WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La dynamique de sécurisation des biens et des personnes dans la ville de Yaoundé par l'action d'une unité spécialisée des forces de sécurité camerounaises : le cas des équipes spéciales d'intervention rapide ( E.S.I.R.)

( Télécharger le fichier original )
par Yves Patrick MBANGUE NKOMBA
Université de Yaoundé II (SOA) - Master professionnel  2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

SECTION 2 : LES STRUCTURES SPECIALISEES DANS LE PARI DE LA SECURISATION DES BIENS ET DES PERSONNES.

Il est question de présenter dans un premier temps, les unités opérationnelles chargées des interventions mobiles, des opérations très spéciales (I) et de présenter par la suite les E.S.I.R (II)

PARAGRAPHE 1 : DES UNITES EN DEHORS DES E.S.I.R.

Il s'agit du Groupement Spécial d'Opération (G.S.O) (A), du Groupement Mobile d'Intervention (G.M.I) (B), du Bureau Central National INTERPOL (BCN) (C).

A- Le Groupement Spécial d'Opération.

Service rattaché au Cabinet du DGSN, il est placé sous le commandement éventuel d'un commandant et assisté d'un adjoint. Chargé des opérations  « coup de poing », commando, anti commando contre les individus dangereux ou les bandes organisées de malfaiteurs, le G.S.O est aussi chargé de la neutralisation des forcenés et des actions contre toutes formes de mutineries ou de prise d'otages, elle sécurise également des personnalités diplomatiques et certains convois particulièrement importants nécessitant la mise en oeuvre des moyens techniques spéciaux. Ils surveillent en permanence les individus ou groupe d'individus suspects pouvant évoluer sur le territoire ; le plus important dans le cadre de nos travaux est logiquement la collecte des renseignements prévisionnels et opérationnels qu'ils font dans le cadre de la lutte contre le terrorisme international et la grande criminalité organisée.

Cette unité a également en son sein une compagnie de filature, qui comprend toute une section de surveillance et de filature et une section d'exploitation des informations recueillies sur le terrain.

B- Le Groupement Mobil d'Intervention.

Service Extérieur sous la direction du DRSN, son commandement direct et au quotidien est placé sous l'autorité d'un commandant, assisté de deux adjoints, le Groupement Mobile d'Intervention est une unité de maintien de l'ordre, d'intervention de police implanté au niveau du chef lieu de la région donc en réalité elle opère en milieu urbain et à forte densité de la population.

L'action du G.M.I s'établie essentiellement en trois circonstances bien précises, à savoir, en temps normal, en temps de troubles, et enfin en situation de défense opérationnelle.

En temps normal les unités du G.M.I sont d'abord, chargées de renforcer l'action des autres forces et unités territoriales de police et de maintien de l'ordre préventif, la protection civile, la surveillance des frontières sur toutes l'étendue de la région. C'est la raison pour laquelle ils sont repositionnés sur les réseaux routiers notamment aux entrées Nord, Sud, Est, Ouest, d'une ville comme celle de Yaoundé.

En temps de troubles les unités du G.M.I sont ensuite essentiellement chargées d'agir dans le maintien de l'ordre actif ou renforcé sur réquisition du gouverneur, seules ou conjointement avec les autres forces civiles ou militaires.

En situation de défense opérationnelle, les unités du G.M.I sont enfin obligées de participer aux actions de combat avec les unités de Corps de bataille, d'assurer la protection des points sensibles, de prendre contact avec les populations en vue d'organiser la résistance intérieure. Pour ce qui de la mise en mouvement des unités du G.M.I, il existe des textes particuliers fixant leurs conditions ou modalités de l'opérationnalisation. Le G.M.I comprend dans sa structuration cinq (05) Compagnies dont une compagnie de commandement, une Compagnie d'appui et trois Compagnies de service Général ; ainsi chaque compagnie est constituée de quatre (04) Sections.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.