WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les enfants dans les attentats suicides: étude comparative de trois cas: Sri Lanka, Palestine, zone Afghanistan/Pakistan

( Télécharger le fichier original )
par Mélanie JOANNES
Institut catholique de Paris - Master 2 sciences politique, mention géopolitique et sécurité internationale 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Pourquoi?

Après avoir décrit ce phénomène, nous allons tenter de le comprendre, et ce à trois niveaux: tactiques, sociétales et au niveau des enfants eux-mêmes. Nous allons, dans un premier temps, chercher les éléments qui poussent les groupes à utiliser les enfants pour commettre des attentats suicides. Puis, dans un deuxième temps, nous allons voir les éléments sociétaux qui rendent ce phénomène possible. Et enfin, dans un troisième temps, nous tenterons de comprendre les motivations qui poussent, dans le cas des engagements volontaires, ces enfants et adolescents dans cette voie. Ainsi, nous pourrons comparer les résultats entre les différents cas.

1.1.

1.1. Les raisons tactiques

Cette partie sera consacrée aux motivations des groupes à se tourner vers des mineurs pour l'accomplissement de l'acte terroriste le plus définitif qui soit puisqu'il conduit inexorablement à la mort de son auteur. Nous pouvons bien sûr mettre en avant la malléabilité inhérente à l'enfant, son faible coût d'entretien lors de la préparation, etc. Cependant, nous laisserons ces considérations de côté pour nous atteler aux motivations tactiques.

Nous avons vu dans l'introduction que R. Pape estime que les adolescents âgés de 15 à 18 ans représentent environ 20% des kamikazes. Il révèle également que ce phénomène touche des enfants de moins de 15 ans mais de manière bien plus marginale.116(*) Il avance également une explication à l'utilisation des mineurs et particulièrement ceux de moins de 15 ans dans ce type d'action: "les groupes terroristes expérimentent constamment de nouvelles tactiques destinées à déjouer les mesures de sécurité"117(*) et d'ajouter: "Le recrutement des femmes, qui représentent, elles aussi, le cinquième environ des auteurs d'attentats suicides, et d'adolescents suit la stratégie fondamentale qui est d'éviter de se faire rapidement repérer par les forces de l'ordre"118(*) . Singer, quant à lui, estime que les enfants représentent pour les groupes terroristes des recrues simples et peu onéreuses et offrent de nouvelles options pour combattre l'ennemi119(*), ce dernier point se recoupant avec l'hypothèse de R. Pape.

Nous allons nous pencher plus précisément sur chacun des groupes afin de valider ou d'invalider cette hypothèse et comprendre s'il existe d'autres motivations.

1.1.1. Un souci de discrétion ?

Une des hypothèses avancées est que ces groupes utiliseraient des enfants dans les attentats suicides dans le but de tromper les forces de sécurité de l'ennemi.

Le Lieutenant Colonel Lillian A. James O'Neil, des forces armées américaines (United States Air Force), a pu constater que l'utilisation des mineurs dans les attentats suicides a connu une forte augmentation en Palestine (les chiffres exacts ne sont pas précisés) depuis 2004. Il met ces éléments en parallèle avec l'augmentation des échecs des tentatives d'attentats menées par des adultes palestiniens et contrecarrées par les forces armées israéliennes. Au début des années 2000, les checkpoints ont été resserrés et renforcés, ce qui a limité la marche de manoeuvre des groupes terroristes palestiniens contre Israël.120(*) Des jeunes garçons et des jeunes filles auraient donc été utilisés afin d'échapper aux contrôles effectués par les forces israéliennes. Cette hypothèse se voit confirmée par le profil de recrues privilégiées par le Hamas. Comme nous l'avons vu dans la première partie, ce groupe terroriste a tendance à recruter des jeunes garçons ayant un physique pouvant les faire passer pour juif.121(*) Ce type de profil permet au futur martyr de ne pas éveiller les soupçons auprès des forces armées israéliennes. Le LTTE suit également cette logique en recrutant apparemment beaucoup de petites filles. Celles-ci seraient moins en proie à subir le contrôle des forces du gouvernement. Le recrutement d'enfant serait donc un moyen efficace pour tromper les contrôles de sécurité et ainsi pouvoir atteindre au plus près les cibles. Ce point soulève une question qui est celle de l'efficacité de cette tactique dans la durée. En effet, face à cette nouvelle menace, on peut supposer que les forces de sécurité adverses vont mettre en place des mesures visant à contrer ce phénomène et les enfants deviendront la cible de contrôles systématiques au même titre que les hommes adultes.

* 116Les attentats suicides sont en hausse de par le monde, d'après les experts, Amrica.gov, mi en ligne le 22 octobre 2007 sur http://www.america.gov/st/washfilefrench/2007/October/20071022125357dmslahrellek0.9667017.html

* 117Ibid

* 118 Ibid

* 119Singer, Op. Cit., p.105

* 120Lieutenant Colonel Lillian A. James O'Neal, Op. Cit., p.12

* 121Singer, Op. Cit., p.115

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net