WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La dynamique de sécurisation des biens et des personnes dans la ville de Yaoundé par l'action d'une unité spécialisée des forces de sécurité camerounaises : le cas des équipes spéciales d'intervention rapide ( E.S.I.R.)

( Télécharger le fichier original )
par Yves Patrick MBANGUE NKOMBA
Université de Yaoundé II (SOA) - Master professionnel  2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION GENERALE

La dynamique de sécurisation des biens et des personnes dans la ville de Yaoundé par l'action d'une unité Spécialisée des forces de sécurité camerounaises notamment le cas des ESIR, tel a été l'objet de la recherche que nous avons présentée tout au long de notre travail. En effet, au regard de la montée en puissance de la grande criminalité et du grand banditisme évoluant de manière effrayante en milieu urbain, il nous a semblé pertinent lors de notre passage au sein de la DGSN de nous interroger sur le point de savoir comment les forces de sécurité camerounaise, principalement la police se mobilise pour faire face à ces phénomènes considérés comme éléments troublant la jouissance et l'épanouissement des citoyens. Dans la même perspective, nous nous sommes interrogés sur l'organisation et la structuration de la police pour une réponse en temps réels aux demandes des populations de la ville de Yaoundé se sentant de plus en plus en insécurité.

Des questionnements qui précèdent, un constat est clair : face à la montée en puissance, de l'insécurité sur les personnes et leurs biens dans la ville de Yaoundé, la police camerounaise va opter pour la solution d'une police de proximité. Ainsi pour répondre de manière prompte aux populations en détresse, elle va mettre sur pied une unité d'élite, dotée de matériels d'appoint et des équipes d'intervention rapide (ESIR) capable d'agir avec célérité et de manière énergique pour porter secours aux population victimes.

Nous avons articulé notre travail qui est un mémoire professionnel en deux parties de deux chapitres chacune. La première partie étant réservée à la description du déroulement du stage, à la présentation de la police camerounaise et celle de l'unité des ESIR en particulier. Cette présentation de la police à été fonction de notre thème de recherche ; c'est pourquoi nous avons fait une présentation des directions et services centraux directement impliqués dans la lutte contre le grand banditisme et la grande criminalité. La seconde partie de notre étude a porté sur la contribution des ESIR dans la lutte contre ces phénomènes à travers la protection des biens et des personnes dans la ville de Yaoundé. Pour parvenir à construire un argumentaire logique et rationnel, nous avons d'abord basé notre analyse dans le champ de l'analyse des politiques publiques, mais également nous avons fait usage de la méthode stratégique pour rendre compte des moyens, mécanismes utilisés par les équipes des ESIR, ceci dans le cadre d'une dialectique des intelligences développée entre les forces de sécurité et les malfrats, bandits, groupes de bandits et autres brigands.

Ainsi de façon globale, le mécanisme de fonctionnement des ESIR est fonction de l'équation que nous avons perçue de la manière suivante : 117 = Police secours ; le 117 étant un numéro gratuit ouvert 24h/24. Ces appels sont gérés par une Salle d'Information et de Commandement ; c'est également elle qui assure la liaison avec les équipes sur le terrain et les autres unités de sécurité comme les commissariats de sécurité publique et les équipes d'intervention en présence sur le terrain appliquant la technique de grenouillage synchronisé et rotatif. Cette technique mise sur pied par le Coordonateur des ESIR le Commissaire Divisionnaire MVOGO J-M, vient répondre de manière substantielle aux affres de l'insécurité et de la terreur dont font l'objet les populations de Yaoundé et, dans le même temps vient contribuer à une meilleure perception des mutations de la Sureté Nationale qui de nos jours met l'accent sur la nécessité d'être une police de proximité, laquelle notion qui elle repose sur trois piliers à savoir la prévention, la proximité et la coopération . La police de proximité se met en marche à partir de certains éléments notamment, une polyvalence des fonctionnaires de la police, le sens de responsabilité, l'accent sur un service de qualité, un partenariat ou collaboration franche entre les autres forces et la population et enfin un maillage territorial bien identifié.

En définitive, notre passage au sein de la DGSN nous a permis de comprendre que la police Camerounaise, de part sa structuration et son organigramme peut faire face aux phénomènes de grand banditisme et de grande criminalité. Quoique notre fréquentation quotidienne au sein de la CSD puis aux ESIR nous a permis d'une part d'avoir de nombreux acquis sur le fonctionnement des unités d'élite de manière particulière et le fonctionnement générale des autre structure de la police, et d'autre part de faire le constat du manque de personnel et des moyens matériels pour tenir le cahier charge qui lui est attribué. Toutes fois l'accès final en stage aux ESIR n'ayant pas été facile à cause de la prudence et du droit de réserve du corps, il nous a été donné d'avoir accès à la SIC et d'y travaillé en temps que réceptionniste ce qui nous a éclairé sur des problèmes cruciaux auxquels font face les ESIR, notamment les appels fantaisistes qui constituent près de 96% des appels reçus dans la Salle. De manière générale l'appréciation du travail des ESIR auprès de la population est mitigée ; les causes de ce sentiment partagé sont tant internes qu'externes. Sur un plan interne on note entre autre une insuffisance des effectifs au regard du phénomène d'exode rural et de cosmopolitisme qui densifie la population de la ville capitale. Egalement on relève une logistique insuffisante et parfois obsolète pour des opérations qui exige des actions de pointe et du matériel sophistiqué. Sur le plan externe on peut noter entre autres la disposition anarchique des quartiers de Yaoundé et un manque réel de plan et d'adressage codifié produit d'un urbanisme et d'une urbanité quelque peu approximative, aussi, on pourrait faire allusion à cet incivisme caractérisé des populations qui à longueur de journées distraient les lignes du 117. Toutefois, l'action de façon efficiente des ESIR nécessite que soit pris en compte un nombre important de mesure majeur à savoir, le renforcement des capacités, des effectifs et des moyens matériels tant en quantité qu'en qualité ; l'éducation au civisme et à la citoyenneté concernant l'usage du 117, la disponibilité des plan d'adressage complet de la ville de Yaoundé et surtout un renforcement dans la coopération sécuritaire élargie impliquant les populations et les forces de sécurité et de défense ; car faut -il le martelé, tout comme la défense la sécurité est globale, intégrant toutes les couches de la population d'un Etat.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.