentes activités notamment sociales et culturelles. Les associations de migrants sénégalais présentes en France relèvent toutes sans exception de la loi du 1er juillet 1901, loi qui réglemente le fonctionnement et la gestion des associations en France. Elles s'organisent afin d'apporter à leurs membres tout le soutien nécessaire à leur épanouissement et pouvant favoriser aussi leur intégration dans leur pays d'installation. En France, les actions menées le plus souvent en partenariat avec des associations françaises leur ont permis d'y acquérir une notoriété et une certaine reconnaissance sociale. Ainsi, à l'instar des migrants sénégalais originaires de la vallée du fleuve Sénégal en particulier, les autres migrants sénégalais ont également contribué à la réalisation d'infrastructures comme des cases de santé ou des dispensaires, des salles de classe, des lieux de loisirs pour les jeunes et de culte dans les lieux d'origine, notamment dans de nombreuses localités rurales sénégalaises. Pour des observateurs comme Michel Bruneau, cette richesse de la vie associative dans le pays d'établissement constitue un des facteurs essentiels pouvant permettre de désigner une population comme une diaspora.

Aujourd'hui, les associations de migrants sénégalais sont de plus en plus nombreuses à utiliser Internet. Certaines ont ainsi mis en place des sites web, d'un côté pour donner

289

plus de visibilité à leurs actions et à leurs projets, mais aussi d'un autre côté pour se mettre au diapason des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Les associations de migrants utilisent Internet pour bénéficier des nombreux avantages communicationnels et informationnels que cette technologie procure désormais aux individus et aux groupes. On peut distinguer plusieurs types d'associations en fonction des ambitions et des projets de ses membres. Parmi les associations de migrants sénégalais présentes sur Internet, on trouve les associations confrériques, les associations d'étudiants et les mouvements associatifs oeuvrant pour le développement des espaces d'origine.

Généralement, les sites mis en ligne par presque toutes ces associations sont des sites hybrides proposant des contenus mixtes portant à la fois sur le pays d'origine et le pays de résidence. Les contenus, produits le plus souvent par les membres des associations, peuvent être essentiellement orientés vers la diffusion d'informations en faveur de la promotion de la culture sénégalaise, ou d'informations pratiques pouvant contribuer à faciliter l'insertion dans le tissu socio-économique du pays d'installation. On retrouvera, par exemple, dans presque toutes les villes universitaires de France, une association d'étudiants dont les membres ont conçu et mis en ligne un site web dans lequel sont présents des articles ou des rubriques relatifs à la fois au pays d'origine, mais aussi à la zone géographique du pays de résidence où elle est basée. Nous verrons ainsi que les différentes associations d'étudiants sénégalais s'activent, à travers les régions françaises où elles sont installées, pour participer au dynamisme du web sénégalais, avec leurs idées et leurs moyens. Il en va de même pour les associations confrériques tout comme pour les associations regroupant les ressortissants d'une localité spécifique du pays d'origine.

Nous montrerons, à travers l'exemple de quelques sites mourides, la forte présence de Touba dans l'imaginaire des membres de cette communauté. Comment le mouridisme est perçu et vécu à travers les contenus diffusés sur les sites dédiés à la confrérie mouride ? Le web apparaît en même temps comme un moyen de maintenir et de renforcer la cohésion transnationale de la communauté, mais aussi comme support d'une construction identitaire en lien avec Touba, la capitale du mouridisme. Enfin, il s'agira de montrer, à travers les sites des associations regroupant des ressortissants de certaines localités sénégalaises, comment le web contribue à relier facilement des migrants originaires des mêmes localités et dispersés en Europe et en Amérique, au moment où le

290

déploiement des réseaux de télécommunication modernes dans les localités d'origine reste pour l'essentiel à l'état embryonnaire. Il s'agira de montrer dans quelle mesure les compétences au sein des réseaux sociaux vont prendre en charge le projet d'intégration des localités d'origine dans la société de l'information. Quelles sont les associations de migrants sénégalais en ligne ? Quel est le rôle des associations dans les stratégies d'intégration ? Au coeur de ce processus de déploiement et de dynamisation du web sénégalais, on y trouve au premier plan les associations d'étudiants.

Graphique 28. Les principales associations de migrants sénégalais en France

7.1 Les associations d'étudiants dans les principales régions

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net