WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des réseaux et des systèmes de communication des migrants sénégalais en France

( Télécharger le fichier original )
par Moda GUEYE
Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 - Doctorat de géographie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9.1.2 La coopération décentralisée ou codéveloppement

En France, la coopération décentralisée désigne les actions de solidarité multiformes menées par les collectivités locales (régions, départements, communes) en partenariat avec des collectivités locales ou des structures équivalentes dans d'autres pays. Elle

381

apparaît aussi comme un moyen essentiel d'établissement de relations d'amitié et d'échanges socio-culturels entre les populations des villes de pays différents. Elle a permis le jumelage entre plusieurs villes françaises et sénégalaises. A vrai dire, les relations de jumelage entre localités sénégalaises et françaises ne datent pas d'aujourd'hui. Elles remontent à très longtemps car on assiste au jumelage entre Thiès et Caen dès 1957, entre Ziguinchor et la ville de Saint-Maur-des-Fossés dans le Val-de-Marne en 1966, entre Dakar et Marseille en 1968, entre Mbour et la commune de Concarneau en Bretagne en 1974. Aujourd'hui, la plupart des localités sénégalaises ont établi des relations de jumelage avec des localités françaises. La ville de Kaolack est jumelée à la commune de Mérignac en Aquitaine, Saint-Louis à Lille, Bakel à la commune d'Apt dans le Vaucluse, Podor à la commune de Trappes dans les Yvelines, Tambacounda à la ville de Bondy au nord-est de Paris...

Il en existe bien d'autres encore à différentes échelles géographiques, comme on peut le voir d'ailleurs sur Internet. Même les localités les plus reculées du Sénégal peuvent entretenir des relations de coopération avec leurs homologues françaises. Ces jumelages favorisent non seulement des échanges culturels, mais aussi parfois la construction d'infrastructures et la réalisation de projets de développement au profit de certaines localités sénégalaises. Généralement, ces dernières sont représentées sur le sol français par leurs ressortissants qui y vivent et s'y regroupent au sein des associations. Par exemple, l'association des ressortissants vivant en France de Danthiady, village situé dans la région de Matam au nord-est du Sénégal, participe activement aux activités de la commune de Val-de-Reuil, dans l'Eure en Normandie. L'Association représente le lien entre les Danthiadynabés au village et les habitants de Val-de-Reuil. De la même manière, l'Association des ressortissants d'Agnam-Civol en France constitue le trait-d'union entre ce village de la région de Matam et la commune de Vouziers dans le département des Ardennes. Les différentes réalisations effectuées notamment dans le cadre de cette coopération décentralisée sont mises en valeur sur les sites web des associations de migrants. En effet, la plupart des comités de jumelage franco-sénégalais implantés en France ont mis en ligne leur site web pour fournir des informations sur les activités menées et les actions réalisées. Ce qui constitue bien entendu, pour les populations des deux côtés, une avancée significative dans la transparence des travaux effectués.

382

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net