WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les addictions et les trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité© chez l'adulte : le dépistage chez 47 patients héroà¯nomanes.

( Télécharger le fichier original )
par Wassim CHEHADE
Université d'Angers IFTIC - DiplàƒÂ´me interuniversitaire d'addictologie 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4. DONNEES ÉPIDÉMIOLOGIQUES :

4.1. Le TDAH chez l'enfant

Le TDHA est un trouble fréquent dans l'enfance puisqu'il touche 3 à 5% des enfants d'âge scolaire [36] quelle que soit la localisation géographique dans le monde [15,32].

Jusqu'à récemment [33], l'idée communément admise était que le TDAH s'observait uniquement durant l'enfance et que la plupart des enfants hyperactifs ne présentaient plus de symptômes après la puberté. Depuis le début des années 1990, le devenir de ce trouble à l'âge adulte est très étudié. Selon les critères diagnostiques utilisés, 50 à 70% des enfants ayant reçu un diagnostic de TDAH présenteraient encore des manifestations de ce trouble à l'âge adulte [33]. Pour Wender (1990) [42] près de 35% des enfants conserveront le diagnostic de TDAH à l'âge adulte. En revanche, près de 80% des patients conserveront des symptômes plus ou moins invalidants tout au long de leur vie [43].

4.2. Le TDAH chez l'adulte

Aux États-Unis, selon une enquête épidémiologique en population générale, environ 4% des sujets souffrent d'un TDAH. La plupart n'avaient pas de traitement spécifique pour le TDAH, même s'ils étaient soignés pour d'autres troubles psychiatriques comorbides [15,27].

Wassim CHEHADE- Mémoire du Diplôme Inter universitaire Addictions et société- Nantes- 2010 11

La «National Comorbidity Survey Replication » (NCS-R) [28] est une étude épidémiologique transversale, dans laquelle les différents troubles du DSM-IV sont évalués chez près de 10000 sujets, âgés de 18 à 44 ans. Le dépistage du TDAH était basé sur un questionnaire, l'« Adult ADHD Self-report Scale » (ASRS), et associé à une validation clinique. Ainsi, Kessler et al (2006) [27] rapportaient une prévalence de 4,4% du TDAH en population générale aux Etats-Unis.

Dans les trois principales études longitudinales [7,38] : Weiss et Hechtman à Montréal en 1985, Gittelman-Kleinet Mannuzza à NewYork en 1985 et Taylor en Angleterre en 1996, la persistance du trouble à l'âge adulte varie de 8 à 85% ce qui correspond à une prévalence de 1 à 6 % chez les adultes.

4.3. Prévalence du TDAH dans la population addicte

Toutes les études longitudinales [6,7,15] soulignent le risque accru de développer un trouble addictif chez les adolescents et les adultes hyperactifs. Entre 25 et 50 % des adultes hyperactifs auraient des problèmes d'abus ou de dépendance aux substances psychoactives [6].

Pour Kessler 2006 [27], les adultes souffrant de TDAH ont en moyenne trois fois plus de risque de développer une comorbidité addictive, par rapport à la population générale.

Wassim CHEHADE- Mémoire du Diplôme Inter universitaire Addictions et société- Nantes- 2010 12

D'après l'étude de Biederman et al [24] (1997), les adolescents avec ou sans TDAH ont le même risque d'addiction aux substances psychoactives (SPA) (15%), mais par contre le risque d'addiction aux SPA chez les adultes avec TDAH est plus élevé par rapport au groupe témoin.

Yen et al [25] (2007) ont trouvé dans leur étude que 17,9% des adolescents addictes à l'internet souffrent de TDAH.

L'étude multicentrique de Sala et col [37], portant sur 135 sujets composés de 75 femmes souffrantes de troubles de conduites alimentaires (TCA) et de 60 hommes alcoolo-dépendants, montre un taux de TDAH de 17% chez les personnes hospitalisées atteintes de TCA, et de 23% chez les personnes alcoolo-dépendantes prises en charges en hôpital de jour. Le risque est donc 7 fois supérieur à celui de la population générale pour les patients traités, que ce soit pour une alcoolo- dépendance ou un TCA.

Adler [2] et al en 2009, ont trouvé dans leur étude de screening de TDAH chez les adultes toxicomanes (1064 patients) suivis dans un centre d'addictologie: 8,6 % de résultat positif (échelle d'ASRS). Ces patients présentent les addictions suivantes : cocaïne (43%), héroïne (27%), cannabis (22%) et autre SPA (8%).

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net